Atelier : Santé et expériences de la guerre au XXe siècle.

Comptes Rendus des communications de l’atelier : Santé et expériences de la guerre au XXe siècle.

Cet atelier s’est déroulé le 3 novembre 2014 au SHD à Vincennes, avec le partenariat du LARHRA, du CRISES Montpellier III et du Service Historique de la Défense.

Fabrice Cahen (Ined) et Adrien Minard (CHSP / Sciences-po) : « Présentation d’une enquête en cours. Les réseaux de l’hygiène sociale – 1914-1939 : étude prosopographique des acteurs de l’hygiène sociale et de la lutte anti-fléaux ».

Affiche de la commission américaine de préservation contre la tuberculose en France, 1917, BDIC-MHC
Affiche de la commission américaine de préservation contre la tuberculose en France, 1917, BDIC-MHC

Qu’il étudie la genèse des politiques concernant la reproduction humaine ou de celles destinées à prévenir la mortalité, des politiques familiales ou des mesures de lutte contre les « fléaux sociaux » (dénatalité, cancer, syphilis, tuberculose etc.), notamment dans l’entre-deux-guerres, l’historien constate la récurrence frappante de certains acteurs qui semblent doués d’ubiquité. Des personnages comme Adolphe Pinard, Georges Risler ou encore Justin Godart en sont les exemples les plus évidents. Le paysage que forment ces initiateurs des politiques touchant à la vie et à la santé des populations s’avère, à mesure que l’on tente de l’appréhender, toujours plus touffu, complexe, sinon insaisissable. La littérature scientifique, pour des raisons tenant à la fois à la segmentation des objets empiriques et au cloisonnement des approches conceptuelles, masque en partie les innombrables connexions qui relient les différents sous-espaces. Notre travail vise, à partir de données prosopographiques, à dépasser l’histoire des doctrines pour montrer quels sont les réseaux opérationnels qui œuvrent, en pratique, à l’avènement d’une France plus saine, plus morale et plus peuplée. Il s’agit de saisir de manière panoramique cet espace social, de faire apparaître ses structurations internes, notamment les liens réels qui unissent le natalisme, le familialisme, l’hygiénisme ou encore l’eugénisme. Une autre question, plus diachronique, consiste à savoir comment ce monde se rattache au champ de la réforme sociale tel qu’il apparaissait avant 1914, et surtout comment l’expérience de la Grande guerre a affecté le passage de l’un à l’autre de ces deux espaces.

On a envisagé les problèmes méthodologiques posés par l’analyse de réseaux que nous proposons à partir de notre matériel empirique. La délimitation du champ associatif étudié, la dénomination de son objet (évoquant aussi bien les « politiques de la vie » que l’ « hygiène sociale ») ou encore l’homogénéisation de données biographiques éparses constituent des opérations délicates incitant à la prudence dans l’interprétation des résultats. Elles permettent cependant de dégager un faisceau d’indicateurs qui montrent que le premier conflit mondial a contribué à redessiner le paysage de la réforme sociale en accélérant la montée en puissance de préoccupations biomédicales au sein de la société française.

Alina Enzensberger (Humbolt Université de Berlin) : « Les hôpitaux militaires allemands comme espaces de transition pendant la Grande Guerre ».

Soldats dans un lazaret, photographie d'Antoni Stasiewski, Europeana1914-1918
Soldats dans un lazaret, photographie d’Antoni Stasiewski, Europeana1914-1918

Fréquentés par des millions de soldats lors de leur engagement militaire, les hôpitaux militaires formèrent les points essentiels du système d’assistance médicale pendant la Grande Guerre. Selon leur état de santé, les soldats y passaient des semaines, des mois ou même des années pour guérir leurs blessures physiques et psychiques. Leur séjour à l’hôpital terminé, de nombreux patients rentraient chez eux en tant que civils avec des mutilations de guerre définitives. D’autres étaient déclarés « guéris » et renvoyés à la guerre.

Mon projet de recherche traite des hôpitaux militaires dans l’Empire allemand entre 1914 et 1918. J’essaie de comprendre dans quelle mesure ces derniers peuvent être considérés, pendant la guerre, comme des « espaces de transition » situés dans une zone de tension entre l’ordre civil et l’ordre militaire. Espace social organisé selon des règles et un ordre hiérarchique entre médecins, personnel médical et patients, l’hôpital militaire peut aussi être appréhendé comme une « zone de contact » entre des mondes sociaux plus ou moins perméables, animés de logiques qui leur sont propres et où se produisent des rencontres mais aussi des conflits. L’hôpital militaire apparaît alors comme un espace dont les autorités militaires et les acteurs civils se disputent le contrôle.

Je m’intéresse donc premièrement aux attentes, aux projections et aux interventions suscitées par ces hôpitaux et leurs malades dans la sphère militaire et dans la société civile et deuxièmement au point de vue individuel des soldats et leur expérience subjective de la situation d’hospitalisation. Contrairement aux études antérieures menées dans le domaine de l’histoire de médecine, le soldat ne sera pas perçu uniquement en tant qu’objet passif de l’activité médicale mais avant tout en tant que sujet actif et capable d’agir. Ainsi, je mobilise et interroge les concepts théoriques de masculinité, d’images corporelles et d’invalidité.

Sur le plan méthodologique, je m’appuie entre autres sur la conception de l’espace développée par la sociologue Martina Löw. Dans une approche constructiviste, elle définit « l’espace » comme « des figurations institutionnalisées sur une base symbolique et matérielle – et c’est là que réside leur particularité – qui forment la vie sociale et sont produites dans le procès culturel. » Contrairement à l’usage profane du mot, Martina Löw (comme d’autres sociologues avant elle) ne donne pas au terme « espace » le sens de conteneur ou de récipient statique pour des hommes ou des objets. Elle le considère au contraire comme une construction modifiable que nous produisons et reproduisons constamment dans nos actions. Dès lors, l’approche proposée par Martina Löw permet de percevoir et expliquer les conflits d’interprétation dont un espace est susceptible de faire l’objet. Comment produit-on de nouveaux espaces comme des hôpitaux militaires lors d’une guerre ? Quelle(s) devait(ent) être la(les) fonction(s) de cet espace ? Qui en faisait partie et qui était exclu ? Quelles étaient les modalités de cette dialectique de l’inclusion et de l’exclusion ? Ce sont là les questions auxquelles je souhaite répondre en m’appuyant sur une perspective spatiale. On comprendra ainsi que l’hôpital militaire est bien plus qu’un espace physique. Il est, aussi, un espace d’imagination, un espace vide, une feuille blanche, sur laquelle différents acteurs et groupes sociaux peuvent projeter leurs intentions et leurs craintes, un espace où mettre leurs idées à l’épreuve.

Pour la plupart, ces hôpitaux militaires sont apparus puis ont disparu avec la guerre, ils ont été des espaces de transition temporaires n’occupant pas un espace conçu pour eux et devant souvent s’installer dans des bâtiments publics ou privés : écoles, salles de danse, casinos, brasseries, etc. Ainsi, ces hôpitaux, dont l’existence était limitée dans le temps, apparaissent comme des espaces dont la structure et la fonction étaient à la fois dynamiques et improvisés. Ces caractéristiques les distinguent des autres institutions closes des 19e et 20e siècles, comme les hôpitaux civils, les asiles, les prisons, les stations balnéaires, etc. Pourtant, tous ces établissements étaient conçus aussi comme des « maisons » dans un sens très vaste. Ils possédaient un règlement qui fixait les conditions d’accès et de sortie, parfois placés sous l’autorité d’un « maître » ou d’une « maîtresse » faisant figure de père ou de mère de substitution pour les patients, des résidents dans l’intérieur et des visiteurs venus temporairement de l’extérieur, des règles de la maison, des rituels récurrents etc. Or, les hôpitaux militaires allemands qui ont fonctionné entre 1914 et 1918, institutions naissantes et éphémères, semblent par certains aspects se différencier des espaces d’enfermement traditionnels. Il est donc indispensable de prendre conscience des caractéristiques propres à ce type d’institution close pour mieux identifier les spécificités de l’hôpital militaire allemand entre 1914 et 1918. Envisagée sous cet angle, l’étude de l’hôpital militaire en 1914-1918 constitue un point d’observation privilégié pour comprendre le fonctionnement de la société impériale pendant la Grande Guerre.

Paul Marquis (CHSP / Sciences-po) : « Guerre et psychiatrie dans l’Algérie coloniale ».

Hôpital psychiatrique de Blida, photographie publiée sur le site http://jean.salvano.perso.sfr.fr
Hôpital psychiatrique de Blida, photographie publiée sur le site http://jean.salvano.perso.sfr.fr

Cette présentation correspond à l’une des pistes de réflexion d’un projet de recherche plus général qui tente de dresser une histoire sociale de la psychiatrie dans l’Algérie coloniale. Ce projet porte plus particulièrement sur l’hôpital psychiatrique de Blida-Joinville entre les années 1930 et les années 1960. Dans la lignée de la tendance générale de l’histoire de l’Algérie coloniale, qui invite à ne plus considérer la guerre d’indépendance (1954-1962) de façon isolée, ce travail s’inscrit dans la moyenne durée de la domination coloniale. Il n’en reste pas moins particulièrement sensible à la question des liens entre « guerre et santé » : l’établissement de Blida-Joinville, qui fut longtemps le seul hôpital psychiatrique en fonctionnement sur le sol algérien, est concerné par les trois épisodes guerriers qui touchent l’Algérie entre 1914 et 1962.

Établi à une quarantaine de kilomètres d’Alger, aux abords de la ville dont il porte le nom, l’hôpital de Blida-Joinville ouvre ses portes en 1933. Longtemps débattue, la construction de l’établissement devait permettre de répondre aux difficultés suscitées par les évacuations des malades vers les hôpitaux psychiatriques du sud de la France. Dès son ouverture, l’établissement est amené à jouer un rôle déterminant dans l’organisation de l’assistance mentale en Algérie. Cette organisation est le fruit des recommandations du psychiatre Antoine Porot, Professeur à la Faculté de médecine d’Alger et conseiller sanitaire technique auprès du Gouvernement Général d’Algérie. Reconnu pour son implication dans l’ouverture d’un pavillon des maladies mentales et nerveuses au sein de l’hôpital civil de Tunis, le docteur Porot bénéficiait également de la reconnaissance de son action en tant que médecin-major au sein du centre neuropsychiatrique d’Alger pendant la Première Guerre mondiale.

Fort de cette double expérience, il encourage l’application à l’ensemble de l’Algérie du système expérimenté pendant la Grande Guerre. Tandis que les services de psychiatrie des hôpitaux civils d’Oran, d’Alger et de Constantine doivent constituer l’équivalent des centres neuropsychiatriques d’armée, chargés de l’observation, du triage et des premiers soins aux malades, l’établissement de Blida-Joinville devait servir de structure de « deuxième ligne ». Il était donc censé accueillir les patients dont l’état mental ne permettait pas de les conserver dans les services de « première ligne ». En résumé tous les malades nécessitant « un traitement de longue durée ou manifestement justiciables d’une mesure d’internement [psychiatrique] ». Hommes « musulmans » et femmes « européennes », civils emprisonnés et soldats réformés, enfants débiles et vieillards séniles : entre 1938, année de son inauguration officielle, et 1962, qui marque la fin de la domination coloniale française en Algérie, ils sont plusieurs milliers à avoir été admis au sein de l’hôpital.

Sans modifier en profondeur les profils des patients, la guerre d’indépendance (1954-1962) fait apparaître une catégorie de malades particulière sur les registres de l’établissement. Les mesures déployées par les autorités françaises afin de neutraliser les soutiens aux nationalistes algériens n’ont pas été sans conséquences sur le psychisme des individus concernés. Au cours des huit années de conflit, l’hôpital reçoit plusieurs dizaines de malades en provenance des prisons civiles et des « centres d’hébergement » installés en Algérie. Véritables camps de détention administrative, ces derniers devaient permettre, en parallèle des prisons, d’assurer la surveillance des individus soupçonnés de soutenir les rebelles. On peut dès lors s’interroger : le statut particulier de ces patients prisonniers ou internés a-t-il eu une influence sur leur prise en charge à l’hôpital psychiatrique de Blida-Joinville ?

Bien plus que leurs troubles mentaux à proprement parler, ce sont les comportements générés par ces affections qui ont entraîné l’évacuation des individus concernés vers l’établissement psychiatrique de Blida-Joinville. Si les procédures d’admission de ces patients particuliers ne semblent pas différer de celles des autres malades, leur prise en charge au sein de l’établissement présente toutefois une double particularité.

La première d’entre elle concerne les diagnostics attribués à ces malades en provenance des prisons civiles et des centres de détention administrative. En leur appliquant le libellé de « psychose réactionnelle », employé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les psychiatres de l’hôpital laissent entendre que les désordres psychiques de ces malades sont apparus en réaction à une situation singulière ; en l’occurrence un emprisonnement ou un internement dans un « centre d’hébergement ». Ce faisant, les médecins de l’hôpital imputent donc l’origine des déséquilibres émotionnels de ces patients à l’enfermement auxquels ils sont soumis.

S’ils semblent ainsi avoir continué de respecter les principes de l’éthique médicale malgré le contexte de « pacification », réaffirmant la vocation thérapeutique de leur établissement, les médecins n’en restent pas moins soumis aux exigences des autorités répressives. C’est ainsi que les avis médicaux préconisant un retour dans la famille ou la prolongation du traitement en vue d’éviter les risques de rechutes ne sont pris en compte, et que les malades concernés sont renvoyés vers les camps et prisons d’où ils avaient été temporairement évacués.

Stéphanie Soubrier (CRHXIX / Paris 1) : « Médecins-ethnographes et guerres coloniales : à propos d’une pratique d’écriture »

Le Passage des Bibans ou Le Passage des Portes de Fer (octobre 1839), tableau d'Adrien Dauzats, 1853, Musée des Beaux-Arts de Lille
Le Passage des Bibans ou Le Passage des Portes de Fer (octobre 1839), tableau d’Adrien Dauzats, 1853, Musée des Beaux-Arts de Lille

Sous la IIIème République, l’armée française prend part à de nombreuses campagnes coloniales. Ces « guerres », qu’on appelait à l’époque les « petites guerres » (par opposition aux vraies guerres, qui, elles, étaient européennes), possèdent des caractéristiques propres. Il s’agit de guerres lointaines, menées dans un environnement souvent hostile. Les combats n’y occupent pas la même place que lors des guerres européennes, et ils ne revêtent pas la même intensité, ni la même temporalité. Les campagnes coloniales sont généralement faites de longues journées de marche en « colonne », entrecoupées d’escarmouches et d’opérations dites de « pacification », qui consistent généralement à détruire les villages hostiles à la présence française et à détruire les récoltes, après avoir vaincu ou mis en fuite les rebelles.

Ces guerres coloniales, avec tout ce qu’elles comportent d’original par rapport aux guerres européennes, ont fait naître des pratiques de santé spécifiques de la part des médecins militaires. Je m’intéresse ici à la pratique ethnographique des médecins, qui ont écrit de nombreux textes concernant les peuples indigènes avec lesquels ils sont entrés en contact pendant les campagnes coloniales. J’étudierai la forme et le contenu de ces textes ethnographiques, en me demandant comment l’historien peut les exploiter et les problèmes qu’ils soulèvent. Mon but est de montrer comment ces textes, apparemment très standardisés et purement informatifs, peuvent constituer des sources utiles pour aborder les modalités de la « rencontre » entre médecins militaires et indigènes.

L’écriture, à la fois obligation professionnelle et remède à l’ennui

            Chaque expédition coloniale, qu’il s’agisse d’une colonne de pacification, d’une mission diplomatique ou d’une mission d’exploration, comprend un ou plusieurs médecins militaires. Leur tâche est d’une ampleur inégale selon les campagnes. Ils soignent les maux du quotidien des auxiliaires indigènes et ceux des soldats et officiers français. Ils pratiquent parfois des interventions chirurgicales en cas de blessures pendant les combats. Ils veillent aussi à l’hygiène du camp et au bien-être des troupes. Parfois aussi, ils dispensent des soins aux civils indigènes des régions dans lesquelles ils sont en poste. Mais les médecins militaires aux colonies s’ennuient souvent. Le docteur Mul, médecin de 2ème classe en poste dans le Haut-Dahomey en 1899 évoque ainsi « la vie de poste dans toute son ennuyeuse nullité ».

Écrire était avant tout une obligation professionnelle, qui fait partie des attributions des médecins militaires : on tient un compte des malades à l’infirmerie, on note les noms des blessés éventuels, on consigne les détails de leur convalescence, les traitements administrés, etc.… On rédige un bilan médico-chirurgical de la campagne. Mais les médecins militaires aux colonies écrivent aussi d’autres types de textes. On peut les classer en trois grandes catégories :

-les mémoires et souvenirs de campagne, souvent teintés d’exotisme

-les articles spécialisés (sur un point précis de médecine, d’ethnographie, de folklore, de botanique, etc.…)

-les topographies médicales.

 Les topographies médicales sont un genre très codifié. Elles se présentent comme une succession de rubriques invariables (climat, hydrologie, faune, flore, productions du sol, population, etc.…). Cette composition très rigide répond en réalité à des exigences méthodologiques. Les normes d’écriture facilitent en effet la synthèse et assurent la possibilité de comparer rapidement ces topographies. Je me suis intéressée, au sein des topographies médicales, à la rubrique « anthropologie ». Toujours présente dans les topographies médicales, elle répond elle aussi à des normes strictes, avec des paragraphes obligés (on y évoque toujours l’habitat, le vêtement, l’alimentation, les « caractéristiques raciales », les rites funéraires, les médecines et pharmacopée indigènes, etc.…). J’ai lu les rubriques anthropologiques des topographies médicales publiées dans le Recueil de Mémoires de Médecine, de Chirurgie et de Pharmacie militaire, les Annales de médecine et d’hygiène coloniale, ainsi que les articles ethnographiques parus dans L’Anthropologie et les Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, pour la période 1870-1914. Mon hypothèse était que ces textes constituaient des sources utiles pour aborder les modalités de la « rencontre » entre médecins militaires et indigènes.

La « rencontre » entre médecins militaires et « indigènes »

            En lisant ces textes, on remarque tout d’abord que si des rubriques comme le climat ou l’hydrologie sont très standardisées et contiennent les mêmes informations quelle que soit la région étudiée, la partie qui concerne l’ « anthropologie » des populations présente parfois une originalité plus marquée. Les auteurs ne consacrent pas toujours exactement la même attention aux mêmes choses. Les médecins militaires s’intéressent généralement en priorité aux pratiques corporelles. Ainsi, c’est l’apparence et le corps des indigènes qui attire en premier leur regard, et qui suscitent chez eux de nombreuses notations, qui sont parfois prolongées par des articles ethnographiques publiés dans les grandes revues métropolitaines. Le tatouage, les mutilations dentaires, les ornements des femmes et la circoncision apparaissent ainsi dans quasiment toutes les topographies médicales que j’ai lues. On peut s’interroger sur les raisons de cette fascination. L’explication la plus immédiate est qu’il s’agit là de traits porteurs d’un véritable exotisme pour ces observateurs européens.

L’intérêt des médecins militaires pour les tatouages et autres pratiques corporelles n’est pas neutre. Il est systématiquement lié à un propos sur la « sauvagerie ». Le tatouage est pensé par les ethnographes européens comme une pratique archaïque, un stigmate social et moral. Si le tatouage des indigènes fait l’objet d’une telle attention de la part des médecins militaires-ethnographes c’est donc sans doute parce qu’il connote la sauvagerie et la barbarie. C’est encore plus évident dans le cas des mutilations dentaires, qui sont encore plus douloureuses que les tatouages, et qui provoquent le dégoût et la répulsion des médecins (« Une bouche de Noir, ainsi déformée, est à peu de chose près aussi hideuse et aussi répugnante qu’une gueule de fauve »). Les médecins relient systématiquement les mutilations dentaires à la pratique de l’anthropophagie (on se taille les dents pour mieux mordre l’adversaire…). Le fait que les médecins aient tous adopté l’interprétation anthropophage sans la questionner n’est pas neutre. Ils font d’emblée des mutilations un élément révélateur de pratiques anthropophages, qui constituaient au XIXème siècle, pour les Européens, le summum de la sauvagerie. Ils plaquent ainsi sur les peuples indigènes une grille de lecture figée et péjorative. On peut penser que le contexte de « guerre coloniale » n’est pas totalement étranger à une telle lecture. Les peuples qui sont décrits ainsi sont souvent ceux contre lesquels les Français ont eu à mener des combats difficiles (par exemple les peuples des forêts de la Côte d’Ivoire). De manière générale, l’anthropologie des médecins militaires est émaillée de jugements personnels, esthétiques et moraux, parfois formulés en des termes extrêmement violents.

            Malgré certains traits spécifiques à tel ou tel peuple, les médecins ethnographes produisent une sorte de portrait-type de l’« Indigène », quel qu’il soit (qui est quasiment toujours paresseux). Claire Fredj attribue cette espèce de « nivellement » à la méthode employée par les observateurs, qui consiste à essayer de rattacher l’inconnu au connu, par le biais de l’analogie ou de la citation de travaux antérieurs. Elle écrit : « Quand bien même il est difficile de définir l’Indien finalement, ces essais de définitions passent par l’analogie et le rappel de ce qui est déjà connu. Par cette démarche intellectuelle, les officiers de santé contribuent à inventer un monde indigène où Indiens et Arabes, voire Annamites finalement se ressemblent en dehors de toutes leurs différences culturelles. ». Le fait que les habitants du Soudan, de la Côte d’Ivoire, de Madagascar, du Tonkin et de l’Annam soient décrits d’une manière finalement assez similaire soulève des problèmes d’interprétation de ces textes pour l’historien.

Le mode de production de certaines de ces notes anthropologiques peut contribuer à expliquer leur aspect « générique ». En effet, les savants de métropole, désireux d’encadrer l’ethnographie des coloniaux, ont produit des questionnaires qui orientent en grande partie les réponses (et les zones d’ombre). Comment utiliser ces sources manifestement formatées à la fois par des préjugés profondément ancrés et par des normes de rédaction ? S’il serait évidemment très dangereux pour l’historien d’utiliser ces sources comme des informations fiables sur les populations indigènes de l’empire français au XIXème siècle, elles peuvent en revanche lui apprendre des choses sur les représentations des médecins européens, et sur la manière dont la science européenne du XIXème siècle se percevait elle-même. Jean-Pierre Peter écrit en effet que « Dans ces textes, à propos de la réalité physique et humaine des territoires où elle s’exerce et qu’elle prétend restituer au lecteur, la médecine, en réalité, parle d’abord d’elle-même. »

La médecine européenne au miroir de l’exotique

L’un des éléments récurrents des rubriques anthropologiques est précisément l’évocation de la médecine indigène, qui est le plus souvent décrite comme archaïque et barbare. Les exposés concernant la médecine et la pharmacopée indigènes sont aussi une occasion pour les auteurs de mettre en scène la médecine européenne dans toute sa supériorité et son efficacité rationnelle.

La description par les médecins de cas cliniques répond aux exigences de la discipline anthropologique telle qu’elle s’élabore en métropole à la même époque (sous la houlette de la Société d’Anthropologie de Paris). Les médecins militaires se mettent en scène comme de fidèles disciples de Broca. Ils s’excusent souvent de l’insuffisance de leurs mesures (due au manque d’outils) et incluent d’interminables tableaux de chiffres dans leurs articles. Ces efforts ont souvent pour but d’asseoir la légitimité de leurs travaux ethnographiques et de favoriser leur publication.

Les stratégies individuelles des médecins militaires en campagne

Les médecins militaires souffrent d’un statut dégradé au sein de la communauté médicale française au XIXème siècle. Ecrire des topographies médicales ou des articles d’ethnographie peut être, pour eux, un moyen de s’insérer dans les réseaux savants prestigieux de métropole, et de mettre à profit les longues campagnes coloniales. Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls à mener une telle stratégie : les officiers sont leurs concurrents les plus directs.

On remarque au début du XIXème siècle une sorte de partage des tâches : les ethnographes coloniaux (médecins, officiers, fonctionnaires) sont chargés de collecter des informations brutes, qui seront ensuite analysées et interprétées par des savants de métropole, qui en tireront des articles. Mais à la fin du XIXème siècle, de nombreux ethnographes amateurs tentent de « court-circuiter » l’institution et de rédiger eux-mêmes des articles ethnographiques, dans l’espoir de les voir publier par des revues prestigieuses, comme L’Anthropologie. Ainsi le docteur Miquel, médecin de 2ème classe des colonies, publie en 1898 des « Notes d’histoire naturelle sur le Fouta-Djalon ». Il y explique qu’il a recueilli pendant l’expédition trois crânes de Foulbés et que le Muséum d’histoire naturelle a mis à sa disposition son laboratoire pour les étudier. Il remercie le docteur Verneau de son aide et ajoute que ce dernier prévoit de publier « une étude plus approfondie » des crânes dans la Revue d’anthropologie. Si Miquel a bien réussi à publier un article, il le fait dans une revue moins prestigieuse que la revue d’anthropologie, les Annales de médecine et d’hygiène coloniales, et c’est bien à un savant de cabinet, Verneau, que reviendront les principaux honneurs.

Certains médecins tentent de garder le contrôle de leurs écrits. Le médecin-major de 2ème classe Milon profite ainsi de l’expédition contre les Chambas en Algérie en 1872-1879, pour rédiger un « Compte-rendu médico-chirurgical des faits qui se sont présentés pendant l’expédition contre les Chambas d’El Goléah 1872-1879 avec un aperçu topographique de la contrée parcourue ». Il l’adresse au président du service de santé des armées avec l’espoir de le voir publier dans les Recueils de mémoires de médecine et de pharmacie militaires. Le principal argument des médecins militaires repose sur leur connaissance directe du terrain colonial. A la fin du XIXème siècle, ils sont de plus en plus nombreux à tenter de se bâtir une réputation d’ « expert » des lointains. Cela ne va pas sans une concurrence acharnée.

Conclusion : un rendez-vous manqué ?

Les écrits ethnographiques des médecins militaires apparaissent comme une source extrêmement normée et imbibée de stéréotypes raciaux. On pourrait penser que, contrairement aux militaires dont la mission consiste à asseoir la domination française par les armes, les médecins entretiennent un rapport différent aux populations indigènes, qu’ils soignent (aussi bien les auxiliaires indigènes que les civils). Mais soigner le corps de l’Autre n’implique pas forcément de se départir de ses certitudes et de ses préjugés, ou de « décentrer son regard ». Les écrits ethnographiques des médecins militaires témoignent d’un point de vue très européocentré et de convictions qui sont celles de l’Europe du XIXème siècle (notamment concernant la science). Ces écrits nous en apprennent plus, en réalité, sur les médecins eux-mêmes, leurs représentations, leurs stratégies professionnelles et la manière dont ils conçoivent la science de leur époque, que sur les peuples dont ils parlent. Tout cela amène à relativiser l’importance de la « rencontre » entre médecins européens et indigènes.       Le corps des indigènes apparaît souvent surtout comme une sorte de miroir des certitudes (morales et esthétiques) des médecins observateurs, voire comme un support d’investigations et d’expériences purement médicales. Quant à leurs coutumes, elles sont le plus souvent décrites sur le mode de l’incompréhension, du mépris, voire de la répulsion. Les quiproquos sont fréquents. Il faudrait aussi mentionner ici les modalités mêmes de la collecte d’informations, très souvent médiatisée.

Compte-rendu écrit à 4 mains par Marie Derrien et Sylvain Bertschy


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *