Les cérémonies de la Légion française des combattants (3/4)

Le début de l’article est disponible ici

Pratiques rituelles

S’il est vrai que les cérémonies étaient peu fréquentes dans la plupart des communes, les pratiques rituelles et les lieux choisis à ces occasions auraient toutefois pu constituer une nouvelle forme d’engagement pour les anciens combattants, en rompant avec les traditions de l’entre-deux-guerres. Les entrefilets de la presse évoquent souvent les étapes principales des cérémonies : celles-ci sont représentées sur l’analyse des correspondances multiples qui suit[1].

ACM_ceremonies_sans_poids_contribution_nettoye_titre_facteurs

Ainsi, le groupe le plus central du graphique forme le noyau des cérémonies, auquel s’ajoutent éventuellement d’autres gestes. On retrouve dans ce groupe des composantes associées au deuil et déjà typiques des cérémonies combattantes suivant la Première Guerre mondiale : la messe, consacrée à la mémoire des morts ; le dépôt de gerbes (« fleurs ») ; et le rassemblement autour du monument aux morts. La répartition de ces éléments sur le facteur 1 doit se lire dans une perspective cumulative : le monument aux morts, élément le plus central, est presque toujours présent, et c’est sur cette base des cérémonies que s’ajoutent, le plus souvent, la messe et l’église, puis les fleurs et la bénédiction. Dans les cérémonies plus étoffées, un autre groupe d’éléments se joint éventuellement à ce noyau et comprend les pratiques militaires et patriotiques officiellement codifiées : les chants (la plupart du temps il s’agit de la Marseillaise[2]), les commandements et les sonneries qui les accompagnent[3] (« au drapeau ! » par exemple), ainsi que la minute de silence. La place de celle-ci consacrée au deuil, ne doit pas étonner parmi ces éléments patriotiques et militaires : elle ne constitue pas une manifestation spontanée, mais une injonction souvent « encadrée par deux sonneries de clairon »[4]. Selon Antoine Prost, il s’agissait déjà dans l’entre-deux-guerres d’éléments annexes, dont la présence était régulière mais non systématique[5]. Cette structure de cérémonie était donc familière aux adhérents de l’organisation et ne modifiait pas leurs habitudes de l’entre-deux-guerres.

Il faut toutefois noter une addition notable au noyau central : le lever des couleurs (présent dans 53,7% des cérémonies sur toute la période)[6]. Celui-ci se situe de l’autre côté du facteur 2, qui porte sur la nature des éléments en présence : on remarque une ligne de partage entre des gestes et lieux hérités des cérémonies combattantes et d’autres plus marqués par les symboles vichystes. Bien évidemment, la plupart des éléments, pris de façon isolée, ne peuvent être réduits à l’alternative combattant / vichyste. La messe, par exemple, était déjà présente dans un certain nombre de cérémonies de l’entre-deux-guerres ; pourtant, les connivences entre l’Église et le régime pouvaient lui donner une tonalité tout autre après 1940. Seule la combinaison des éléments ou leur description précise permet de dégager une caractérisation[7]. Ainsi, les symboles patriotiques n’étaient pas forcément absents avant 1940, mais ainsi qu’Antoine Prost l’a remarqué, leur présence devait rendre tangible l’hommage de la nation aux morts et à leurs camarades survivants ; au contraire, le lever du drapeau symbolise l’hommage des vétérans à la patrie. L’intégration de ce geste parmi les pratiques courantes a peut-être été facilitée par le fait que les emblèmes restaient les mêmes, mais il ne fait aucun doute qu’elle changeait le sens des rituels.

La flamme et la terre, symboles choisis pour les anniversaires de la Légion respectivement en 1941 et 1942, sont isolés du centre, ce qui signifie que les anniversaires ont donné naissance à des rituels relativement éloignés des cérémonies les plus courantes. La « flamme sacrée » de la tombe du soldat inconnu est un héritage de l’entre-deux-guerres. Il s’agit d’une récupération, d’autant plus facile peut-être que l’idée de la ranimation quotidienne de la flamme émanait dans les années 1920 de Jacques Péricard, représentant de la frange conservatrice des anciens combattants et vice-président de la Légion en 1941[8]. Le symbole était donc aisément adaptable au nouveau régime, même s’il n’était pas enfermé dans une acceptation politique précise et permettait une gamme d’interprétations assez large entre l’hommage aux morts et le patriotisme[9]. D’autre part, en 1941, l’organisation des festivités rattache directement le symbole au régime : transportée à Vichy, la flamme passe par les mains du maréchal qui répartit des flambeaux entre des coureurs chargés d’accomplir un relais dans de nombreuses communes de la zone sud, où son passage donne lieu à de petites cérémonies. La « flamme sacrée » devient ainsi la « flamme du maréchal »[10] et les hommages qui lui sont rendus peuvent être présentés comme autant de manifestations de fidélité au chef de l’État. L’article consacré par Raymond Grasset, président de la Légion du Puy-de-Dôme, au relais de la flamme, est représentatif de cette ambiguïté. L’émotion provoquée par la vue du symbole est soulignée à travers des anecdotes édifiantes, de la foule qui étrangle des sanglots à l’ancien combattant prêt à se brûler les mains : « Le président local de la Légion garde en mains la torche abandonnée qui n’est plus qu’un brasier bientôt impossible à tenir. Je lui dis ‘Vous allez vous brûler. Nous allons l’éteindre ensemble…’ – ‘Non ! Je veux la garder’ et il se raidit farouchement, avec sa poignée de feu qui illumine son visage de vieux Gaulois. » Raymond Grasset, qui insiste sur les « Vive Pétain » lancés par la population n’a visiblement aucun doute sur le sens à donner à cet attachement[11]. Le symbole devenait ainsi unificateur, parce qu’il était à la fois ambigu et familier, et pouvait se référer aux morts autant qu’aux valeurs du régime. Cette pluralité de sens explique peut-être que la flamme se suffise à elle-même : si sa réception, sa ranimation ou sa veillée figurent dans 54 cérémonies en août 1941, elles ne sont apparemment accompagnées d’aucun autre geste dans 31 cérémonies, ce qui explique la position isolée sur le graphique. Lorsque d’autres pratiques rituelles sont évoquées, il s’agit majoritairement de levée des couleurs (13 cas) ou d’allocutions (8 cas). Le dépôt de gerbe, en revanche, est presque totalement absent (1 cas). La gestuelle purement patriotique l’emporte donc en partie, cependant la localisation majoritaire auprès du monument aux morts (18 cérémonies sur 26 pour lesquelles un lieu est précisé) est un rappel fort de la dimension combattante, comme le montre le positionnement de la flamme sur le facteur 2 aux côtés des éléments traditionnels.

1

La « flamme du maréchal »
« Le maréchal […] allume à sa flamme les flambeaux des coureurs »
La Légion, septembre 1941

Si la flamme témoignait encore d’un certain syncrétisme, la terre, emblème du second anniversaire, s’éloigne davantage des traditions combattantes pour embrasser une symbolique purement vichyste : elle est d’ailleurs l’élément le plus isolé du graphique. La « terre de France » était un symbole cher au maréchal Pétain, une métaphore des racines et de la tradition face à la modernité et à l’internationalisme. À l’occasion du deuxième anniversaire, chaque section de la Légion dut prélever un peu de terre de sa commune ; celle-ci devait ensuite être mélangée dans une urne avec les autres terres du département pour être versées, le jour de la cérémonie nationale, dans une crypte du monument de Gergovie, présenté comme le berceau de l’unité française[12]. Le geste aurait pu être intégré aux cérémonies habituelles, mais les directives demandaient qu’on prélève la terre dans un endroit bercé d’une aura historique, ou dans le cimetière, lieu de repos de tous les ancêtres[13]. Ainsi, le prélèvement eut très rarement lieu au monument aux morts (14 cas sur 63 lieux de prélèvements connus) et majoritairement au cimetière (37 cas). Le monument resta bien fréquenté lors de plus de la moitié de ces cérémonies (38 cas), notamment parce qu’il fut souvent le lieu d’aboutissement des défilés : le programme des 72 cérémonies impliquant la terre s’enrichit en effet le plus souvent d’une montée des couleurs (56 cas) et d’un défilé (45 cas). Le monument perdit toutefois sa primauté dans des célébrations de plus en plus étrangères au symbole qu’il constituait.

 

Cette différence importante entre les deux premiers anniversaires est révélée dans le graphique ci-dessous, qui fait apparaître une variation chronologique. L’année 1941 comprend plus de cérémonies, il est donc normal qu’elle soit proche du modèle le plus courant : on peut remarquer qu’elle se place du côté des éléments traditionnels des cérémonies combattantes. Les débuts de la Légion, du moins en termes de rituels, restèrent donc dans la ligne des habitudes de l’entre-deux-guerres. L’année 1942, plus isolée, se situe davantage dans la sphère des éléments vichystes. Cette position est évidemment due en très grande partie aux prélèvements de terre : en effet, ceux-ci représentent 38,5% de l’ensemble des cérémonies de l’année. Son importance en termes d’image de la Légion, tant pour les spectateurs que pour les adhérents, est donc considérable. On peut toutefois se demander si, en dehors des anniversaires, les cérémonies des années 1941 et 1942 diffèrent également : une seconde ACM montre que les deux années sont dans ce cas partagées surtout par le premier facteur, qui concerne toujours l’ampleur des cérémonies[14]. De fait, la comparaison des gestes effectués et des lieux fréquentés lors des cérémonies[15] montre que les structures sont assez semblables, hors anniversaires, avec toutefois une plus grande présence des absoutes ou bénédictions en 1942, et surtout davantage de remises de fanions. En revanche, les fréquences plus basses en 1942 de 11 des 13 éléments retenus indiquent des cérémonies plus restreintes, avec une combinaison plus faible des différentes composantes. Bien qu’il soit difficile d’en tirer une conclusion définitive, en raison de la diversité des niveaux de précision dans les entrefilets, il semble donc, selon les cas, que les gestes soient moins nombreux, ou que les cérémonies occupent moins d’espace, en se déroulant dans moins de lieux différents. Ce déclin de l’ampleur des fêtes, qui va de pair avec une chute de leur nombre, montre une Légion qui se fait, en dehors des cérémonies nationales, plus discrète[16].

Frequence_gestes_rituels_ds_ceremonies_sans_flamme_ni_terre

Il est difficile d’effectuer une comparaison, en termes de contenu, avec l’année 1943, car les cérémonies y sont trop peu nombreuses. Toutefois, on peut noter qu’elle se place, sur le graphique de l’ACM, auprès des éléments combattants traditionnels, soit proche de 1941 et assez éloignée de 1942[17]. Cette proximité est confirmée par le choix de la flamme pour le troisième anniversaire et l’abandon du symbole de la terre. Elle pourrait être le signe d’une tentation de retour aux origines dans l’espoir de sauver l’organisation, dont les effectifs chutent dramatiquement[18].

 

[1] L’ACM fonctionne de la façon suivante : dans un tableau, chacune des 483 cérémonies fait l’objet d’une ligne. Chaque colonne correspond à un geste ou à lieu. L’analyse prend ensuite en compte les différentes combinaisons pour répartir les éléments dans l’espace. Les axes présents sur les graphiques sont les deux « facteurs » les plus importants, c’est-à-dire les deux aspects les plus significatifs des données. Ainsi, le premier facteur représente les 20% les plus significatifs de l’information contenue dans le tableau : la répartition des éléments sur ce facteur résume ces 20%. La position d’un élément doit donc être lue par rapport à celle des autres éléments et par rapport aux facteurs. Les éléments souvent présents ensemble sont proches et les éléments les plus proches du centre sont les plus courants. Les éléments représentés par un triangle n’ont pas été pris en compte dans le calcul de l’analyse, mais ajoutés a posteriori (variables illustratives) : en effet, l’analyse est fortement influencée par les éléments rares (moins de 5% des cérémonies, soit 25 occurrences, comme mairie, serment…) qui risquent de la déformer artificiellement. Les années sont également ajoutées en variables illustratives, car elles ne peuvent se trouver ensemble dans une même cérémonie : leur incompatibilité créerait des pôles opposés qui déformeraient l’analyse. L’ACM a été réalisée grâce au site du Pôle Informatique de Recherche en Histoire de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne http://analyse.univ-paris1.fr/

[2] 50 Marseillaise sur 73 occurrences de chants.

[3] Les commandements et les sonneries ont été regroupés dans le tableau et sur le graphique sous le nom « commandement ».

[4] Antoine Prost, Les anciens combattants et la société française 1914-19139, t.3 : Idéologies, Paris 1977 : Presses de la FNSP,, p.59.

[5] Ibid, pp.52-62.

[6] Il s’agit là d’un pourcentage minimum, car les entrefilets offrent des niveaux de détail divers et il est possible qu’il ne soit pas toujours signalé. Ceci vaut également pour le reste des pratiques.

[7] Il est important de se rappeler que l’ACM définit la position des éléments les uns par rapport aux autres.

[8] Sur la flamme et sa ranimation quotidienne voir Jean-François Jagielski, Le soldat inconnu. Invention et postérité d’un symbole, Paris, Imago, 2005, p.135-152

[9] Jean-François Jagielski souligne cette ambiguïté en analysant la symbolique du soldat inconnu à droite et à gauche, op. cit., p.183-202.

[10] « La flamme dans la nuit », La Légion (magazine), octobre 1941.

[11] Ibidem.

[12] La cérémonie a fait l’objet d’une large propagande. Elle est décrite par Rémi Dalisson, op. cit., p.184. Voir aussi pour une description illustrée le livret de propagande « Gergovie », Archives Nationales, Fonds Henri Pichot 43AS8.

[13] C’est ce qu’indique le Bulletin légionnaire de Haute-Vienne du mois de juillet 1942, précisant que le cimetière est préférable au monument aux morts. Cette préférence marquée pour le cimetière est peut-être départementale, mais l’injonction à prélever dans un lieu symbolique qui ne se limite pas au monument est confirmée par les instructions du chef du district de Marseille aux chefs communaux qui demande de choisir « l’endroit le plus représentatif de la commune (lieu historique, lieu de naissance d’un grand français, cimetière communal, monument aux morts » (Circulaire du 3 août 1942, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 163E7S2).

[14] ACM réalisée en retirant toutes les cérémonies dans lesquelles figuraient la flamme ou la terre.

[15] Reprise de tous les éléments présents plus de 5% du temps, comme pour l’ACM.

[16] Les cérémonies concernées sont beaucoup moins nombreuses en 1942 (94) qu’en 1941 (213). Toutefois, cette différence ne rend pas les deux années incomparables : le test de la médiane montre qu’il n’y a pas équirépartition des populations, et donc que la différence entre le nombre de gestes/lieux observés par cérémonie est bien due à l’année. (p value : 0,000867). La proportion de cérémonies pour lesquelles il n’y a aucune information est légèrement plus élevée en 1942 (10,4%) qu’en 1941 (8,5%), mais même en enlevant ces cérémonies, les gestes les plus courants restent plus fréquents en 1941 qu’en 1942 (par exemple le lever des couleurs occupe 63,5% des cérémonies au contenu défini en 1941, contre 51% en 1942). Même s’il est vrai que les journaux sont moins longs en 1942 en raison de la pénurie de papier, la différence ne semble pas due au fait que la Légion se restreigne sur la longueur de ses entrefilets : 10 annonces légionnaires tirées au hasard en 1941 puis en 1942 montrent un nombre équivalent de mots (en moyenne, 59 mots en 1941 et 60 mots en 1942).

[17] C’est le cas sur les ACM avec ou sans les anniversaires.

[18] Cette similarité entre les années 1941 et 1943 et la particularité de l’année 1942 ressortent aussi des premières analyses lexicométriques que j’ai commencé à effectuer sur les articles légionnaires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *