Compter : une autre lecture du témoignage

Cela fait quelques temps que l’idée me trottait dans la tête : pourquoi ne pas utiliser les outils de la lexicométrie pour proposer une analyse des témoignages qui parte vraiment du matériau et non d’une impression subjective ? Ne serait-ce pas le meilleur moyen de prévenir toute tendance consciente ou non de choisir sa citation en fonction de ce que l’on veut montrer, d’éviter ce que Nicolas Mariot a appelé l’argumentation par exemplification1 ?

Malheureusement, dans le cadre de ma thèse, l’investissement que demandait une telle démarche en termes de méthodologie, de retranscription de témoignages qui n’ont pas toujours été dactylographiés ou de maîtrise de logiciels m’a fait renoncer à cette idée 2 .

Henriette Moisson (archives familiales)
Henriette Moisson (photographie de la famille)

Aujourd’hui, j’ai envie de tester les potentialités de l’approche lexicométrique à partir de deux témoignages dont je dispose une version texte (.odt ou .docx). Le premier a été tenu par une jeune fille (19 ans au déclenchement de la guerre) alors qu’elle vivait l’occupation allemande dans sa commune d’Origny-Sainte-Benoite, à côté de Saint-Quentin (Aisne) : c’est celui d’Henriette Moisson3 . Son journal, à la fois personnel et détaillé, rend bien compte de l’expérience de guerre dans une famille de notables locaux.

Louis-Alphonse Marcq (photographie publiée avec le témoignage)
Louis-Alphonse Marcq (photographie publiée avec le témoignage)

Le second a été rédigé par le maraîcher Louis-Alphonse Marcq (47 ans en 1914), évacué par les Allemands de Craonne vers le petit village de La Selve, dans l’est de l’Aisne4 .

Avoir une idée en tête, c’est bien beau mais par où commencer ? Pas évident quand on est néophyte en la matière. Alors j’ai demandé à Léo Dumont, spécialiste ès-« digital humanities » (comme on dit dans la langue de Molière) à Paris I. Il m’a indiqué une bibliographie indispensable et quelques logiciels. Impatient de tester quelques hypothèses, j’ai souhaité faire des coups de sonde quantitative dans les deux témoignages signalés plus haut à l’aide d’un petit logiciel tout simple : TextSTAT. Il s’agit d’un logiciel open source qui se décline en version Windows et en version source (pour Mac et Linux)5 . Très simple d’utilisation et très rapide, il se charge de compter les itérations et rend possible l’affichage du contexte.

Dans leur introduction au numéro d’Histoire & mesure consacré à l’analyse lexicométrique en histoire, Jean-Philippe Genet et Pierre Lafon ont insisté sur la spécificité de ce type de démarche par rapport à la celle généralement plus impressionniste de l’historien :  « mesurer un texte implique de remplacer la perception globale et singulière que l’on peut en avoir par un examen attentif du matériel lexical qui le compose6 . Se pencher sur le matériel lexical, cela conduit à questionner la pratique, socialement marquée, de l’écriture. On ne raconte pas l’occupation de la même manière lorsqu’on est une jeune femme issue de la bourgeoisie provinciale et un maraîcher dans la force de l’âge. J’avais l’impression, au fil de la lecture, que la focale n’était pas placée au même niveau dans les deux témoignages : celui d’Henriette Moisson me semblait davantage personnel, centré sur ses préoccupations et ses perceptions tandis que Louis-Alphonse Marcq faisait une grande place aux faits concernant l’ensemble de la commune. Pour appréhender cette différence de focalisation, j’ai choisi de comparer les modes d’énonciation à travers le décompte des pronoms personnels employés. Comme la longueur des témoignages n’est pas la même, j’ai ramené le chiffre brut à sa fréquence pour mille mots (voir diagramme, ci-dessous).

L'utilisation des pronoms personnels dans les témoignages
L’utilisation des pronoms personnels dans les témoignages

Première constatation, Henriette Moisson utilise davantage de pronoms personnels que Louis-Alphonse Marcq, non pas que ce dernier nomme davantage les personnages mais son style est davantage télégraphique avec une absence fréquente des sujets et des verbes. La seconde remarque est de l’ordre de la surprise. Si le « je » est bien plus fréquent chez la jeune fille que chez le maraîcher, il est beaucoup plus rare que le « il » ou le « elle ». L’écriture de l’intime s’appuie moins sur la première personne que sur le « nous » et sur le « on », comme l’a déjà remarqué Alexandre Lafon à propos des témoignages de combattants7. C’est également le « on » qui revient le plus fréquemment sous la plume de Louis-Alphonse Marcq. Les témoins placent donc leur regard au niveau de la famille ou de la communauté locale pour raconter l’occupation. Il s’agit là de l’horizon régulateur des existences dans la société rurale du début du XXe s. Pour aller plus loin dans l’analyse, il faudrait se pencher sur le contexte d’énonciation, ce qui nous aiderait à déterminer ce qui est désigné par chacun des deux pronoms et mieux comprendre pourquoi le « on » est si fréquent dans le journal du maraîcher.

Le second thème que je souhaitais explorer, est celui de la représentation de l’ennemi. La haine de l’Allemand qui serait une caractéristique de la « culture de guerre »8 se traduit-elle par un vocable de la détestation ?

Les termes pour désigner l'ennemi dans les témoignages
Les termes pour désigner l’ennemi dans les témoignages

Dans les deux témoignages, les termes de « Boches » et d' »Alboches » qui, d’ailleurs n’expriment pas forcément une haine mais peuvent également relever d’une habitude de langage, sont extrêmement rares, de même que le mot « barbare ». Les diaristes, même la très patriote Henriette Moisson, semblent relativement hermétiques au langage employé dans la presse la plus exaltée. Il n’apparaît que rarement, en particulier à la suite d’un incident cristallisant l’opposition entre occupant et occupé. Le qualificatif de la nationalité est généralement le mieux à même pour désigner l’ennemi.

occupant

Il me semblait également intéressant d’étudier comment les informations de la guerre sont présentes dans les journaux tenus par des civils coupés du reste du pays. Effectivement, les deux témoignages évoquent régulièrement la guerre sans que celle-ci n’occupe une place exagérée. Cependant, cette présence revêt des modalités très différenciées en fonction de l’auteur.

Le vocabulaire de la guerre dans les deux témoignages
Le vocabulaire de la guerre dans les deux témoignages

La connaissance de la guerre d’Henriette Moisson renvoie davantage aux grandes batailles et aux grands enjeux tels qu’ils sont expliqués dans les journaux (« guerre », « bataille », « France »…). Il s’agit donc d’une connaissance plus littéraire du sujet même si elle n’est pas exclusive. L’écho de la guerre est plus important chez Louis-Alphonse Marcq mais il s’agit ici d’une approche sensorielle du conflit. Il retranscrit ce qu’il peut en voir et entendre en tant que civil à proximité du front : le son du canon ou le passage des aéros par exemple.

Au-delà de ce que les mots employés révèlent sur les représentations forgées au cours de la guerre, ils sont des traces d’expériences de l’occupation bien distinctes. Les deux journaux sont effectivement bien dissemblables en ce qui concerne les thèmes abordés. D’un côté, le journal d’Henriette Moisson est composé de notes longues, soigneusement écrites et à travers lesquelles la jeune fille dévoile ses sentiments et raconte son quotidien. De l’autre, Louis-Alphonse Marcq a un style plus bref, moins soigné, avec peu de commentaires personnels, l’essentiel du journal étant consacré à retranscrire les ordres allemands et les petits faits concernant l’ensemble de la communauté locale. Cette première impression est confirmée par l’étude des champs lexicaux des émotions.

Le vocabulaire de l'émotion dans les deux témoignages
Le vocabulaire de l’émotion dans les deux témoignages

Ici, ce ne sont pas des termes précis mais des mots d’une même famille qui ont été dénombrés. Ainsi, lorsqu’il est indiqué « triste* », cela signifie qu’ont été recherchés tous les mots ayant pour racine « triste » quelle que soit leur terminaison. Deux couples de sentiments reviennent souvent sous la plume d’Henriette Moisson : celui très attendu du bonheur et de la tristesse ainsi que celui de l’espoir et du désespoir, révélant ainsi la manière dont la jeune fille se projette sans cesse dans un futur qui tarde à advenir.

Si le témoignage de la jeune fille prend un tour plus personnel, c’est aussi parce qu’elle a le temps de se livrer et d’écrire plusieurs pages par jour, Henriette Moisson étant rarement soumise au travail obligatoire pour l’occupant. À l’inverse, Louis-Alphonse Marcq évoque plus fréquemment le travail sous la forme de tâches agricoles.

Le quotidien de travail et de pénurie dans les deux témoignages
Le quotidien de travail et de pénurie dans les deux témoignages

Les références aux denrées essentielles et à l’argent sont également plus nombreuses dans le journal du maraîcher traduisant un quotidien dans lequel la pénurie est plus durement ressentie. La question du pain fait cependant figure d’exception, la famille Moisson usant de nombreuses ruses pour faire son propre pain à partir de la farine dissimulée. Quant aux souffrances physiques provoquées par les pénuries, elles sont rarement confessées par Louis-Alphonse Marcq. Peut-être tout simplement parce que le témoignage est moins personnel.

La faim, le froid et la maladie dans les deux témoignages
La faim, le froid et la maladie dans les deux témoignages

 

 

Ce qui a été tenté ici n’est qu’une ébauche de ce qu’il est possible de faire pour mesurer combien l’écriture de l’occupation diffère d’un témoin à l’autre : l’écriture, les représentations et les expériences ne sont en rien semblables entre une jeune fille issue de la bourgeoisie et un maraîcher. Cela rend d’autant plus problématique toute montée en généralisation fondée sur l’exemplification. Il convient donc de rester prudent dans l’utilisation de la citation et d’inventer d’autres manières d’administrer la preuve qui fasse la part belle à cette diversité dans les perceptions et les pratiques. Mais pour aller plus loin dans nos conclusions sur les expériences socialement différenciées de l’occupation, il faudrait étendre l’analyse lexicométrique à un corpus bien plus large. On est ici qu’au début du chemin.

À l’heure où de plus en plus de témoignages, du moins de combattants, sont publiés sous format numérique sur Internet ou en livre,  l’historien devrait être encouragé à exploiter les potentialités des logiciels de lexicométrie. Avec ces outils, il peut en effet espérer mettre à distance ses propres impressions de lecteur, pour fonder son analyse sur des données facilitant la comparaison et pouvant être vérifiées. Bref, de quoi ancrer plus solidement l’histoire dans une démarche scientifique.

 

 

 

 

  1. Nicolas Mariot, « Faut-il être motivé pour tuer ? », Genèses, 2003, n°4, p. 162 []
  2. Philippe Salson, 1914-1918 : les années grises. L’expérience des civils dans l’Aisne occupée, thèse d’histoire sous la direction de Frédéric Rousseau, Université Montpellier III, 2013, 1102 p. Une version réduite a été publiée sous le titre L’Aisne occupée. Les civils dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, 306 p. []
  3. conservé à la BDIC Nanterre, Mfm 64. Un grand merci à Émilie Martial pour m’avoir transmis la version numérique en format texte []
  4. Le texte dactylographié a été publié par l’association Sauvegarde et Mémoire de Montaigu (Richard Neusy) en 1998. Un grand merci à Jean-François Martin pour m’avoir transmis la version numérique en format texte []
  5. En ce qui concerne Linux, je ne suis pas arrivé à faire fonctionner la version source sous Ubuntu mais la version Windows fonctionne très bien en passant par l’application Wine []
  6. Jean-Philippe Genet et Pierre Lafon, « Des chiffres et des lettres », Histoire & mesure [En ligne], XVIII – 3/4 | 2003,
    mis en ligne le 29 mars 2007, consulté le 26 avril 2015. URL : http://histoiremesure.revues.org/819 []
  7. Alexandre Lafon, La camaraderie au front : étude de la sociabilité et des pratiques relationnelles du monde combattant 1914-1918, Toulouse, France, 2011, p. 116 []
  8. Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, 2000, 199 p. []

Une réflexion au sujet de « Compter : une autre lecture du témoignage »

  1. Merci Philippe pour cette exploration! Ca me donne envie de réexplorer mes dernières lettres de condamnés à mort en utilisant cette méthode…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *