Retour sur un silence (4/4) : le témoignage comme arme de dénonciation

Suite du papier sur l’étude bibliométrique de la production éditoriale sur l’occupation allemande en 1914-1918.  L’ épisode précédent de la série est ici

Les premiers récits publiés, nous l’avons vu, sont produits dans le contexte de guerre, au sein de collections dédiées à la guerre, parfois à l’aide de financements venant d’associations de propagande. Les auteurs insistent sur leur qualité de témoin comme si celle-ci était un critère permettant de valider l’authenticité de ce qui est raconté  : le récit du Senlisien Loup Bertroz s’appuierait sur un carnet de notes tandis que celui d’André de Maricourt reposerait sur son journal et Louis le Barbier met en avant son expérience d’otage des Allemands1. Le journal tenu au fil des jours est alors présenté comme une source sincère sur l’invasion.

Avec le travail de la Commission d’enquête sur la violation du droit des gens2, le recours au témoignage comme moyen de dénoncer les exactions ennemies est systématisé. La Commission d’enquête rédige ses rapports sur la base des interrogatoires effectués d’abord auprès des populations ayant vécu l’invasion en septembre 1914 puis auprès des réfugiés et rapatriés. À leur arrivée en France, les habitants des régions occupées étaient effectivement interrogés par la police française à Évian ou Annemasse. Les questions posées sont orientées de manière à dresser un réquisitoire contre l’armée allemande et les exactions commises. Les entretiens commencent par la question « Avez-vous été l’objet de bons ou de mauvais traitements ? », puis cette question est étendue à l’entourage de la personne interrogée3 : ces rapports sont donc fondés indistinctement sur des témoignages directs et indirects. Une sélection est faite dans ces témoignages, seuls sont perçus comme intéressants les récits portant sur les violences et les injustices commises par l’occupant. l’expérience de l’occupation est alors réduite au seul prisme de la violence.

Des enquêtes plus précises sont réalisées à partir de 1918, à mesure que les régions occupées sont libérées. La Commission rédige de petits récits des exactions commises, localité par localité, en ne s’appuyant plus seulement sur les interrogatoires de rapatriés mais aussi sur des entretiens réalisés dans le nord de la France. Ces rapports et procès-verbaux sont publiés en 19194 et énumèrent un certain nombre de faits localisés et datés alors que les précédents rapports dissimulaient les lieux et l’identité des civils pour éviter toutes représailles contre les familles restées en France occupée. Cette publication en 1919 se fait dans le contexte de négociations du traité de paix entre les Alliés. Montrer l’étendue des dégâts commis par la force occupante permet de justifier de réparations conséquentes ; d’où l’importance accordée à tous ces récits d’exaction.

Avec le travail de la Commission d’enquête, le témoignage est réduit à sa seule expression judiciaire, comme un récit de faits, à charge et centré sur les violences de l’occupation. Avec les publications de la Commission, il bénéficie d’une diffusion large et apparaît comme la qualité indispensable pour valider un récit de l’occupation : la parole légitime sur l’occupation est détenue par le témoin, et en particulier celui considéré comme légitime porte-parole de la population occupée : le notable connu pour sa réputation et les responsabilités exercées.

Le professionnel de l’écriture semble disqualifié pour raconter l’occupation. Ceux qui prennent tout de même la plume multiplient les précautions afin d’apparaître comme de simples porte-voix, se contentant de mettre en ordre le récit d’un témoin. L’exemple d’Henriette Célarié est assez évocateur. Elle est l’auteure de trois ouvrages pendant la guerre qui tous sont censés reposer sur des « souvenirs » ou un « journal » tenu par des femmes ayant vécu l’occupation5. Le fait de s’appuyer sur un récit personnel est alors présenté comme une preuve de l’authenticité de ce qui est dit, ce qui revêt un enjeu crucial dans un contexte de propagande :

Pour connaître la vérité, c’est aux victimes, directement qu’il faut la demander. Les pages qu’on va lire n’ont d’autre prétention que d’être un témoignage d’une absolue sincérité. Je les ai écrites d’après les notes et les récits d’Yvonne X***, qui fut emmenée en esclavage, par les Allemands, pour cultiver la terre ; le plus souvent je me suis bornée à transcrire le journal de la malheureuse déportée6.

Selon Henriette Célarié, c’est la qualité de victime qui fait la qualité du récit et le rôle de l’écrivain se réduirait à une simple mise en forme du texte. L’objectif serait d’informer sur la réalité des exactions commises, ici la déportation de jeunes filles, par l’autorité allemande : la romancière se fait journaliste voire enquêtrice. Pour rendre le récit plus vivant, l’auteure reconstitue des dialogues et signale des citations de ce qui est présenté comme un journal intime par le recours aux guillemets. Les citations correspondent aux moments d’action : «  » on nous range. Baïonnette au fusil, des soldats nous encadrent […]  » »7. La romancière revient à la troisième personne pour apporter des éclaircissements sur le contexte ou ajouter une description. Le témoignage, apocryphe ou non, avait alors une fonction d’édification dans le cadre d’un travail de propagande. Il n’est pas sans faire penser à une certaine littérature religieuse populaire consacrée à la vie de saints personnages. Ici aussi, nous avons affaire à des personnes parées de toutes les vertus et subissant un martyre. Ainsi Yvonne X*** est-elle ardente patriote et catholique sincère. Et ce n’est sûrement pas un hasard si les ouvrages d’Henriette Célarié sont régulièrement édités dans une maison d’édition catholique, Bloud et Gay, avec l’aide de ligues morales ou patriotiques.

Dans la plupart des récits, le narrateur parle à la troisième personne : il ne livre pas une expérience personnelle de l’occupation mais raconte les principaux événements concernant un canton, une ville ou un village avec un regard surplombant sur ces faits. Cela donne l’impression d’avoir affaire à un narrateur extérieur apportant une vérité incontestable plutôt qu’à un récit de l’intime.

L’objectif est alors de dénoncer les exactions allemandes dans un contexte marqué par les Conférences de Paix et les débats internationaux autour des questions de réparations. Albert Droulers présente ainsi les motivations de son témoignage dès les premières lignes de l’extrait publié dans La Revue hebdomadaire :

« À l’heure où l’Allemagne aux abois répudie comme mensongers les actes de cruauté et de barbarie dont on l’accuse et proteste de sa bonne volonté présente et future, je veux essayer de montrer en ces quelques pages quelle fut la conduite de l’ennemi dans les régions qu’il a occupées pendant quatre années. »8

La dénonciation de l’ennemi peut également s’accompagner de l’éloge du patriotisme et de l’héroïsme de la population civile :

« Aussi, bien que retranchés par le fer de la mère patrie, bien qu’impitoyablement étreints sous le poing de l’envahisseur, jamais nous n’avons cessé de nous sentir en communion d’âme, d’émotions, d’espoirs avec vous, jamais nous n’avons cessé non plus de nous sentir étrangers à l’hôte, à l’ennemi, jamais nous n’avons mieux compris le sens de ce mot latin, hostis, l’hôte qui reste en même temps l’ennemi. »9

Les récits opposent deux peuples, deux nations, rares sont ceux qui mettent en avant des individualités. Les témoins procèdent par généralisation : ce qui est commis par un individu est le reflet de la nature même d’une culture ou d’une nation. Albert Droulers décrit l’activité d’un caporal chargé des réquisitions :

« Il est chez lui partout, entre quand il veut, sort quand il lui plaît ; il s’introduit dans votre appartement sans frapper ; il s’installe dans un fauteuil, allume une cigarette, se déclare chez lui : vous n’avez qu’une ressource de sortir. C’est un goujat tout-puissant. C’est le Boche. »10

Le soldat allemand est alors souvent caricaturé, la comparaison animale étant très fréquente. Le laonnois Jean Marquiset puise dans ce registre pour décrire les différents officiers qui ont occupé des fonctions dans la ville : le commandant von Stockhausen serait un sanglier11, le Général von Heeringen aurait « le pas lourd et pesant des plantigrades »12, le prince héritier de Bavière Luitpold serait un « vieux monsieur à face d’aurochs »13, le lieutenant Fürwentsches aurait une « tête chevaline »14, le juge Butzengeiger une « figure de hérisson »15 et le Rittmeister Kalau von Hofe une « face de lapin malade »16. À l’inverse, la population est décrite comme une communauté soudée s’opposant dans la mesure de ses moyens à la nouvelle autorité17.

La structure des récits est, elle aussi, souvent assez proche. Suivant une logique chronologique, ils débutent par l’invasion, décrite en longueur tandis que le reste de l’occupation correspond à un temps plus indéfini : l’occupation est présentée selon de grands thèmes s’articulant autour des réquisitions, des atteintes aux personnes (mise au travail forcé, déportation, arrestation arbitraire) et parfois des actes d’héroïsme de la population civile. Le témoignage se focalise donc sur les actes de l’occupant plus que sur l’expérience propre des civils occupés, le contenu est alors assez peu différent des témoignages recueillis par la Commission d’enquête. La différence est davantage d’ordre stylistique. Les récits sont entrecoupés de nombreux dialogues qui font revivre des épisodes particulièrement marquants de l’occupation. Parfois ce sont des dialogues rapportés comme la conversation entre Guillaume II et le maire de Saint-Quentin à l’occasion de l’inauguration d’un monument aux morts, retranscrite avec des propos différents par le lillois Georges Lyon et par le journaliste saint-quentinois Elie Fleury18. Ce recours à la citation de mémoire est une figure attendue des essais politiques et historiques, attribuant des bons mots aux personnages célèbres. Ici, il a plutôt vocation à rythmer le récit en multipliant les voix : l’occupation devient alors une scène de théâtre sur laquelle civils occupés et soldats allemands s’affrontent. Peut-être les auteurs visent-ils également à donner un aspect plus authentique à ce qui est raconté ? Pourtant, les propos rapportés sont souvent édifiants et difficilement vérifiables comme cette phrase qu’Albert Droulers met dans la bouche de son terrible sous-officier chargé des réquisition : « Oh ! Madame, je suis content de ma journée ; j’ai fait pleurer au moins 25 petites femmes françaises »19.

Finalement, le grand absent de ces témoignages sur l’occupation est le civil occupé : son quotidien, ses perceptions, ses angoisses. Le récit de l’occupation se confond avec celui des exactions allemandes : il prend la forme d’une succession d’épisodes marquants opposant des Allemands bourreaux à des civils victimes. Il n’est alors pas étonnant qu’en 1921, à propos du témoignage d’Albert Droulers, la Revue historique se plaigne de cette multiplication de récits ayant tous le même ton et la même teneur : « C’est un récit des années d’occupation, un récit après tant d’autres, dont il diffère peu ; c’est toujours la même succession de brutalités, de pillages, l’histoire des déportations de civils »20.

Écrire sur l’occupation entre 1914 et 1939 peut renvoyer à des récits de natures différentes mais dont le genre dominant est le témoignage monographique, voire le récit plus personnel. Un bref intérêt pour ce genre est sensible à l’issue de la guerre permettant à des notables locaux d’accéder à une diffusion nationale. Le récit de l’occupation semble alors se figer sur le modèle introduit par la Commission d’enquête, à savoir un témoignage de type accusatoire. Il est une pièce à charge contre l’ennemi21, centrée sur les violences commises. L’occupation y est présentée comme une forme particulière de violence de guerre. Cette lecture de l’occupation a contaminé les études historiques qui se sont fondées, jusqu’à aujourd’hui, de manière indistincte sur de tels récits22. Aussi, les historiens de l’occupation, de Georges Gromaire à Philippe Nivet, en passant par Annette Becker, ont-ils réduit le témoignage à sa dimension accusatoire, l’utilisant avant tout pour étudier les actes de l’occupant, pour relever les différentes formes de violences subies. L’expérience quotidienne des civils en interaction permanente avec leurs concitoyens comme avec ceux censés représenter « l’ennemi », élaborant différentes stratégies pour améliorer l’ordinaire ou s’adapter aux pénuries, est ainsi laissée à l’écart : à la suite des récits publiés entre 1914 et 1939, l’accent mis sur l’occupant laisse dans l’ombre l’occupé23.

Nuage de mots des titres d'ouvrages de la base de données
Nuage de mots des titres d’ouvrages de la base de données

 

 

Loup BERTROZ, Senlis pendant l’invasion allemande, 1914, carnet de notes d’un Senlisien, Senlis, Éd. du courrier de l’Oise, 1916, 96 p. ; André de MARICOURT, Le Drame de Senlis, journal d’un témoin, août-décembre 1914, Paris, Bloud et Gay, 1916, 287 p. ; Louis LE BARBIER, Les Allemands à Compiègne, septembre 1914. Journal d’un otage, Paris, Éditions Larose, 1915, 72 p.

Commission instituée par Aristide Briand et présidée par Georges PAYELLE, président de la Cour des Comptes. Ces rapports sont ensuite diffusés sous forme de fascicules, en France et à destination des pays neutres. John Horne et Alan Kramer, 1914, les atrocités allemandes, traduit par Hervé-Marie Benoît, Paris, Tallandier, 2005, p. 260.

Voir par exemple le Rapport du Ministère des Affaires étrangères, Note adressée par le gouvernement de la république française aux gouvernements des puissances neutres sur la conduite des autorités allemandes à l’égard des populations des départements français occupés par l’ennemi, Paris, Imprimerie Nationale, 1916, p. 47.

Rapport et procès-verbaux de la commission instituée en vue de constater les actes commis par l’ennemi en violation du droit des gens, Commission présidée par Georges Payelle, Paris, Imprimerie Nationale, 1919, 239 p.

Henriette CÉLARIÉ, Sous les obus. Souvenirs d’une jeune Lorraine (1914-1915), Paris, Gedalge et Cie, 1916 ;En esclavage. Journal de deux déportées, Paris, Bloud et Gay, 1917 ; Quand « ils » étaient à Saint-Quentin, Paris, Bloud et Gay, 1918

Henriette CÉLARIÉ, « Emmenées en esclavage pour cultiver la terre : journal d’une déportée »,art. cit., p. 852

Ibidem, p. 856

Albert DROULERS, « Sous le poing de fer dans un faubourg de Lille », La Revue hebdomadaire, 30 novembre 1918, p. 601.

Mgr CHAROST, « Lille pendant l’occupation allemande », La Revue hebdomadaire, 17 mai 1919, p. 282.

10  Albert DROULERS, art. cité, p. 605.

11  Jean Marquiset, Les Allemands à Laon : 2 septembre 1914 – 13 octobre 1918, Paris, Bloud et Gay, 1919, p. 59.

12  Ibidem, p. 79.

13  Ibid., p. 86.

14  Ibid., p. 99.

15  Ibid., p. 100.

16  Ibid., p. 140.

17  Jean MARQUISET décrit par exemple des habitants refusant de se soumettre à l’obligation de saluer les officiers allemands, « A Laon : 4 ans sous le joug des barbares », art. cité, p. 373.

18  Georges LYON, « Dans Lille occupée », Revue des deux mondes, n°49, janvier-février 1919, p. 549-551 et Elie FLEURY, Sous la botte, tome I, Paris, Saint-Quentin, Feuillatre-Dupré, 1926, p. 159-160.

19  Albert DROULERS, art. cité, p. 605.

20  La Revue historique, n°136, janvier-avril 1921, p. 122.

21  Signe de cette contamination du langage judiciaire, la Revue historique notait ainsi : « c’est une pièce de plus au dossier » à propos de la publication d’un témoignage sur les atrocités à Louvain, n° 124, janvier-avril 1917, p. 148

22  C’est le cas de Georges Gromaire, auteur de la première synthèse historique sur la question, en 1925, mais aussi de Helen McPhail ou Philippe  Nivet qui manipulent de manière indistincte récits publiés après-guerre et témoignages inédits. Georges GROMAIRE, L’occupation allemande en France : 1914-1918, Paris, Payot, 1925, 530 p ; Helen Mc PHAIL, The long silence : civilian life under the german occupation of Northern France, 1914-1918, London, I. B. Tauris, 1999, 235 p ; Philippe NIVET, La France occupée, 1914-1918, op. cit.

23 C’est au contraire l’objet de notre travail de recherche : Philippe Salson, 1914-1918 : les années grises. L’expérience des civils dans l’Aisne occupée, thèse sous la direction de Frédéric Rousseau, Université Montpellier III, s.l., 2013, 1102 p. (en ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01084748/document). Une version remaniée vient d’être publiée : Philippe Salson, L’Aisne occupée. Les civils dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, 306 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *