Les cérémonies de la Légion française des combattants (2/4) : étude d’une proposition d’organisation collective

Le début de l’article est disponible ici

Fréquence des cérémonies

Rémi Dalisson[1] et Jean-Paul Cointet[2] affirment que les légionnaires étaient de toutes les fêtes vichystes, au point de participer à des cérémonies hebdomadaires ou quotidiennes, ce qui indiquerait non seulement une omniprésence dans l’espace public, mais également un fort investissement de leur temps libre de la part des membres de l’organisation. Sur ce point, l’étude des journaux de la Haute-Vienne indique 472 cérémonies entre août 1940 et août 1944, réparties chronologiquement dans le graphique ci-dessous[3].

ceremonies_mensuelles

La fréquence n’est pas régulière : la plupart des cérémonies ont lieu en 1941. Les pics montrent les divers aspects des activités légionnaires. Le nombre relativement important de cérémonies en novembre 1941, 1942 et 1943 témoigne de la persistance de la tradition combattante qui célébrait les morts le 11 novembre. En réalité, les commémorations n’ont pas toutes lieu le 11 : les sections légionnaires suivent en partie l’exemple du gouvernement qui, pour ne pas froisser les Allemands, décida de regrouper le plus possible les célébrations du 11 novembre avec la Toussaint, afin d’en faire une fête des morts[4]. La journée perdit d’ailleurs son caractère férié, ce qui renvoya souvent les cérémonies au dimanche précédent ou suivant. Les célébrations légionnaires sont donc réparties sur l’ensemble de novembre, mais elles concernent très probablement, durant tout le mois, le souvenir des morts des deux guerres[5].

Le pic de mars 1941 est dû à l’organisation durant tout le mois de « journées du prisonniers », comprenant des petites cérémonies et des collectes de fonds sous différentes formes. Bien que ces journées soient des nouveautés, mises en place en raison des circonstances, elles sont cohérentes avec les missions traditionnelles d’entraide des associations. Les autres pics cérémoniels se rapportent à des récupérations vichystes non liées aux combattants. Ainsi, en 1941, le 1er mai devient jour férié et la fête de Jeanne d’Arc instituée par la loi du 10 juillet 1920 est célébrée en grande pompe sur tout le territoire[6].

La distribution mensuelle des cérémonies légionnaires montre l’association de traditions combattantes et de symboles vichystes[7]. Les anniversaires de la Légion (août 1941, 1942, 1943), qui en sont l’apogée, visaient d’ailleurs à célébrer le rôle des anciens combattants comme socle du régime. Les anniversaires devaient démontrer l’unité nationale, ce qui explique le grand nombre de cérémonies locales. En effet, de multiples petits rassemblements, dédiés au symbole choisi pour l’occasion (la flamme du soldat inconnu ou la terre de France) précédaient la grande journée anniversaire. Le jour même, les légionnaires réunis dans des centres secondaires pouvaient vivre simultanément la cérémonie nationale, grâce notamment aux hauts-parleurs retransmettant les paroles du maréchal Pétain. Rien d’exceptionnel à cela, puisque l’ « audition festive » de messages du chef de l’État, largement utilisée par Vichy, était déjà courante dans l’entre-deux-guerres[8]. L’accent mis sur l’unité du pays, à travers cette pratique, est pourtant particulièrement fort dans les manifestations légionnaires au moment du serment. Le texte de celui-ci est lu par le maréchal, qui s’arrête à chaque fois que l’assemblée doit déclarer « Je le jure » : ainsi les légionnaires, répondant au maréchal, se répondent aussi à travers le pays et sont assurés de prononcer les mêmes paroles, en même temps[9].

Le souci d’irrigation du territoire explique la prolifération des cérémonies, mais il faut signaler que celle-ci renseigne sur ce qui était attendu des légionnaires et non sur leur présence réelle. En dépit de la multiplicité des rassemblements, les préfets font état en 1942 d’un succès mitigé, ce qui pousse l’année suivante à réduire le nombre de centres secondaires pour la journée anniversaire, afin de se « centrer […] sur un minimum de points » et d’éviter l’effet désastreux produit par le manque d’affluence[10]. De même que le déclin du nombre de membres de l’organisation était devenu évident mi-1942, on peut donc considérer le pic du mois d’août 1942 non comme l’apogée de l’activité légionnaire, mais plutôt comme son chant du cygne.

Ainsi, les interrogations portant sur la fréquence des cérémonies sont surtout pertinentes pour les débuts de la Légion, en 1941, lorsque les rassemblements, plus nombreux, étaient mieux répartis sur l’année. Durant cette période, en moyenne, chaque commune accueille 2,3 cérémonies. Dans 25% d’entre elles, une seule cérémonie se tient en 1941. Seuls 25% des villes ou des villages proposent plus de 3 cérémonies – le maximum étant de 18 pour le chef-lieu, Limoges. Pour cette dernière ville, les journaux font d’ailleurs état d’un lever des couleurs chaque dimanche, bien qu’il ne soit annoncé que très irrégulièrement et donc difficile à confirmer. Les cérémonies hebdomadaires pourraient donc éventuellement s’appliquer au chef-lieu, mais en aucun cas au reste du département ; encore faut-il noter que Limoges est divisée en secteurs et que ceux-ci se partagent les levers des couleurs. L’événement peut donc être fréquent pour les observateurs, sans qu’il soit régulièrement fait appel à l’ensemble des légionnaires.

En dehors du cas de Limoges, les écarts de fréquence sont relativement importants, variant de 1 à 10 ; ils doivent probablement s’expliquer par le dynamisme variable des sections locales, car l’analyse statistique montre que le nombre de cérémonies ne croît pas avec la taille de la commune, ni même avec le nombre de légionnaires dans la section[11]. Quoi qu’il en soit, le très petit nombre de cérémonies dans la plupart des localités dément l’idée d’une omniprésence légionnaire, avec l’exception notable du chef-lieu, qui semble indiquer une différence d’activité nette entre des sections « centrales », proches du niveau départemental et plus actives, et des sections davantage rurales et plus discrètes. Pourtant, même à Limoges, il est évident que l’adhésion à la Légion n’implique pas une participation hebdomadaire à des cérémonies ; dans le reste du département, les légionnaires étaient invités assez rarement à prendre part aux pratiques rituelles de l’organisation. Le degré d’engagement proposé aux membres à cet égard n’était donc pas très différent de ce qu’ils avaient connu dans l’entre-deux-guerres, lorsque le 11 novembre était l’occasion principale et parfois unique de rassemblement autour du monument aux morts.

[1] Rémi Dalisson, Les fêtes du maréchal. Propagande festive et imaginaire dans la France de Vichy, Paris, CNRS Editions, 2015 (2007), p.181, évoque l’omniprésence légionnaire.

[2] Jean-Paul Cointet, La Légion française des combattants, 1940-1944 la tentation du fascisme, Paris, Albin Michel, 1995, p.302, parle de cérémonies quotidiennes ou hebdomadaires.

[3] Il n’y a pas de cérémonies avant novembre 1940 et après novembre 1943 : pour des questions de lisibilité, les périodes précédente et suivante n’ont pas été représentées sur le graphique.

[4] Ce que Rémi Dalisson appelle « l’anniversaire compassionnel de l’armistice », op. cit., p.138.

[5] C’est du moins ce que l’on peut supposer d’après les thèmes donnés dans la presse : sur 91 cérémonies, 32 sont explicitement dédiées aux morts des deux guerres, 4 ont d’autres objectifs annoncés (réception d’un fanion, pensée pour les prisonniers, installation d’un curé), l’information manque pour les autres.

[6] Rémi Dalisson, op. cit., p.148.

[7] Ce qui explique une assez large correspondance avec le calendrier des fêtes vichystes établi par Rémi Dalisson (op.cit., p.291) : les fêtes vichystes se nourrissent de plusieurs traditions qu’elles entremêlent, et les entités transformées par le régime peuvent donc récupérer en grande partie leurs fêtes traditionnelles, en ajoutant quelques autres grandes dates.

[8] Rémi Dalisson, op. cit., p.48-49.

[9] Les publications et circulaires légionnaires insistent beaucoup sur cette simultanéité. Voir par exemple « « Le 31 août, la Légion des Combattants célébrera le premier anniversaire de sa fondation », Le légionnaire, 1er août 1941 ; « Deuxième anniversaire de la Légion », Bulletin légionnaire de la Haute-Vienne, juillet 1942.

[10] Circulaire du 26 juillet 1943, Archives départementales des Bouches-du-Rhône (ADBR), 163E7S2.

[11] Les informations sur le nombre d’habitants et le nombre de légionnaires par commune au 15 juin 1941 proviennent de fichiers de la section départementale légionnaire de Haute-Vienne (AD 188 W 204 et 292). Les régressions linéaires effectuées à partir de ces informations montrent qu’il n’y a pas corrélation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *