Report de l’Atelier

Bonjour,

En raison et en soutien aux mouvements contre la Loi ORE et le dispositif Parcoursup’, les organisatrices.teurs de l’Atelier Lectures Sociales de la Guerre décident de reporter la séance « L’expérience concentrationnaire et après ? » initialement prévue le 18 mai à l’EHESS. Cette rencontre sera reprogrammée à une date ultérieure de l’automne 2018.

Bien à vous,

Les organisatrices et organisateurs du séminaire

Histoire et historiographie de la Shoah

Le présent séminaire est conçu comme un lieu de discussion et d’échange visant à familiariser le public français aux tendances les plus récentes de l’historiographie, principalement de langue anglaise et allemande, sur la politique nazie de persécution et d’extermination des juifs. Chaque séance sera consacrée à un ouvrage récent présenté par son auteur, dans un exposé en français ou en anglais. Il sera porté attention aussi bien à l’histoire des bourreaux qu’à celle des victimes et l’on essaiera de privilégier les ouvrages les plus originaux en termes de méthode ou d’objet. L’enjeu, de fait, est triple : les faits, certes, mais aussi les voies de leur connaissance et le fil de leur récit.

https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/287//

Étudier les violences de masse en sciences sociales

Mercredi de 15 h à 17 h (salle des artistes, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 10 janvier 2018 au 11 avril 2018. Cf. calendrier des séances plus bas

Le séminaire a pour objet la présentation et la discussion de quelques-unes des règles que les sciences sociales peuvent se donner pour étudier les violences de masse en situation de conflit armé, de guerre civile ou de génocide. Il obéit à un principe général très simple : les violences de masse doivent être analysées avec les outils et les méthodes ordinaires des sciences sociales. Il se présente sous la forme d’un guide ordonné suivant une liste de onze « principes de recherche » dont le caractère rigide et fermé est fait pour être discuté et remis en cause.

Chaque séance articulera un problème épistémologique et un ou plusieurs cas tirés d’enquêtes empiriques menées au long du XXe siècle, principalement à propos des deux guerres mondiales, de la Shoah et du génocide des Tutsi au Rwanda. Il ne s’agira pas de proposer des états des lieux bibliographiques, mais de présenter et de discuter la position de quelques problèmes saillants en matière d’études des comportements violents et les difficultés d’interprétation auxquelles ils donnent lieu.

En fonction des demandes et des besoins, la deuxième heure pourra être consacrée à la présentation et à la discussion collective de travaux de recherche en cours.

https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/2300//

 

Les cérémonies de la Légion française des combattants (4/4)

Le début de l’article est disponible  ici

Formes de participation

Les articles de journaux sont utiles pour reconstituer la fréquence et le contenu des cérémonies, mais apportent peu d’informations sur les formes de la participation : si l’on sait qu’une personne choisie a dû déposer une gerbe ou hisser le drapeau, on manque d’indications sur la façon précise d’exécuter ces gestes. La participation du reste des légionnaires est encore plus vague. Or, il n’est pas indifférent de savoir par quel moyen ils se distinguent de la foule des spectateurs, pour montrer leur appartenance à l’organisation. En effet, cette distinction doit passer par des attitudes ou des signes spécifiques, voire la mise en œuvre de « techniques du corps »[1], anciennes ou apprises à l’occasion de leur adhésion à la Légion. Continuer la lecture de Les cérémonies de la Légion française des combattants (4/4)

Mercredi 8 Juin 2016 – « Sous l’uniforme : recrutement et trajectoires militaires de 1889 à 1919 » – SHD, Vincennes.

L’histoire de la Grande Guerre a très largement été écrite sans que l’on connaisse précisément la composition sociale de l’armée française. Cet atelier a pour but de présenter les travaux de jeunes chercheurs qui contribuent à combler cette lacune et démontrent l’existence de corrélations entre trajectoires sociales et expériences militaires Continuer la lecture de Mercredi 8 Juin 2016 – « Sous l’uniforme : recrutement et trajectoires militaires de 1889 à 1919 » – SHD, Vincennes.

Des « dérapages » et de la guerre coloniale, le cas du Soudan Français 1878-1894

L’étude des pratiques de guerre fait partie de ces interrogations dont la légitimité s’est peu à peu imposée au point qu’elle participe aujourd’hui de vives controverses. L’historiographie de la Grande Guerre, marquée par de nombreuses passes d’armes entre tenants et détracteurs de l’Historial de Péronne, en témoigne. Il ne s’agit pas ici d’entrer dans la polémique mais de constater combien celle-ci semble symptomatique des difficultés que rencontrent les disciples de Clio lorsqu’ils tentent d’appréhender la violence de guerre.

J’ai choisi pour ma part d’ancrer l’analyse dans le moment colonial. Choix peu évident, s’il en est, car si on connaît bien l’histoire de la conquête, l’historiographie française de la colonisation achoppe sur l’analyse des modalités d’usage et d’exercice de la violence. Les inflexions récentes de la pensée sur notre passé colonial ont favorisé l’émergence d’ouvrages polémiques qui s’inscrivent dans deux « […] registres distincts et mutuellement exclusifs de compréhension du “fait colonial” […] »1 et dont les apports sont, de ce fait, limités. Ce travail qui prend pour cadre un terrain colonial ne vise donc ni à absoudre, ni à condamner un régime coupable d’horreurs, d’exactions ou de crimes restés inconnus de l’opinion. L’analyse porte au contraire sur des usages de la violence qui suscitèrent le débat. Continuer la lecture de Des « dérapages » et de la guerre coloniale, le cas du Soudan Français 1878-1894

Les cérémonies de la Légion française des combattants (3/4)

Le début de l’article est disponible ici

Pratiques rituelles

S’il est vrai que les cérémonies étaient peu fréquentes dans la plupart des communes, les pratiques rituelles et les lieux choisis à ces occasions auraient toutefois pu constituer une nouvelle forme d’engagement pour les anciens combattants, en rompant avec les traditions de l’entre-deux-guerres. Les entrefilets de la presse évoquent souvent les étapes principales des cérémonies : celles-ci sont représentées sur l’analyse des correspondances multiples qui suit[1].

Continuer la lecture de Les cérémonies de la Légion française des combattants (3/4)

Les cérémonies de la Légion française des combattants (2/4) : étude d’une proposition d’organisation collective

Le début de l’article est disponible ici

Fréquence des cérémonies

Rémi Dalisson[1] et Jean-Paul Cointet[2] affirment que les légionnaires étaient de toutes les fêtes vichystes, au point de participer à des cérémonies hebdomadaires ou quotidiennes, ce qui indiquerait non seulement une omniprésence dans l’espace public, mais également un fort investissement de leur temps libre de la part des membres de l’organisation. Sur ce point, l’étude des journaux de la Haute-Vienne indique 472 cérémonies entre août 1940 et août 1944, réparties chronologiquement dans le graphique ci-dessous[3].

Continuer la lecture de Les cérémonies de la Légion française des combattants (2/4) : étude d’une proposition d’organisation collective

Les cérémonies de la Légion française des combattants (1/4) : étude d’une proposition d’organisation collective

Le 17 juin 1940, alors qu’il prenait la parole à la radio pour annoncer son intention de demander l’armistice, le maréchal Pétain exprima sa certitude d’être soutenu par les anciens combattants qu’il avait « eu la fierté de commander »[1]. Continuer la lecture de Les cérémonies de la Légion française des combattants (1/4) : étude d’une proposition d’organisation collective

Atelier : Faire l’histoire de la société française sous l’Occupation. Approches et méthodes

Le prochain atelier intitulé : « Faire l’histoire de la société française sous l’Occupation. Approches et méthodes », se déroulera le samedi 12 décembre 2015 en Sorbonne, salle Picard (17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage) de 14h à 18h30.

Légionnaires attendant leur tour pour déposer un peu de leur terre natale dans une crypte sur le plateau de Gergovie, archives d'Henri Pichot
Légionnaires attendant leur tour pour déposer un peu de leur terre natale dans une crypte sur le plateau de Gergovie, archives d’Henri Pichot

Nous y discuterons les communications d’Anne-Sophie Anglaret sur les anciens combattants de la Première Guerre mondiale et de Jean-François Bonhoure sur les historiens sous l’occupation.

« La tête en capilotade ». Avis de soutenance

Nous avons le grand plaisir d’annoncer la soutenance de thèse d’une camarade de Lectures sociales :

Marie Derrien soutiendra en effet sa thèse
« La tête en capilotade ». Les soldats de la grande guerre internés dans les hôpitaux psychiatriques français. »
le samedi 21 novembre 2015 à 9h00,
à Lyon, à l’ISH, Espace Marc Bloch (14 avenue Berthelot, 69007 Lyon)

Asile d'aliénés de Bron, clinique des hommes, début du XXe siècle. Fonds de la Ferme du Vinatier
Asile d’aliénés de Bron, clinique des hommes, début du XXe siècle. Fonds de la Ferme du Vinatier

Composition du jury :

  • Mme VON BUELTZINGSLOEWEN Isabelle,  Professeure des universités,  Université Lumière Lyon 2
  • M. DOUZOU Laurent,  Professeur des universités,  Institut d’Études Politiques de Lyon
  • M. GUILLEMAIN Hervé,  Maître de conférences,  Université du Maine
  • Mme RASMUSSEN Anne,  Professeure d’Université,  Université de Strasbourg
  • M. CHANET Jean François,  Professeur des universités,  Institut d’Etudes Politiques de Paris
 Légende de l’image en Une :
Dossiers médicaux. Fonds du Centre hospitalier le Vinatier

Atelier : Santé et expériences de la guerre au XXe siècle.

Comptes Rendus des communications de l’atelier : Santé et expériences de la guerre au XXe siècle.

Cet atelier s’est déroulé le 3 novembre 2014 au SHD à Vincennes, avec le partenariat du LARHRA, du CRISES Montpellier III et du Service Historique de la Défense.

Continuer la lecture de Atelier : Santé et expériences de la guerre au XXe siècle.

Philanthropique, para-public et international : le ravitaillement de la Belgique et de la France occupées en 1914-1918

De retour d’une plongée dans les archives générales du royaume de Belgique, j’y ai cherché des informations sur le fonctionnement de ce drôle de « machin » qu’est le ravitaillement de la population civile occupée en Belgique et en France. Sujet qui a été présenté après-guerre avec un lyrisme héroïque par les acteurs mêmes de cette entreprise1 mais qu’il conviendrait de réexplorer avec des problématiques issues de l’histoire sociale de la guerre.

Continuer la lecture de Philanthropique, para-public et international : le ravitaillement de la Belgique et de la France occupées en 1914-1918

Compter : une autre lecture du témoignage

Cela fait quelques temps que l’idée me trottait dans la tête : pourquoi ne pas utiliser les outils de la lexicométrie pour proposer une analyse des témoignages qui parte vraiment du matériau et non d’une impression subjective ? Ne serait-ce pas le meilleur moyen de prévenir toute tendance consciente ou non de choisir sa citation en fonction de ce que l’on veut montrer, d’éviter ce que Nicolas Mariot a appelé l’argumentation par exemplification1 ?

Continuer la lecture de Compter : une autre lecture du témoignage

  1. Nicolas Mariot, « Faut-il être motivé pour tuer ? », Genèses, 2003, n°4, p. 162 []

Une autre histoire de l’administration de la folie dans la France des XIXe et XXe siècles

Recension  des deux ouvrages suivants par Sylvain Bertschy pour le Mouvement social :

Parus en 2013, les deux ouvrages présentés se proposent de donner à lire une autre histoire de l’administration de la folie dans la France des XIXe et XXe siècles. Expériences de la folie est issu d’une série de colloques organisée au Mans et à Nancy en 2010. Ouvrage dense, il rassemble quelques vint-cinq contributions de dix-neuf auteur- e- s et vise un public de spécialistes … (lire la suite de la recension sur le site du Mouvement social)