Retour sur un silence (1/4) : La production éditoriale sur l’occupation allemande depuis 1914

Étrangement, l’historien considère fréquemment son objet de recherche comme un « angle mort de l’historiographie ». Cela est particulièrement vrai à propos de l’occupation en 1914-1918 : histoire oubliée pour Annette Becker, victime d’un long silence pour Helen Mc Phail ou de l’écran conceptuel du pacifisme pour Philippe Nivet. Aussi, lorsque j’ai commencé ma recherche, j’ai voulu confronter cette impression avec la réalité de la production éditoriale sur le sujet. Il s’agit d’un véritable travail collectif, mené au sein du CRID 14-18, qui a été rendu possible grâce à la riche base de données bibliographiques de Yann Prouillet et aux conseils avisés de Philippe Olivera qui m’a incité à pousser plus avant mon enquête. Qu’ils soient ici tout deux remerciés. 

 

En 1998, l’historienne Annette Becker publie un premier ouvrage de synthèse sur l’occupation en France pendant la Première Guerre mondiale qu’elle intitule Oubliés de la Grande Guerre1. Selon elle, le travail historique a été « long à venir » sur cette question de l’occupation2. Plus de dix ans plus tard, Philippe Nivet revient sur cette idée. Selon lui, les pacifistes des années 1920 et 1930 auraient dressé ce qu’il appelle un « écran conceptuel » à toute recherche historique sur l’occupation. Ainsi, leur condamnation de la guerre aurait rendu impossible toute étude des violences commises par l’occupant 3. Effectivement, Antoine Prost et Jay Winter, lorsqu’ils étudient l’historiographie de la Grande Guerre en 2004, ne signalent pas l’occupation comme problématique traitée par les historiens : cinq lignes seulement y sont consacrées dans le paragraphe sur les violences de guerre4.

L’« oubli » de l’occupation est-il spécifique au champ historique ? Retrouve-t-on la même distorsion que pour l’expérience combattante : une profusion de témoignages qui va de pair avec une occultation historiographique5 ? D’autres champs disciplinaires ont-ils questionné cette occupation ? Pour sortir des impressions, il est nécessaire de s’intéresser à l’évolution de la production éditoriale sur les occupations militaires depuis 1914.

 

Élaborer une base de données bibliographique

Une recherche à l’aide des mots-clés « occupation » et « 1914-1918 » dans le catalogue collectif de France de la Bibliothèque nationale de France6 renvoie 263 réponses. Mais un examen rapide des résultats montre les limites d’une telle recherche. Beaucoup d’ouvrages recensés n’ont aucun ou très peu de rapport avec l’occupation pendant la Première Guerre mondiale, c’est le cas par exemple des synthèses générales sur la Grande Guerre ou des études comparant les deux conflits mondiaux. d’autre part, des ouvrages essentiels sur la question ne sont pas indiqués : en effet, l’indexation par mots-clés n’est pas réalisée pour tous les ouvrages et n’est pas toujours pertinente.

Si ce premier balayage, rapide et lacunaire, de la production éditoriale sur l’occupation est indispensable pour confirmer les impressions, il n’est pas suffisant pour en comprendre les résultats. Nous avons donc complété ces références avec celles que nous avons pu accumuler par le dépouillement de revues7 et de la Bibliographie annuelle de l’histoire de France8, ainsi que par nos propres lectures. Ce travail de recensement a également bénéficié de l’apport du travail collectif réalisé au sein du CRID 14-189. Ont été éliminés par la suite tous les ouvrages n’apparaissant pas dans la catalogue collectif de France afin de ne retenir que ceux ayant bénéficié d’une diffusion nationale. Au total, ce sont 239 références qui ont été rassemblées.

 

Graphique 1: Évolution de la production éditoriale (1914-2011)

graphique_1On observe un premier pic de la production éditoriale sur l’occupation en 1917. C’est justement à ce moment que les rapatriements vers la France de civils occupés prennent de l’ampleur10, en partie à cause du repli stratégique de l’armée allemande sur la ligne Hindenburg. Les témoignages sur l’occupation deviennent alors plus nombreux et font l’objet de compilations, d’enquêtes et de publications. Sans surprise non plus, l’année 1919 constitue le pic éditorial sur l’occupation avec 28 ouvrages recensés. La fin de la guerre, la réintégration des territoires occupés en France et la libération de la Belgique sont de nouvelles occasions de raconter l’occupation. Mais ensuite, cet intérêt pour l’occupation chute brutalement : 11 ouvrages recensés en 1920, 6 en 1921 et à la veille de la guerre, la production éditoriale sur l’occupation semble quasi-nulle.

La majorité des ouvrages recensés porte sur la France occupée mais peut-être notre recherche est-elle biaisée, les revues françaises comme nos propres lectures privilégiant les livres en français et excluant donc les ouvrages en flamand ? On peut remarquer tout de même que la part prise par les livres sur la Belgique n’est pas négligeable. Cela peut refléter le mouvement de sympathie internationale sur le thème de la Poor Little Belgium que suscite le petit pays neutre envahi par l’agresseur germanique. D’autre part, les « atrocités » qui y ont été commises par les troupes allemandes au moment de l’invasion11 offrent un sujet de prédilection pour les brochures de propagande. Il est à noter également que le gouvernement belge est réfugié en France à Sainte-Adresse et au Havre et que plusieurs responsables politiques prennent la plume pour témoigner de la situation de la Belgique12. La production historique sur l’occupation de la Belgique est également relativement riche à partir des années 1990 (voir diagramme, ci-dessous) tandis que les occupations sur le front Est sont minoritaires. Cela ne constitue pas une réelle surprise, les fonds étudiés ont été constitués par des institutions françaises et font donc la part belle aux textes sur la France et l’Europe occidentale. Cela correspond également à la marginalité des études transnationales, les récits historiques au XXe siècle restant largement conditionnés par le cadre national.

Diagramme 1: Répartition des ouvrages de la base de données (1914-2011), en fonction du territoire concerné

diagramme_1

Du milieu des années 1930 au milieu des années 1990, la production éditoriale sur les occupations de la Grande Guerre semble se réduire à une poignée d’ouvrages. Le regain d’intérêt pour l’occupation ces vingt dernières années reste modeste avec des pics au moment des dates-anniversaires de la guerre (1998 et la période 2004-2008). Il s’agit pour l’essentiel d’études historiques réalisées par des universitaires portant sur les différents territoires occupés et publiées dans différentes langues. En marge du champ académique, des associations ou des historiens locaux exhument également des témoignages et des documents permettant de réaliser de nouvelles monographies de l’occupation. Le travail historique va donc de pair avec le travail mémoriel, cela explique sûrement les pics notés au moment des dates anniversaires.

En revanche, avant 1939, les ouvrages publiés étaient plus rarement scientifiques ou historiques. Ce sont avant tout des récits, des témoignages directs ou indirects sur l’occupation avec parfois une volonté de dénoncer les actes ennemis dans une logique de propagande.

Diagramme 2: Répartition des ouvrages publiés entre 1914 et 1939, en fonction de leur nature

diagramme_2

Diagramme 3: Répartition des ouvrages entre 1939 et 2011, en fonction de leur nature

diagramme_3

Le silence sur l’occupation, dénoncé par les historiens contemporains, est en fait relatif : il concerne la cinquantaine d’années séparant le début de la Seconde Guerre mondiale des années 1990. Et il n’est pas sûr que la raison de ce silence soit à rechercher dans un éventuel « écran conceptuel » dressé par les pacifistes. C’est sûrement accorder trop d’importance et d’influence aux mouvements pacifistes et nier la grande diversité, voire les affrontements, des opinions dans les années 1930. À y regarder de plus près, on constate que la production éditoriale des années 1920 et 1930 est au moins aussi importante que celle des années 1990 et 2000. Ce sont en fait l’imminence puis le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale qui ont imposé le silence. Et comment parler de l’occupation pendant la Grande Guerre après les années 1940 alors que le souvenir de celle de la Seconde Guerre mondiale est combattu par les autorités nationales ? À partir des années 1970, le « syndrome de Vichy » surgit dans le débat public et l’intérêt se porte alors sur l’Occupation de 1940 à 194413. Les avancées de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale vont ensuite conduire les historiens et les acteurs locaux à se pencher de nouveau sur les occupations pendant la Grande Guerre. Aussi Annette Becker et Philippe Nivet14 revendiquent-ils par exemple l’héritage de Philippe Burrin15.

Cette première période de 1914 à 1939 apparaît comme fondamentale : elle est marquée par la production et la diffusion de nombreux textes sur l’occupation qui participent à la construction d’un récit-type de l’occupation de 1914 à nos jours.

 

Article à suivre…

Le deuxième volet est ici.

 

 

1 Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre. Humanitaires et culture de guerre, Paris, Hachette Littératures, 2003 (1998), 395 p.

2 Ibidem, p. 16

3 Philippe Nivet, La France occupée. 1914-1918, Paris, Armand Colin, 2011, p. 10

4 Antoine Prost et Jay Winter, Penser la Grande Guerre, Paris, Points, Seuil, 2004, p. 137

5 Rémy Cazals et Frédéric Rousseau, 14-18 : le cri d’une génération, Toulouse, Privat, 2001, 160 p.

6 Catalogue qui recense plus de 30 millions de documents, accessible à l’adresse : [URL:http://ccfr.bnf.fr/portailccfr/jsp/index.jsp]

7 La Revue historique, La Revue d’histoire de la guerre mondiale, Le Mercure de France pour la période 1917-1923.

8 Bibliographie annuelle de l’histoire de France, Paris, CNRS Editions, à partir de 1955.

9 Collectif de Recherche International et de Débat sur la Guerre de 1914-1918 ([URL : http://www.crid1418.org]). Un grand merci à Yann Prouillet pour m’avoir communiqué les résultats de sa base de données.

10 205 000 civils auraient été rapatriés en 1917 contre seulement 40 000 en 1916 selon Michel Huber, La Population de la France pendant la guerre, New Haven, Paris, Dotation Carnegie, PUF, 1931, p. 191

11 5 521 civils auraient été tués délibérément par les troupes allemandes selon le décompte établi par John Horne et Alan Kramer, Les Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 96 (édition originale : German Atrocities, 1914. A History of Denial, New Haven, Londres, Yale University Press, 2001).

12 Le ministre socialiste Émile Vandervelde, le socialiste Jules Destrée ou bien l’épouse du ministre Carton de Wiart par exemple.

13 Henry Rousso, Le Syndrome de Vichy. 1944-198…, Paris, Seuil, 1987, 378 p.

14 Annette Becker, op. cit., p. 49 reprend le concept d’accommodement. Terme repris également par Philippe Nivet La France occupée, 1914-1918, Paris, France, A. Colin, 2011, 479 p. sans que la filiation avec Philippe Burrin ne soit précisée. Philippe Nivet, op. cit., p. 265 et suivantes.

15 Philippe Burrin, La France à l’heure allemande. 1940-1944, Paris, Seuil, 1995, 559 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.