Retour sur un silence (3/4) : Une production éditoriale duale

Suite du papier sur l’étude bibliométrique de la production éditoriale sur l’occupation allemande en 1914-1918.  L’ épisode précédent de la série est ici

Il ressort du balayage de la production éditoriale sur l’occupation de 1914 à 1939 que celle-ci est duale. D’un côté des ouvrages destinés à un public large, écrits par des habitués de l’édition, dans des formats souvent économiques, et de l’autre, des récits rédigés par des notables locaux qui sont publiés pour la première fois.

Plus de la moitié des auteurs recensés peuvent ainsi être considérés comme des habitués de l’édition, ayant vu par le passé plusieurs de leurs ouvrages publiés. Ce sont essentiellement des hommes de lettres, des journalistes et des universitaires, plus rarement des hommes de loi, des responsables politiques ou des ecclésiastiques : 30 % des auteurs sont des hommes de lettres et 20 % des universitaires. Logiquement, ceux qui ont pour profession l’écriture ont un accès plus aisé à l’édition pour faire le récit de l’occupation. Les genres privilégiés sont alors l’essai de type scientifique, domaine de l’universitaire, le récit d’exactions et le récit héroïque, récits journalistiques voire romanesques par excellence.

 

Répartition des ouvrages publiés (1914-1939), en fonction du genre et de l'auteur
Répartition des ouvrages publiés (1914-1939), en fonction du genre et de l’auteur

 

Si les monographies restent cependant le type d’ouvrage le plus courant pour un habitué des publications, on remarque que plus des deux tiers d’entre elles sont écrites par des personnes ayant peu ou pas publié auparavant.

Ces habitués écrivent essentiellement entre 1915 et 1919 avec un pic en 1917 : ils profitent donc de la demande de récits d’occupation au cours de la guerre quand les témoins n’ont pas encore eu le temps de consigner leurs souvenirs.

Évolution de la production éditoriale, en fonction de l'expérience des auteurs (1914-1939)
Évolution de la production éditoriale, en fonction de l’expérience des auteurs (1914-1939)

 

Près des trois quarts d’entre eux sont édités par une maison parisienne. Les collections spécifiques à la guerre accueillent plus largement leurs écrits : « Pages actuelles » chez Bloud et Gay, « Pages d’histoire » chez Berger-Levrault, « La France dévastée » chez Alcan, voire même dans les collections consacrées aux témoignages comme « La Guerre. Les récits des témoins » chez Berger-Levrault ou « Mémoires et récits de guerre » chez Hachette.

Cette domination des éditeurs parisiens qui ont multiplié les collections dédiées à la guerre se retrouve dans l’ensemble de la production éditoriale sur l’occupation : Bloud et Gay, Berger-Levrault, Alcan, Payot ou Plon et Nourrit sont les maisons qui ont le plus publié sur ce thème. Les grands éditeurs réputés comme Hachette sont en revanche ultra-minoritaires.

On peut en déduire que les ouvrages sur l’occupation ne sont pas destinés au public le plus large mais à un public plus spécialisé, celui des amateurs de livres sur la guerre. On retrouve alors les caractéristiques de ce genre de littérature1 : des petits formats (in-16) économiques avec des titres plus fréquemment sensationnalistes. Ainsi près de 30 % des titres accusent directement l’Allemagne en utilisant les termes de « joug », « martyre », « Barbares », « botte » ou encore « griffe ». L’occupation est donc présentée comme une forme d’agression et d’oppression militaire reprenant les images stéréotypées traditionnelles de l’ennemi, à la fois barbare et fauve.

Un mode assez courant de diffusion de ces récits populaires sur l’occupation consiste à en faire paraître des extraits ou l’intégralité, sous forme de feuilleton, dans des revues.
Plusieurs récits suivent un même parcours éditorial : article monographique dans une grande revue, diffusion ensuite au format d’une brochure par une des maisons d’édition parisiennes spécialisées sur la guerre (Bloud et Gay, Berger-Levrault, Plon et Nourrit…), enfin publication d’une monographie plus complète. Par exemple, la romancière Henriette Célarié fait d’abord paraître un article sur la déportation de civils dans la Revue des deux mondes en 1917, récit qui est ensuite édité sous la forme de fascicule financé par l’Union des grandes associations françaises contre la propagande ennemie, avant la sortie d’un livre plus complet.

À côté de cette production destinée à un public relativement étendu, des publications restreintes rédigées par des auteurs qui accèdent souvent pour la première fois à l’édition prennent leur essor à partir de 1916. Ces derniers deviennent majoritaires à partir de 1918 avec un pic marqué en 1919, puis une production qui se maintient autour de quatre titres par an. Cette production est majoritairement constituée de témoignages et de monographies écrites par des acteurs locaux. La plume est confiée de préférence à des notables faisant partie de l’élite politique, économique voire ecclésiale. La parole légitime sur l’occupation est détenue par la bourgeoisie, d’une part parce qu’elle est censée maîtriser l’expression écrite, d’autre part parce que les responsabilités exercées en feraient un témoin de premier choix, enfin parce que les relations avec le monde de l’édition y sont plus fréquentes. Dans le cas de Lille, le recteur de l’Université3, l’évêque;4, un prêtre5, le directeur de la Caisse d’Epargne 6, un pharmacien7 et un juriste8 racontent, pour la plupart en 1919, leur expérience de l’occupation dans des articles ou des ouvrages.

Cette possibilité qu’ont eue certains notables de publier leur témoignage chez un éditeur parisien semble très vite prendre fin et à partir de 1920, la plupart des monographies sont désormais publiées en province ou en Belgique comme si ces récits n’avaient plus qu’un intérêt local. Signe de ce désintérêt, le publiciste laonnois Henri Pasquier indique dans sa monographie publiée en 1922 qu’il avait commencé à rédiger des notes sur l’occupation à Laon à la fin de 1918 et au début de 1919 à la demande de la rédaction de la Revue des Deux Mondes. Tombé gravement malade en 1919, il ne put remettre son manuscrit à temps. Plus tard, son texte n’intéressait plus la revue, plusieurs témoignages ayant déjà été publiés sur ce thème. Sa monographie est finalement imprimée par son propre journal, à Laon9.

Lire la suite ici.

 

 

Philippe OLIVERA, « Culture en guerre, culture d’exception ? Essai de mesure des formes de l’imprimé du temps de guerre », in Rémy CAZALS, Emmanuelle PICARD, Denis ROLLAND, La Grande Guerre. Pratiques et expériences, Toulouse, Privat, 2005, p. 189-199.

Henriette CÉLARIÉ, « Emmenées en esclavage pour cultiver la terre : journal d’une déportée », Revue des deux mondes, 15 juin 1917, p. 852-886 ; Emmenées en esclavage, Paris, Bloud et Gay, sans date, 16 p. et En esclavage. Journal de deux déportées, Paris, Bloud et Gay, 1917, 342 p.

Georges LYON, « Dans Lille occupée », Revue des deux mondes, n°49, janvier-février 1919, p. 537-566.

Mgr CHAROST, « Lille pendant l’occupation allemande », La Revue hebdomadaire, 17 mai 1919, p. 281-314.

Albert DROULERS, Sous le poing de fer : quatre ans dans un faubourg de Lille, Paris, Boud et Gay, 1918, 244 p.

Just ARNOUX, Bombardement et occupation de Lille par les Allemands. 1914-1918, Lille, Impr. A. Devos, 1919, 234 p.

Paul BARDOU, Histoire des quatre fusillés de Lille pendant l’occupation allemande, Eugène Jacquet et ses amis, Paris, Stéphane Becour éditeur, 1919, 317 p.

Louis SELOSSE, Guerre de 1914-1918. Occupation de Lille par les Allemands. Consultations données à la mairie de Lille, Paris, Recueil Sirey, 1927, 61 p.

Henri PASQUIER, Quarante-neuf mois d’esclavage. La ville de Laon sous le joug allemand, Laon, Imprimerie du Courrier de l’Aisne, 1922, 104 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *