Les cérémonies de la Légion française des combattants (1/4) : étude d’une proposition d’organisation collective

Le 17 juin 1940, alors qu’il prenait la parole à la radio pour annoncer son intention de demander l’armistice, le maréchal Pétain exprima sa certitude d’être soutenu par les anciens combattants qu’il avait « eu la fierté de commander »[1]. Suite à cette première déclaration, la propagande vichyste présenta les anciens combattants comme les partisans les plus fidèles du maréchal et leur attribua un rôle d’intermédiaires entre le gouvernement et la population. En août 1940, les associations d’anciens combattants furent dissoutes et contraintes de transmettre tous leurs biens à une nouvelle organisation, la Légion française des combattants. À son apogée, bien que l’adhésion n’ait jamais été obligatoire, l’organisation affirmait regrouper plus de 900 000 anciens combattants en zone Sud (la zone Nord lui était interdite par l’autorité allemande). Bien que ce chiffre soit sujet à caution, il semble indiquer une popularité particulière du régime et de son chef auprès des anciens de la Grande Guerre, du moins avant le déclin rapide de l’organisation en 1943.

Toutefois, l’histoire de la Légion ne peut être lue uniquement à l’aune des événements de 1940. Présente dans les plus petites communes, elle a représenté localement une proposition d’organisation collective très largement héritée des formes de sociabilité combattante entretenues durant vingt ans par les anciennes associations. Un légionnaire ne pouvait ignorer que la Légion était présidée par le maréchal ; mais il semble nécessaire, pour comprendre sa présence dans l’organisation, de ne pas s’en tenir aux déclarations officielles et d’examiner concrètement l’investissement demandé aux membres à travers le type d’activités développées au niveau local.

La presse, qui annonce les événements à venir ou en publie des comptes-rendus, permet de pallier l’absence de sources légionnaires détaillant précisément les activités. Deux quotidiens paraissent pendant la guerre en Haute-Vienne[2] : le Courrier du Centre et le Populaire du Centre, devenu en février 1941 l’Appel du Centre[3]. Le dépouillement systématique de ces journaux montre qu’ils ne constituent pas des sources exhaustives. En effet, les activités légionnaires n’y sont annoncées que dans 140 communes, alors que le département en compte plus de 200. Cela ne permet pas de conclure à une absence d’activités, d’autant que la distribution des communes en fonction de leur population montre une médiane plus faible, pour le nombre d’habitants, dans les communes qui sont absentes de la presse[4]. Il est vrai que certaines très petites communes (moins de 300 habitants) y sont présentes, alors que d’autres assez grandes pour le département (entre 1000 et 5000 habitants) n’y sont pas mentionnées. La relation entre la taille et l’évocation dans les quotidiens n’est donc pas automatique, mais elle est assez visible pour que l’on puisse attribuer l’absence de certaines communes à l’existence d’autres moyens de communication avec les adhérents et la population, particulièrement faciles à mettre en œuvre dans les très petites localités. Les quotidiens permettent donc une étude sur 140 communes du département ; même pour celles-ci, rien n’indique que les activités soient systématiquement annoncées, ce qui invite à une certaine prudence dans l’interprétation des résultats, en ce qui concerne notamment la fréquence.

L’étude de la presse pose également le problème de la définition de l’activité légionnaire : l’intégration de l’organisation à une multiplicité d’événements vichystes est telle qu’il est difficile de tracer une ligne nette entre ceux qui la concernent au premier chef et ceux auxquels elle se contente de participer. Certaines fêtes au niveau national, notamment les anniversaires de la Légion, sont certes faciles à identifier. Au quotidien pourtant, l’analyse de la presse locale montre que la Légion est bien souvent co-organisatrice, avec d’autres institutions comme l’école ou la municipalité. Son rôle dans des célébrations similaires varie parfois d’une commune à l’autre. Les entrefilets précédant le 11 novembre proviennent aussi bien de la section locale que de la mairie, bien que la participation des légionnaires soit presque toujours annoncée. Il est également courant que les légionnaires soient expressément invités par le président de leur section à participer à des activités dont l’organisation ne relève pas de lui. Ainsi en novembre 1941, le président communal de Bussière-Galant convie les adhérents à se rendre ensemble à l’installation du nouveau curé. De façon plus systématique, fin 1941, dans presque toutes les communes de la Haute-Vienne, les légionnaires sont invités à participer à la réunion inaugurale des Jeunesses de France et d’Outre-Mer, dont le recrutement vise pourtant une population beaucoup plus jeune que la moyenne d’entre eux. Cette porosité a des conséquences. La tentative de faire ressortir uniquement des activités purement légionnaires risquerait de créer une distinction artificielle, peu pertinente pour les adhérents de l’époque, dont la participation à des événements divers s’inscrivait dans le cadre de leur appartenance à la Légion. Elle nécessiterait d’ailleurs de déterminer en amont ce qui est ou n’est pas du ressort de la Légion, faussant l’analyse par une idée préconçue de l’identité du mouvement. Il faut donc s’intéresser à l’ensemble des activités auxquelles les légionnaires ont participé. La simple présence du dirigeant de la section ne paraît pas un critère suffisant, car celui-ci devient une personnalité locale et se trouve à ce titre parmi les notables couramment invités en toutes sortes d’occasion. Cependant, s’il préside ou prononce un discours, on peut considérer qu’il donne à l’évènement une teinte légionnaire permettant de l’inclure dans l’analyse.

Les activités correspondant à cette acception assez large sont manifestement de natures diverses, en termes d’exigences de participation. On peut ainsi les découper en plusieurs catégories : les informations, permanences, qui invitent les membres à régler des détails d’ordre administratif ; les collectes, organisées souvent sous forme de séances récréatives[5] ; les cérémonies, qui se déroulent dans des lieux publics, aux yeux de toute la population parfois invitée à participer, et qui marquent une célébration ; les réunions, qui se déroulent en un seul lieu et visent à rassembler les légionnaires autour d’un ou de plusieurs thèmes qui n’ont pas d’aspect rituel. Ces délimitations ne sont pas hermétiques : il est fréquent, par exemple, qu’une cérémonie précède une séance récréative ou une réunion. Ces catégories permettent pourtant de faire ressortir les grands traits de l’activité légionnaire et d’en examiner plus finement les caractéristiques.

L’étude systématique des cérémonies offre ainsi une comparaison avec les rituels combattants de l’entre-deux-guerres. La fréquence des cérémonies renseigne sur le degré d’implication demandé aux membres de l’organisation, en termes de temps ; les gestes et les lieux de commémoration, cités dans les annonces et les comptes-rendus, indiquent dans quelle mesure les formes cérémonielles portaient la trace des valeurs du nouveau régime ; les formes de participation individuelle informent sur la constitution possible d’une nouvelle identité légionnaire, différente de l’identité combattante de l’entre-deux-guerres.

Lire la suite : bientôt en ligne

[1] Philippe Pétain, Discours aux Français, Paris, Albin Michel, 1989, p.57.

[2] Ce département a été choisi car les archives y ont également conservé de nombreuses sources sur la Légion.

[3] D’après Claude Bellanger et al. (dir), Histoire générale de la presse française, T. IV : de 1940 à 1958, Paris, PUF, 1975 ; et le site de la bibliothèque numérique du limousin www.bn-limousin.fr (lien vérifié le 17 décembre 2015).

[4] La moyenne n’est pas une information intéressante ici, car elle est augmentée par les 90 000 habitants de la ville de Limoges.

[5] D’après une circulaire d’avril 1942 (conservée aux archives départementales des Bouches-du-Rhône, 163 E 7S4), les séances récréatives n’étaient pas comprises dans les « appels à la générosité publique » et le bénéfice pouvait donc être entièrement affecté par la Légion aux œuvres de son choix, sans rien reverser au Secours national et à la Croix rouge. Bien qu’il ne soit pas évident que cette règle ait toujours été la même entre 1940 et 1944, cela expliquerait le nombre important de séances récréatives.


Une réflexion au sujet de « Les cérémonies de la Légion française des combattants (1/4) : étude d’une proposition d’organisation collective »

  1. Bonsoir,

    Votre travail est passionnant. J’écris l’histoire de Nexon ( mon site: etsinexonmetaitconte.fr) et pour cela je travaille a partir des archives locales. J’ai trouvé une planche de photographies, assez abîmées sur la fete de la legion en 1942. Il n’ya pas plus de précision sur la date. dans la liste des communes que vous avez trouvé dans la presse est-ce que Nexon figure? Pouvez vous me transmettre les résultats de vos recherches?
    bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *