Retour sur un silence (2/4) : Trois moments différents de publication entre 1914 et 1939

Suite du papier sur l’étude bibliométrique de la production éditoriale sur l’occupation allemande en 1914-1918.  Le premier épisode de la série est ici.

Une analyse plus fine de la production éditoriale nous conduit à distinguer les ouvrages en fonction du genre : récit d’exactions, monographie, souvenirs personnels, récit héroïque, essai théorique et même publication de sources sur l’occupation (affiches et documents allemands). Les pics des courbes diffèrent alors selon le genre du récit mettant en avant trois moments différents d’écriture : celui de la guerre proprement dite (1914-1918), celui de la sortie de la guerre (1919-1920) et celui de l’entre-deux-guerres (1921-1939).

Les publications du temps de guerre prennent différentes formes mais restent conditionnées par le contexte de propagande.

Évolution de la production éditoriale, en fonction du genre (1914-1939)
Évolution de la production éditoriale, en fonction du genre (1914-1939)

La première vague de publication en 1915 fait suite à l’invasion, en particulier de la Belgique, et aux exactions nombreuses commises (massacres de la population civile en particulier). Ces exactions sont alors utilisées dans une guerre de propagande pour dénoncer la « barbarie » des Allemands1. Ce sont des habitués de l’écriture – journalistes, romanciers ou essayistes – qui prennent la plume et livrent des récits assez brefs dans des formats peu onéreux. Mais à côté de ces récits sensationnalistes, sont également publiés les premiers rapports des Commissions d’enquête sur les violences commises par l’ennemi2. Aristide Briand, alors ministre de la Justice, a en effet accordé de larges moyens à la commission dirigée par Georges Payelle, Président de la Cour des Comptes, pour enquêter sur les atrocités commises par les troupes allemandes au moment de l’invasion3. Des brochures diffusent ensuite les principaux résultats de l’enquête dans des formats plus économiques4. Après la dénonciation des exactions lors de l’invasion, la Commission d’enquête s’intéresse aux violences commises au cours de l’occupation : en 1916, un nouveau rapport dénonce en particulier les déportations des jeunes gens de l’agglomération lilloise vers les campagnes ardennaises et axonaises5.

Cette première vague éditoriale perd régulièrement de l’ampleur de 1915 à 1918. Mais une deuxième vague la suit de près : après le temps de la dénonciation, vient celui de la réflexion et du récit de vie, de 1916 à 1918. En effet, l’invasion et la courte occupation dans la région d’Amiens ou dans l’Oise donnent immédiatement lieu à l’édition de témoignages généralement brefs dans des formats populaires6. Plus qu’un récit sur l’expérience de l’occupation, même courte, il s’agit là encore de témoignages à charge s’inscrivant dans les publications de propagande.

À partir de 1917, les récits sur l’occupation se multiplient avec l’intensification des rapatriements ; sont alors publiés des souvenirs personnels, voire les premières monographies sur l’occupation7. Parfois aussi, ces souvenirs sont mis en forme par des professionnels de l’écriture8.

Les faits de l’occupation étant mieux connus avec la publication de témoignages, cette situation inattendue – l’occupation d’une grande partie de la Belgique et du nord et de l’est de la France – est alors l’objet de réflexions diverses afin d’en considérer les aspects juridiques, économiques ou politiques. On s’intéresse alors au principe de nationalité dans une Belgique occupée par des Allemands qui favorisent la population néerlandophone9, à la violation de la neutralité de la Belgique et ses conséquences10, à la fabrication de la légende des francs-tireurs11, au conflit entre le droit et la force12. Cette production, on le voit, dépasse largement les frontières de la France : elle est le fait d’universitaires de différentes nationalités européennes qui portent leur regard essentiellement sur la Belgique. Le cas de la Belgique semble donc plus propice à l’analyse peut-être parce que la situation y est relativement claire : l’occupation résulte d’une violation du droit international par l’Allemagne et le gouvernement est en exil. Les questions que pose le cas français sont plus complexes : d’abord l’occupation résulte d’une défaite militaire moins avouable que dans le cas belge, ensuite les problématiques juridiques et politiques sont différentes du fait du maintien du gouvernement à Paris. Le premier ouvrage, un tant soit peu théorique concernant la France, est publié en 1919 et est consacré au rapatriement13. En fait, jusqu’en 1918, l’ensemble de la production éditoriale sur l’occupation porte davantage sur le cas belge que sur le cas français.

Les récits de l’invasion et de l’occupation publiés pendant la guerre sont marqués par les contraintes du rationnement et de la propagande : les pages sont peu nombreuses, le format économique et les auteurs, des professionnels de l’écriture. l’accent est mis sur la dénonciation des violences ennemies, dénonciation qui s’appuie sur le témoignage comme élément de preuve. À côté de cette production grand-public, se diffusent également des réflexions plus théoriques sur les enjeux et les conséquences de l’occupation en particulier en Belgique.

Avec l’armistice et la libération des territoires occupés, les récits personnels reprennent de l’importance, les témoignages monographiques se multiplient et au cours de l’année 1919, les publications sur l’occupation atteignent un pic. La parole est en particulier donnée aux habitants qui ont connu l’occupation. Des récits sur Lille, Saint-Dié, Bruxelles, Liège, Cambrai, Laon, Lens ou Sedan sont publiés14. Chaque territoire a ainsi son histoire de l’occupation rédigée par des acteurs locaux à partir de notes prises au cours de la guerre et de documents divers. Les ouvrages s’étoffent par rapport aux premiers récits d’exactions ou aux premiers souvenirs personnels d’occupation et dépassent souvent les 200 pages.

Désormais, les professionnels de l’écriture sont minoritaires parmi les auteurs. En 1919, seuls 10 auteurs sur 28 avaient déjà publié contre 14 sur 19 en 1917. Le champ éditorial semble s’élargir : des lettrés du nord et de l’est de la France voient leur témoignage intéresser des maisons d’édition parisiennes. Mais cette diversification est de courte durée et le goût pour la monographie s’estompe très vite : le nombre de monographies tombe de 15 à 5 entre 1919 et 1920. C’est en fait l’intérêt pour l’occupation dans la Grande Guerre qui s’efface : on passe de 28 ouvrages publiés en 1919 à 11 en 1920.

Les années 1920 et 1930 sont ainsi caractérisées par un étiage relativement bas de publications sur l’occupation autour de 2 à 4 livres par an contre plus de 10 livres par an avant 1920. On ne peut pas pour autant parler de silence mais il est clair que le thème de l’occupation est à la marge de la production éditoriale sur la Grande Guerre. Les ouvrages parus entre 1920 et 1939 sont assez divers. On compte encore un certain nombre de monographies sur Douai, Lille, Fillières, Cambrai, Maubeuge, Laon, Fourmies… Les villes, et plus particulièrement les villes du Nord, sont privilégiées par ces récits locaux. Le Nord est effectivement le département occupé le plus urbanisé, il s’y trouve donc une bourgeoisie nombreuse, pour qui l’écriture est une pratique coutumière et les liens avec le monde de l’édition plus évidents. La diffusion de ces livres semble cependant plus réduite qu’en 1919, les éditeurs sont ainsi plus fréquemment d’implantation locale et rares sont ceux qui parviennent à publier dans une maison parisienne.

Un autre type d’ouvrages sur l’occupation parvient à être encore édité : ce sont les essais théoriques ou scientifiques. On note des publications régulières entre 1924 et 1928. Il s’agit, pour l’essentiel, des travaux réalisés dans le cadre de la Dotation Carnegie : les séries belge et française portant sur l’occupation sont effectivement diffusées au cours de cette période. Mais la Dotation Carnegie n’est pas seule à étudier l’occupation avec les outils des sciences humaines : l’historien Georges Gromaire15 propose également une première synthèse historique tandis que des juristes s’intéressent au régime d’exception imposé lors de l’occupation16. Dix ans après la guerre, il semblerait qu’il soit désormais possible de regarder l’occupation avec une certaine distance historique et scientifique mais cela reste toutefois une démarche marginale.

Enfin, on peut noter un intérêt soudain pour des figures héroïques au début des années 1930. On redécouvre ainsi les réseaux d’exfiltration de soldats alliés s’étant trouvés pris au piège en territoires envahis. Une figure de ces réseaux avait été fortement popularisée au cours de la guerre, celle d’Edith Cavell, infirmière britannique condamnée à mort et fusillée par les Allemands en 1915. Deux autres figures féminines prennent la plume pour témoigner de leur action : Marie de Croÿ17 et Louise Thuliez18. Cette dernière avait déjà publié des souvenirs dans La Revue des deux mondes à l’issue de la guerre19.

Le regard qui est porté sur ces figures héroïques semble avoir changé depuis. En 1919, Louise Thuliez se présentait comme une compagne de Miss Cavell, la figure de la Britannique étant alors écrasante. En 1919, son témoignage n’avait visiblement pas intéressé les éditeurs et il faut attendre les années 1930 pour qu’un grand éditeur parisien publie son récit. Louise Thuliez est alors perçue comme une héroïne à part entière, le titre de son livre ne fait d’ailleurs plus référence à Miss Cavell mais à sa propre expérience personnelle.

Mais pourquoi un tel regain d’intérêt dans le contexte des années 1930 pour les formes de contestation et d’opposition à l’occupation allemande ? Faut-il y voir une réponse patriotique à une angoisse devant les crises économiques et politiques qui secouent l’Europe ? Toujours est-il que les maisons d’édition redécouvrent les actions héroïques de l’occupation et les autres actions clandestines subversives : la presse clandestine20 et les services de renseignement21.

 

La période 1914-1939 est donc rythmée par trois temps distincts dans la production éditoriale. Au flot éditorial de brochures et d’éditions à bon marché dénonçant les actes de l’ennemi en s’appuyant sur des témoignages, succède un pic en 1919 marqué par la multiplication de monographies sur l’occupation souvent écrites par des témoins et publiées dans des livres de taille moyenne. Le flot éditorial devient ensuite un petit cours d’eau tranquille en même temps que la production se diversifie : travaux scientifiques, nouvelles monographies et récits héroïques.

 

Lire la suite ici.

 

1 Par exemple Jean de BEER, l’Allemagne s’accuse. l’invasion et l’occupation allemandes en Belgique d’après les documents allemands, Paris, « Pages actuelles » n°31, Bloud et Gay, 1915, 61 p. ; René CHAMBRY, La vérité sur Louvain, Paris, Payot, 1915, 60 p. ou Pierre NOTHOMB, Les barbares en Belgique, Paris, Perrin, 1915, 263 p.

2 Rapport et procès-verbaux de la commission instituée en vue de constater les actes commis par l’ennemi en violation du droit des gens, Commission présidée par Georges Payelle, Paris, Imprimerie Nationale, 1915, 4 volumes.

3 John Horne et Alan Kramer, 1914, Les atrocités allemandes (trad. française), Paris, Tallandier, 2005 (2001),p. 260

4 Georges PAYELLE, Le Livre rouge. Les atrocités allemandes. Rapport officiel et in-extenso présenté à M. le président du Conseil, le 7 janvier 1915, par la Commission instituée en vue de constater les actes commis par l’ennemi en violation du droit des gens, Paris, Bibliothèque des ouvrages documentaires, 1915, 64 p.

5 Les Allemands à Lille et dans le Nord de la France, Rapport du Ministère des Affaires étrangères, Paris, Hachette, 1916, 166 p.

6 Loup BERTROZ, Senlis pendant l’invasion allemande, 1914, carnet de notes d’un Senlisien, Senlis, Éd. Du Courrier de l’Oise, 1916, 96 p. ; Louis LE BARBIER, Les Allemands à Compiègne, septembre 1914. Journal d’un otage, Paris, Éditions Larose, 1915, 72 p. ; André de MARICOURT, Le drame de Senlis. Journal d’un témoin. Avant, pendant, après, Paris, Bloud et Gay, 1916, 288 p.

7 Par exemple Georges DESSON, Souvenirs d’un otage de Hirson à Rastatt, Paris, Bloud et Gay, 1916, 192 p. ; Paul TORN, Huit mois avec les « Boches » dans le Luxembourg belge : août 1914-avril 1915, Paris, Perrin, 1916, 208 p. ; Mme ***, Dans la geôle bruxelloise, Paris, Van Oest et Cie, 1917, 252 p.

8 Henriette CÉLARIÉ, En esclavage. Journal de deux déportées, Paris, Bloud et Gay, 1917, 342 p. ; Paul de SAINT-MAURICE, La Ville envahie, Paris, Perrin, 1916, 109 p. ; André FAGE, Lille sous la griffe allemande, Paris, Perrin, 1917, 330 p.

9 Jules DESTRÉE, Il principio delle nazionalità e il Belgio, Catania, F. Battiato, 1916, 72 p.

10 Fritz NORDEN, Das neutrale Belgien und Deutschland : im Urteil belgischer Staatsmänner und Juristen, München, F. Bruckmann, 1916, 96 p.

11 Fernand Van Langenhove, Hoe een cyclus van legenden ontstaat : franc-tireurs en gruweldaden in Belgïe, Leiden, De Vlaamsche Boekenhalle, 1916, 269 p.

12 Kristoffer NYROP, L’arrestation des professeurs belges et l’Université de Gand. Un conflit entre la force et le droit ; une réponse à la législation allemande de Stockholm, Lausanne, Payot, 1917, 85 p. (ouvrage traduit du danois)

13 Andrée d’ALIX, Le Rapatriement, étude sur le rapatriement et ses œuvres de secours, Paris, Bloud et Gay, 1919, 260 p.

14 Pierre BOSC, Les Allemands à Lille, Paris, Éd. Foi et Vie, 1919, 288 p. ; Ernest COLIN, Saint-Dié sous la botte. Une mission imposée par les Allemands en 1914, Paris, « La Guerre. Les récits des témoins », Berger-Levrault, 1919, 82 p. ; Georges GARNIR, Pourquoi pas ?Pendant l’occupation. La Vie bruxelloise de 1914 à 1918, Bruxelles, Edition de l’expansion belge, 1919, 215 p. : Olympe GILBAR et Jules de THIER, Liège pendant la guerre, Liège, Impr. Bénard, 1919, 4 volumes ; Jules HÉLOT, Cinquante mois sous le joug allemand : l’Occupation allemande à Cambrai et dans le Cambrésis, Paris, Plon-Nourrit, 1919, 595 p. ; Jean MARQUISET, Les Allemands à Laon, Paris, Bloud et Gay, 1919, 280 p. ; Émile OCCRE, Lens 1914-1918, la guerre, l’invasion, l’occupation allemande, Paris, Gabriel Beauchesne, 1919, 256 p., Philippe STÉPHANI, Sedan sous la domination allemande (1914-1918), Paris, Grasset, 1919, 240 p.

15 Georges GROMAIRE, L’occupation allemande en France (1914-1918), Paris, Payot, 1925, 501 p.

16 Albert BOSQUET, l’Économie de guerre en pays envahis. La circulation fiduciaire sous l’occupation allemande (1914-1918), Paris, Marcel Giard, 1926, 192 p. ; Louis-Jules PAULY, Occupation allemande et guerre totale. Etude de l’évolution du régime des personnes et des biens d’après l’expérience de la dernière guerre, Nancy, Société d’impressions typographiques, 1930, 573 p.

17 Marie de CROŸ, Le Martyre des pays envahis, Souvenirs, Paris, Plon-Nourrit, 1933, 283 p.

18 Louise THULIEZ, Condamnée à mort, Paris, Flammarion, 1933, 286 p.

 

  • L’occupation allemande en France (1914-1918), Paris, Payot, 1925,

19 Louise THULIEZ, « Condamnée à mort par les Allemands. Récit d’une compagne de Miss Cavell », Revue des deux mondes, 1er avril 1919, p. 641-681.http://rezo.net/

20 Henry de FORGE et Jean MAUCLÈRE, Feuilles françaises dans la tourmente, les héros de la presse clandestine dans le Nord envahi, Paris, Berger-Levrault, 1932, 244 p.

21 Philippe KAH, l’Adolescent chargé de gloire, Léon Trulin, Lille, Les Amis de Lille, 1932, 250 p. ; Marthe Mc KENNA, Souvenirs d’une espionne, Paris, Collection de mémoires, études et documents pour servir à l’histoire de la guerre mondiale, Payot, 1933, 267 p. ; Jacques MORTANE, Les civils héroïques, Paris, La Baudinière, 1938, 255 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *