Des « dérapages » et de la guerre coloniale, le cas du Soudan Français 1878-1894

L’étude des pratiques de guerre fait partie de ces interrogations dont la légitimité s’est peu à peu imposée au point qu’elle participe aujourd’hui de vives controverses. L’historiographie de la Grande Guerre, marquée par de nombreuses passes d’armes entre tenants et détracteurs de l’Historial de Péronne, en témoigne. Il ne s’agit pas ici d’entrer dans la polémique mais de constater combien celle-ci semble symptomatique des difficultés que rencontrent les disciples de Clio lorsqu’ils tentent d’appréhender la violence de guerre.

J’ai choisi pour ma part d’ancrer l’analyse dans le moment colonial. Choix peu évident, s’il en est, car si on connaît bien l’histoire de la conquête, l’historiographie française de la colonisation achoppe sur l’analyse des modalités d’usage et d’exercice de la violence. Les inflexions récentes de la pensée sur notre passé colonial ont favorisé l’émergence d’ouvrages polémiques qui s’inscrivent dans deux « […] registres distincts et mutuellement exclusifs de compréhension du “fait colonial” […] »1 et dont les apports sont, de ce fait, limités. Ce travail qui prend pour cadre un terrain colonial ne vise donc ni à absoudre, ni à condamner un régime coupable d’horreurs, d’exactions ou de crimes restés inconnus de l’opinion. L’analyse porte au contraire sur des usages de la violence qui suscitèrent le débat.

Alors que la France peine à sortir du « Grand Recueillement », le congrès international de Berlin (1878) relance la dynamique d’expansion française. L’arrivée au pouvoir des républicains opportunistes en 1879 et la nomination de Jules Ferry au poste de président du Conseil, le 23 septembre 1880, entérinent le mouvement d’accélération. En Afrique occidentale, le ministère pousse au développement économique et manifeste sa volonté d’expansion vers l’Est à partir des territoires légués par Faidherbe. Cette avant-ligne de ravitaillement jalonnée de postes restait toutefois difficile à contrôler en dépit d’une importance croissante dans la perspective d’une avancée vers le Niger. Pour y remédier, un « […] décret présidentiel du 6 septembre 1880 crée un commandement supérieur du Haut-Sénégal […] dont le siège est fixé à Médine »2 et le confie à […] un partisan de la manière forte, Borgnis-Desbordes »3. Deux bataillons rassemblant chacun 5 à 7 compagnies sont créés pour le Soudan. La colonne expéditionnaire de 426 hommes quittant Saint-Louis en janvier 1881 est une machine de guerre totalement nouvelle dans le Haut-Fleuve. Elle inaugure une ère de dix-neuf ans durant laquelle le Soudan reste l’apanage des militaires ; pas moins de dix officiers des troupes de marine se succèdent à la tête du territoire. En vingt ans à peine, l’ancienne ligne de poste du Haut-Fleuve est devenue un territoire militaire de plus d’un million de km2.

Cartes des Limites méridionales des possessions françaises au Soudan d’après la convention du 21 mars 1899 / L. Desbuissons.

Aussi est-ce sans nul doute « […] dans ces années qu’on pourrait le mieux comparer la colonie, du point de vue des fonctions qu’y exerce l’armée, à l’Algérie des années 1840-1870 »4. Au cours de la période 1880-1894, quatre phases se dessinent. Entre 1881 et 1883, la jonction Sénégal-Niger est faite ! Durant les trois années qui suivent, la conquête n’avance guère, il importe de consolider les positions acquises. Galliéni s’y emploie. Il dirige deux campagnes (décembre 1886-décembre 1887) et négocie une série de traités avec Samory Touré.

Carte du Soudan occidental – sources : travaux géographiques des 2 campagnes Gallieni (1886-87) et (1887-88) et documents  plus récents (fin 1890) / par le Lieut.t J. Plat.

En mars 1888, le futur Soudan Français est relié à l’Atlantique et à la fin de l’année, il constitue un « […]“immense parallélogramme” […] d’environ 300 000 km2 […] »5. Le décret du 18 août 1890 transforme le Haut-Fleuve en territoire militaire du Soudan français et celui du 27/08/1892 en fait une colonie pleine et autonome. Archinard, devenu entre-temps commandant supérieur, a relancé la guerre contre Ahmadou et Samory. Fin 1893, la domination française s’étend sur 500 000 km2.

Face à cette extension territoriale massive, nombre de contemporains, souvent des opposants politiques, pourfendent la militarisation à outrance et les brutalités de la conquête. Les colonnes expéditionnaires du Soudan auraient-elles « dérapé » ? Plusieurs « affaires » ponctuant l’histoire de la conquête semblent l’indiquer. Point de départ de mes recherches, la controverse journalistique autour de « l’affaire de Bakel » nous invite à interroger, plus largement, les pratiques des guerres de conquête au Soudan.

Devenue un élément clé de la vie politique, la presse relate les évènements du Soudan. L’engagement contre Ahmadou amènent au Nord l’occupation de Ségou (avril 1890) puis celle, en janvier 1891, du Sahel soudanais (Nioro), mais la campagne de 1890-1891 est la cible de critiques. Le 11 avril 1891, gravures à l’appui, un article de L’Illustration dénonce des exécutions de prisonniers et rapporte la mise en place d’une collaboration forcée ainsi que l’organisation d’une véritable chasse à l’homme aux environs de Bakel ; il met directement en cause les officiers français commandant au Soudan6 :

[…] des exécutions ont suivi la prise de Nioro [où] on prit le parti de faire un exemple. Autant pour terroriser les fuyards d’Ahmadou que pour ôter aux gens des villages alentour de Bakel toute envie de leur donner l’hospitalité. Ces malheureux habitants […] se virent donc du jour au lendemain, dans la nécessité de se faire exécuteur, pour ne pas être exécutés.

Deux jours plus tard, le quotidien républicain Le Temps dément catégoriquement7 :

[…] La publication de ces dessins et le récit qui les accompagne sont présentés de manière à faire croire que l’exécution aurait eu lieu à l’instigation des représentants de l’autorité française. Nous sommes autorisés à dire qu’il n’en est rien.

Le rapport de campagne de 1890-1891, publié au Journal Officiel par le lieutenant-colonel Archinard, nous livre une version assez proche de celle du Temps :

« Dans la nuit du 12 janvier, les gens du Guidimakha accourent demander du secours à Bakel [car] une forte colonne de Toucouleurs venant de Nioro, composée exclusivement d’hommes armés, attaque leurs villages […] »8. Il s’est donc agi, selon lui, d’intervenir pour les protéger. Mais l’opération est difficilement réalisable car « […] le commandant de Bakel est seul avec quelques troupiers européens qui ont été choisis parmi les gens malades ou fatigués […] qui attendent une occasion de retour en France ». C’est à l’interprète du poste que le commandant du cercle confie « […] la charge de réunir des guerriers parmi ses compatriotes et de défendre avec eux leurs villages et leurs biens ». Quelques lignes plus loin, Archinard ajoute : « Nos alliés passèrent par les armes trente-six Toucouleurs […] »9.

Quelle lecture peut-on faire de ces évènements ? La mise en perspective de ce rapport avec une dépêche télégraphique, reçue par le cabinet du sous-secrétaire d’État aux colonies le 17 avril 1891, nous convie au-delà de la vérification des faits, à une rapide analyse du discours produit par les officiers concernés. Le gouverneur indique qu’il a reçu des « […] télégrammes complets capitaines Roux commandant Bakel expliquant tous détails et raisons exécutions au nombre de 36 dont vingt Bakel même après interrogatoire et seize sur rive droite par gens Guidimaka ». La suite du télégramme est sans équivoque : le commandant « […] revendique responsabilité exécutions […] ».

La version de Roux et celle d’Archinard ne sont pourtant contradictoires qu’au point de vue du récit, les procédés de justification, eux, sont les mêmes. Le commandant de Bakel indique que les « […] exécutions [ont été] commandées [par la] situation militaire et que des […] actes semblables [avaient été] commis sur alliés […] » quand Archinard précise qu’il s’agissait de « […] Toucouleurs qui déclarèrent qu’ils ne voulaient pas se soumettre […] ». Culpabilisation des victimes et insistance sur le rôle du contexte permettent ainsi aux auteurs d’assimiler les évènements à une « triste nécessité », tout en leur conférant un caractère épisodique, exceptionnel. Était-ce le cas ? La survie des troupes françaises était-elle en jeu ? Un retour chronologique sur la campagne 1890-1891 et sur le mois de janvier montre que non. La colonne expéditionnaire a remporté les quatre combats qui l’ont opposée, entre le 20 décembre et le 11 janvier, aux hommes d’Ahmadou et le 16 janvier, les Toucouleurs qui traversaient le Guidimakha étaient vaincus.

L’affaire de Bakel peut-elle se comprendre comme un dérapage ? Entendons-nous au préalable sur une acception minimum du terme. « Déraper » peut être « […] employé au sens figuré à propos d’un écart psychologique » et signifie « […] effectuer un mouvement imprévu, incontrôlé […], s’écarter brusquement de la norme, de l’habitude, […] échapper au contrôle des dirigeants »10. L’appel à communication du présent colloque évoque, quant à lui, des « évènements » survenant lorsque « la démesure a remplacé la norme ». Bien qu’il ne semble pas possible de circonscrire la violence dans les limites d’une interprétation fonctionnaliste : violence utile/violence gratuite, ces exécutions se présentent en quelque sorte sous la forme de « pratiques préventives », dans le sens où ni la survie, ni la victoire n’étaient en jeu. Ainsi, transgressant les règlements militaires et bafouant les principes du droit international, ces faits pourraient se comprendre comme des « dérapages ». Demeure alors la question de la fréquence de pratiques présentées ici comme inhabituelles. A-t-on affaire à un épiphénomène au cours duquel la démesure aurait remplacé la norme ? ou à un exemple illustrant au contraire une transformation de la norme ?

Pour apporter des éléments de réponse, les évènements de Bakel doivent être interrogés à l’aune des pratiques courantes au Soudan.

Si le recours à la notion de « nécessité militaire » se présente comme un procédé de justification, une rationalisation a posteriori, peut-on pour autant nier le rôle du contexte dans le déclenchement d’une spirale de la violence ?

En s’engageant contre les chefs des grands États soudanais, les militaires français se sont lancés à la conquête d’immenses territoires. Le premier empire de Samory s’étend sur environ 400 000 km2 soit, à titre de comparaison, un peu plus des deux tiers du territoire métropolitain et les États d’Ahmadou représentent une surface d’environ 250 000 km2 en 1888. De telles entités n’ont pu s’imposer sans recourir à la force. La guerre apparaît donc en Afrique occidentale comme « […] l’un des ressorts permanents et décisifs de l’État jusque dans les années 1880-189011. [Ainsi], tout au long du XIXe siècle, le mode opératoire en vue de cette intégration politique a été la violence, sous sa forme institutionnalisée et canonisée qu’est le jihad »12. C’est notamment le cas pour l’empire toucouleur fondé par El Hadj Omar, le père d’Ahmadou. Les armées africaines étaient donc tout à fait expérimentées dans la conduite des conflits et les chefs militaires « […] ont su utiliser avec un art consommé tous les moyens de la guerre […]. Parfois, la terreur était utilisée comme arme stratégique : massacres d’hommes, réduction à l’esclavage des femmes et des enfants, villages détruits et incendiés, tout cela contribuait à briser le moral de l’adversaire »13.

Au-delà de l’expérience, les armées impériales bénéficiaient de la supériorité numérique. Face aux troupes de conquête, Ahmadou pouvait aligner jusqu’à 10 000 hommes. Certaines estimations de l’époque indiquent qu’en 1886, Samory disposait de 50 000 fantassins et 4 000 cavaliers. S’il y a très probablement dans les deux cas surestimation, la faiblesse des effectifs engagés au service de la conquête et le profond déséquilibre du rapport de force qui en découle n’en sont pas moins avérés. En cette même année 1886, les possessions françaises ne sont contrôlées qu’avec 800 tirailleurs sénégalais et 2 à 300 soldats européens14. Pourtant, au regard de ces conditions, la conquête est foudroyante. Comment l’expliquer ?

La supériorité technique est fréquemment invoquée. L’armement des Français, plus moderne, est incontestablement plus performant. Galliéni en témoigne, les « […] fusils à répétition et pièces de 30 millimètres de montagne […] ont permis d’obtenir les résultats les plus complets et les plus foudroyants au point de vue militaire »15. Mais la technologie la plus avancée ne peut suffire face à des troupes plus nombreuses bénéficiant en grande partie de l’appui des populations. Les officiers français alternèrent alors fort habilement entre stratégie d’alliance et instrumentalisation des conflits interafricains. Le recours aux partisans, volontaires, alliés et miliciens, recrutés régulièrement ou irrégulièrement, compense l’insuffisance des troupes métropolitaines. En 1886, 800 tirailleurs sénégalais servent au Sénégal ou au Soudan ; ils sont 2 400 en 1891. La même année, une nouvelle compagnie de 120 tirailleurs soudanais et 38 spahis complètent les effectifs alors qu’a débuté depuis deux ans l’enrôlement de soldats auxiliaires. Utilisés ponctuellement, ils servent de force d’appoint. Ces auxiliaires de réserve recrutés parmi les tirailleurs rendus à la vie civile et autres volontaires expérimentés sont fréquemment plus nombreux que les tirailleurs réguliers. Leur proportion au sein des colonnes varie entre 50 et 90% ; 58% par exemple lors de la campagne de 1890-189116. Ces chiffres ne doivent cependant pas masquer les difficultés du recrutement régulier, l’engagement volontaire reste rare. Pour y remédier, les officiers de marine mettent en place une véritable « politique des races ». En 1890, le colonel Wending montre tout l’intérêt d’utiliser les Bambaras fétichistes contre les Toucouleurs musulmans. Archinard l’a bien compris. La colonne de 3 600 hommes qui prend Ségou en avril 1890 est composée à 85,6% d’irréguliers17. Nonobstant, l’augmentation des moyens humains reste très insuffisante au regard de l’accroissement des surfaces conquises. En 1896, les effectifs demeurent extrêmement réduits, 8 soldats pour 1 000 km2, « indigènes » et européens confondus18.

Face à ces colonnes hétérogènes mais techniquement supérieures qui permettent aux Français d’inverser le rapport de force, les armées africaines utilisent « […] des méthodes se rapprochant de la guérilla »19. Elles pratiquent la guerre d’usure et se retranchent dans des places fortes, les tatas, qui jouent un rôle déterminant dans la résistance à la conquête française. Conflits asymétriques ou « petites guerres », les officiers métropolitains ne voient là qu’un « […] un mode mineur tactique et stratégique [qu’] une forme dégradée de l’art de la guerre, peu digne d’intérêt »20 . Il en résulte une absence de règlements et de prescriptions officiels concernant la tactique pour contrer les formes de combats des Africains. La génération d’Archinard n’est toutefois pas sans références. Elle bénéficie d’un processus de capitalisation de l’expérience expéditionnaire accumulée au fil des campagnes. Avant le Soudan, nombre d’officiers ont connus le Tonkin ou l’Algérie. Les corps expéditionnaires d’Extrême-Orient et l’armée d’Afrique ont été des modèles. L’empreinte de Bugeaud, formé avec Bonaparte en Espagne, est évidente. Il dirigea les campagnes algériennes au cours desquelles Faidherbe fit ses premières armes avant d’avoir sous ses ordres des officiers comme Borgnis-Desbordes, premier soutien et premier commandant d’Archinard. Un savoir tactique empirique s’est donc constitué et transmis dans les mess, sur les bateaux, au bivouac, sur les lieux d’affectation en un mot, sur le terrain.

La tactique pour prendre un village fortifié est simple, tous les rapports d’opérations évoquent le même schéma. Aucun combat ne déroge au déroulement en quatre phases : préparation de l’artillerie, assaut de l’infanterie, combat de rue et poursuite. Ces rapports et les quelques témoignages disponibles nous permettent d’esquisser une typologie des pratiques de combat lors de ces deux dernières phases. Premier constat, le recours systématique à l’usage de la terre brûlée. Le Lieutenant-colonel Reybaud, commandant lors de la prise de Sabouciré le 22 septembre 1878, est explicite :

Je me résolus à me prolonger le long du fleuve en incendiant devant nous les cases des villages […] j’allai examiner la situation et très heureux du résultat obtenu […], je fis continuer l’incendie des cases21.

Rapportant l’expédition de 1880-1881, Borgnis-Desbordes revient sur la prise de Foukhara et Goubanko :

Une fois l’enceinte de Foukhara ouverte, les tirailleurs emmenés par Voyron sont entrés dans le village, ils y ont mis le feu […]. Archinard fait mettre le feu aux cases avec de la paille. Les toitures en paille sont bientôt en feu dans les trois quartiers au moins de Goubanko.[…] L’incendie allumé par la compagnie d’Ougriand chasse du troisième tata les derniers défenseurs22.

Nombre d’exemples trouveraient leur place ici, mais la suite du rapport soulève un point tout aussi intéressant.

Les pillages sont tolérés, parfois encouragés, et, surtout, utilisés. Des butins matériels, mais aussi humains, sont constitués et répartis entre soldats réguliers et irréguliers. Reybaud indique que « […] les volontaires […] préfèrent attendre le moment où ils peuvent sans imprudence se livrer au pillage »23. Le rapport qu’Archinard adresse à Voyron suite à la prise de Goubanko confirme : « […] un pêle-mêle inouï pour le pillage et la prise de captifs suivit […] Les gens de Kita essayait de faire sortir les captifs […] environ mille noirs […] se sont jetés dans la mêlée alors qu’il ne restait plus que le pillage à faire »24. Il ajoute « […] à Goubanko, le troupeau de bœufs est récupéré par nos Peulhs […] la colonne y trouve son compte »25. Suite à la prise de Nioro, le commandant supérieur écrit au chef allié Singare Dana : « J’apprends que les Diawaras ont commencé à piller les biens d’Ahmadou […]. Dis à tes hommes de cesser leurs pillages […]. C’est moi seul qui peux donner les biens des Toucouleurs »26. Le 7 janvier, il s’adresse aux lieutenants Marchands et Hardivilliers en ces termes : « […] Tout est fini ici, […] le difficile est d’arrêter le désordre et les pillages. Renvoyez tous les Bambaras, donnez leur pour récompenser les pillages ce que vous réservez pour le service de la colonne. […] Vous viendrez à Nioro avec vos auxiliaires réguliers […] amenez avec vous 20 Bambaras, je leur donnerai des captifs toucouleurs et autres qui m’encombrent ici en assez grand nombre »27. Ces courts extraits laissent à penser qu’au-delà d’une gestion précise des pillages et butins qui viserait à récompenser les alliés et à assurer le ravitaillement de la colonne, ceux-ci participent d’une utilisation tactique de la terreur.

La fin des prises d’assaut et la poursuite qui relève d’un véritable nettoyage des villages, ne laissent pas de doutes à ce sujet : « […] Le seul et véritable emploi des volontaires est dans la poursuite. Ils font après le combat, plus de besogne que n’en ferait une division de cavalerie toute entière28. […] Il [Archinard] reçoit l’ordre d’envoyer quinze hommes pour faire cesser le feu dans le dernier retranchement de l’ennemi »29. Commandant la colonne expéditionnaire du Rip, le lieutenant-colonel Colonnat revient sur le combat de Goumbol : « […] dans le tata la résistance est sérieuse; Les hommes […] fusillent tout ce qui se montre […]. Un quart d’heure après, il n’existait plus un seul défenseur »30. Sécurisation des lignes arrières objecteront donc certains, mais d’après Evariste Guyot, commissaire colonial en réforme après 15 ans de service au Sénégal et au Soudan, « […] le massacre de tout l’élément mâle, [constitue] l’usage au Soudan depuis longtemps pour terminer les prises d’assaut, usage inauguré par les officiers supérieurs de l’artillerie de la marine dont cette colonie est le fief […] »31.

Ces pratiques seraient toutefois restées circonscrites dans le temps et l’espace si elles s’étaient limitées aux combats eux-mêmes. Mais ceux-ci terminés, restaient à « pacifier » les régions conquises. Les réquisitions matérielles et humaines ainsi que les exécutions sommaires sont quotidiennes chez des militaires qui ont pris l’habitude de vivre sur les pays qu’ils occupent : « Le sous-lieutenant Belleville rend compte à Archinard qu’il a vécu sur le pays en réquisitionnant les villages où il s’est arrêté entre Ségou et Koundou […] »32. Parcourant des milliers de kilomètres au gré des affectations, Émile Dussaulx nous fournit à ce sujet pléthore d’exemples. « J’ai […] fait ma réquisition sur-le-champ […] » écrit-il le 29 janvier 1894, avant de préciser :« […] je suis partis sans vivre. Je vis sur le pays »33. Lors de son second séjour, un courrier du 4 avril 1897 indique que : « Scheick Ould-Sidi, chef des Allouch nous considère avec raisons comme des pillards. [Souligné par lui] »34. Une lettre en date du 25 janvier 1898 évoque son affectation à San « […] un pays complètement neuf où règne encore l’effervescence des colonnes dernières et l’épouvante causée par les terribles représailles auxquelles nous sommes journellement obligés de recourir ». Le 31 janvier, il constate avec regret que : « Le pays est riche […] mais […] sur la route de ravitaillement de la colonne Niger-Volta, route mise trop souvent à contribution […] »35.

Le chef d’état-major Klobbs nous fournit un exemple probant du sort réservé à qui ne collabore pas, oppose de l’inertie ou n’est pas en mesure de répondre aux exigences des officiers français : « Mon cher camarade, vous ferez savoir au nommé Mady Yara qu’il a à vous fournir 80 bœufs […]. Faute […] de faire cette fourniture, vous vous saisirez de lui et il sera exécuté »36. Mais collaborer ne signifie pas simplement fournir le ravitaillement alimentaire, les colonnes ont besoin de porteurs, de domestiques et de guides. Là encore le journal de Dussaulx nous est précieux ; il décrit à de nombreuses reprises les conditions de vie et le sort réservé aux « récalcitrants ». La compassion dont il semble faire preuve ne l’empêche aucunement de faire régner une discipline de fer :

Impossible d’imaginer un plus épouvantable ramassis de loques humaines que ce convoi composés d’esclaves débiles, nus et pliant sous leur fardeau […] Des défections multiples nous ayant astreints aux plus terribles représailles, ces gens-là marchent sous la dure conduite des escortes jusqu’à la chute finale sur le bord du chemin. Quelquefois, rarement, un malheureux pris de désespoir, s’arrête net, dépose sa charge, et attend sans broncher, la balle qu’on va lui loger dans la tête37.

On pourrait là encore multiplier les exemples, mais la source la plus intéressante pour appréhender les procédés de soumission reste la correspondance interne d’Archinard. Exécutions de civils, chasse à l’homme et « nettoyage ethnique » du Kaarta, les campagnes 1889-1891 sont placées sous le signe de la terreur. Suite à la prise de Ségou en 1890, les populations toucouleures déplacées par le conflit sont prises pour cible : « Les émigrants de Ségou sont des irréconciliables et des traîtres, […]. Vous ferez fusiller ces 30 hommes »38. La réponse témoigne du zèle dont font preuve certains subordonnés : « […] les prescriptions de votre dépêche confidentielle N°250 ont été exécutés […] 48 Toucouleurs émigrants ont été fusillés, […] »39. Six mois plus tard, après la prise de Nioro en janvier 1891, Archinard poursuit la politique de terreur en organisant exécutions et « chasses à l’homme » :

Les soumissions des Toucouleurs sont longues à venir, mais viennent. Je ne peux […] expulser complètement les Toucouleurs. […] Faites exécuter quand même les 44 Toucouleurs de Ségou qu’on voulait vous cacher. Cela effraiera et poussera les autres à venir à moi et à se soumettre pour avoir quelque sécurité. […] Parcourez les villages et si vous trouvez des Toucouleurs […] donnez leurs biens aux Bambaras et exécutez jusqu’à ordre contraire40.

Ces traques et exécutions desservent en fait une véritable politique de nettoyage ethnique du Kaarta dont Archinard ne fait aucunement mystère. Il est même tout à fait explicite lorsqu’il écrit au sous-secrétaire d’État aux colonies :

[…] J’aurai voulu faire disparaître l’élément toucouleur fanatique et dangereux […]. Restait la guerre d’extermination, elle était possible […], il suffisait de la permettre aux bambaras du Bélédougou […] en dehors de la question d’humanité […] quoique l’humanité bien comprise exigerait la destruction des toucouleurs, d’autres risques m’ont empêchés de m’arrêter à l’idée de l’extermination.[…] Il aurait fallu occuper longtemps le pays avec des forces importantes […] il aurait fallu soutenir ces derniers [les Bambaras], il aurait fallu par conséquent n’avoir d’autres soucis que ceux du Kaarta […]41.

Que déduire de discours et de pratiques si peu équivoques ? L’affaire de Bakel illustrerait-elle parfaitement la maxime « coloniser – exterminer » ? Je ne peux y souscrire. Peut-on pour autant continuer de penser les événements qui suivirent la prise de Nioro en terme de « dérapage » ? Ceux-ci n’ont à l’évidence rien d’un épiphénomène au cours duquel la « démesure » aurait remplacé la « norme ». Dans le contexte difficile du Soudan, les officiers français ont fait un choix stratégique, la guerre psychologique, choix qui impliquait un usage tactique de la terreur. Une explication postulant que le contexte détermine les pratiques est-elle pour autant satisfaisante ? L’enjeu n’est-il pas plus politique que stratégique ? À bien y réfléchir, ce n’est pas simplement de victoire dont il s’agit, car les actes commis au combat et en situation d’occupation s’inscrivent dans une véritable économie de la soumission par la terreur. Terreur que la violence politique érige en norme sociale pour parvenir à une soumission totale et sans condition des populations. On est donc bien loin d’une « décivilisation », d’une « involution » ou d’un quelconque retour collectif à « l’animalité ». Comment concevoir alors cette « normalisation » de la violence militaire ?

Les modalités de délégation du monopole de la violence légale et l’organisation politique qui en découle méritent, je crois, d’être interrogés. Poser le débat en terme d’obéissance/désobéissance de l’officier colonial n’a toutefois pas beaucoup de sens. Martine Cuttier note à juste titre que « […] sous la troisième République […] l’armée reconnaissait sa subordination, le politique lui laissait de larges domaines d’indépendance au titre de la compétence et de l’expertise »42. Mais ce consensus prend sur le Haut-Fleuve, une dimension particulière. S’il y a bien subordination envers Paris et Saint-Louis, « […] l’agencement du pouvoir […] permet au commandant supérieur de jouir d’une large autonomie »43. Par le décret du 6 septembre 1880, celui-ci peut « […] effectuer toutes les mutations jugées utiles pour le bien du service [et] décider de sa propre autorité tous les mouvements de troupes nécessaires »44. En d’autres termes, le décret confère « […] toute la puissance des pouvoirs civils et militaires au commandant supérieur »45. Tous les « garde-fous » étaient-ils alors tombés ? La création d’un cinquième bureau des Colonies destiné à centraliser les opérations du Haut-Sénégal démontre que l’Exécutif tente d’affirmer son emprise sur la conquête. Le Président élabore la politique coloniale par des décrets, le ministère de la Marine en charge des colonies en fixe les grandes lignes et le Parlement vote les crédits. Les mécanismes institutionnels du contrôle étaient donc effectifs. Peut-on en conclure qu’ils furent efficaces ? Pouvait-on et voulait-on contrôler l’action militaire engagée au Soudan ?

La distance constitue à l’évidence un frein important à l’exercice d’un contrôle efficient. Le commandant du Soudan français est l’officier le plus haut gradé dans un rayon de 1 500 km ce qui « […] rend impossible le contrôle que Paris, Alger et Tunis, par les relais de commandement divisionnaire et subdivisionnaire, peuvent exercer jusqu’au plus lointain poste du Sud »46. Le ministère ne peut donc manifester sa désapprobation qu’en remplaçant le commandant supérieur à la fin d’une campagne. Archinard reste toutefois en poste de 1889 à 1893. Dès la seconde campagne, l’attitude politique du sous-secrétaire d’État aux colonies semble emprunte d’un certain laxisme. Consulté par le colonel à propos d’une éventuelle marche sur Ségou, Étiennes se rend aux arguments de l’officier et lui répond : « faites au mieux »47. L’hypothèse de la faiblesse politique résiste cependant mal à l’épreuve des faits. S’agit-il encore de laisser-faire quand, la même année, le président Carnot signe le traité de fondation du Soudan français (18/08/1890) et celui du 22/10/1890 qui confère au commandant supérieur les « pleins pouvoirs » ? La réponse de Jacques Frémeaux est sans équivoque « […] ce n’est qu’avec de solides appuis à Paris que ce dernier [Archinard] a pu développer son programme […] ».

Ceci étant, la participation répétée des groupes et des individus à des actes de terreur auxquels ils n’adhèrent pas forcément n’est éclairée en rien. Comment rendre intelligible la question de la participation des acteurs ? Il faut, semble-t-il, articuler conditionnements extérieurs à l’individu et choix individuels. Pour ce faire, j’ai choisi de reprendre l’idée des « conditionnements-relais » développée par Patrick Pharo48. Ce dernier en identifie quatre, j’en retiendrais deux.

Évoquons en premier lieu le rôle de l’idéologie. Celle-ci attribuerait aux victimes des propriétés qui faciliteraient leur exclusion de la « communauté d’obligation ». En d’autres termes, animalisation et criminalisation de l’ennemi participeraient de sa déshumanisation. Patrick Pharo y relie le poids d’un « climat d’hostilité » ; les deux facteurs entraînant selon lui une « fixation de la conscience sur la menace ». Qu’en est-il au Soudan ? Revenons d’abord sur la notion, ô combien subjective, de climat d’hostilité. Opérant en colonne face à un ennemi qui pratique le harcèlement et la guerre d’usure, certains soldats semblent développer une sorte de complexe obsidional. C’est le témoignage du sous-lieutenant Henry Morienval, qui opère en colonne non pas au Soudan mais au Dahomey, qui m’a mis sur cette piste49. Il laisse transparaître par petites touches un sentiment d’encerclement par l’ennemi, ennemi qui se trouve effectivement être un criminel, un animal. Une courte analyse des champs lexicaux utilisés pour le décrire et des procédés de justification employés ne laisse pas de doute à ce sujet. Pour Morienval se sont « des hordes de noirs qui sortent de la forêt » quand pour Archinard l’élément toucouleur est « fanatique et dangereux », irrédentiste et nuisible. Entendons-nous, il ne s’agit pas de postuler ici l’existence d’un lien mécanique entre ces éléments et le recours à la terreur. En revanche, il est difficilement concevable d’admettre que l’articulation idéologie-perception du contexte n’intervienne en rien dans les processus qui favorisent l’acceptation des pratiques extrêmes. Il convient en outre de relier ces différents facteurs, comme le fait Nicolas Mariot, aux cercles de confirmation de la cruauté identifiés par Pharo. Ce dernier nous donne un exemple d’autoalimentation des actes cruels par leurs effets : des gens que l’on catégoriserait comme des animaux et qu’on réduirait à l’état d’animaux confirment, par le fait, la première catégorisation nous dit-il. Il est alors frappant de constater qu’un Evariste Guyot, qui dénonce et condamne les exactions, file la métaphore animale en évoquant par exemple ce « […] troupeau de misérables noirs […] »50. On pourrait compléter ce court exemple par la lecture de Paul Vigné d’Octon. Anticolonialiste fervent, il fait dans ses ouvrages des descriptions qui ne laissent aucun doute quant à l’emprise de l’idéologie dominante, y compris chez ceux qui tentent d’y résister.

Dans ce type de situation, « […] il est maintenant largement admis que l’exception réside plus dans l’opposition que dans le conformisme »51. Le poids des différents moyens de pression et du contrôle social constitue donc un axe de réflexion essentiel. Les raisons instrumentales ne sont néanmoins pas à exclure des facteurs qui suscitent l’adhésion. Elles semblent même y figurer en bonne place. Les sources permettent de saisir l’enjeu que constitue le butin. Nombre de recrutements locaux se font sur cet espoir et sur le désir d’obtention ou de conservation d’un statut social que l’uniforme français peut, dans les limites du rapport colonial, conférer. Le choix individuel ne concerne toutefois qu’une partie des troupes. Si l’on s’attarde quelque peu sur les procédures de recrutement et sur la sociologie des colonnes, on constate que seuls les officiers des troupes de marine et les auxiliaires sont concernés par l’engagement volontaire. Dès lors, quand la simple absence de collaboration peut être sanctionnée par l’exécution, on peut s’interroger sur la marge de manœuvre dont disposent les soldats. L’étroite articulation entre sanction et récompense opère ici à plein. La cohésion du groupe sous l’autorité absolue du chef offre alors des relais tels que le conformisme ou la garantie d’impunité. Là encore le témoignage de l’officier Guyot nous est précieux. Évoquant un légionnaire qu’il a rencontré au moment des faits, il rapporte que « […] Ne voulant pas, en effet, s’attirer la colère des gradés et l’inimitié de ses camarades de légion, et des autres corps de troupe, il fit comme les autres […]. Il fit choix de butin […] ». Mais Guyot nous invite même à dépasser la notion d’impunité lorsqu’il précise qu’« […] Un officier du commissariat militaire des colonies fut écarté, lui, de cette forfaiture suprême, tant il manifestait nettement sa réprobation des actes commis […]. On lui fit payer cher cette attitude par la suite, en l’accusant faussement d’avoir dévoilé ces atrocités au Gouverneur civil aussitôt leur accomplissement et on le fit mettre en réforme pour une bêtise ». Face à l’implication de tous, celui qui « trahit » le groupe paie. N’est-ce pas là le fondement de la loi du silence ?

Que retenir pour conclure cette étude qui mérite à l’évidence d’être nuancée et approfondie ? L’approche proposée a, je crois, le mérite de poser quelques jalons et de démontrer qu’on ne peut faire de la violence de guerre, notamment lors des guerres coloniales, une simple affaire de représentations. Un faisceau de facteurs très divers a été ici identifié comme constitutif d’une économie de la soumission par la terreur. Si les officiers soudanais peuvent utiliser la terreur à des fins politique et stratégique, c’est qu’au-delà du poids du contexte, une organisation politique qui consacre l’indivisibilité des pouvoirs et une attitude politique allant du laisser-faire au soutien le plus actif, interagissent et créent les conditions pour que se mette en place un rapport de soumission dont la violence extrême constitue le ressort essentiel. Alors, loi du silence et implication du plus grand nombre, rigueurs disciplinaires et pratiques de récompenses, idéologie et perception subjective du contexte sont autant d’éléments qui se surajoutent, entretiennent des relations dialectiques et, au final, créent les conditions pour que les actes cruels se répètent.

1 Bertrand, Romain, Mémoires d’empire, la controverse autour du fait colonial, Éditions du Croquant, Clamecy, 2006, p. 13.

2 Cuttier, Martine, Portrait du colonialisme triomphant, Louis Archinard, 1850-1932, Paris, Lavauzelle, p. 111.

3 Michel, Marc, Galliéni, Arthème Fayard, Paris, 1989, p. 85.

4 Frémeaux, Jacques, L’Afrique à l’ombre des épées, des établissements côtiers aux confins du Sahara, 1830-1930, t. I, éd. SHAT, 1994, p. 71.

5 Ibidem, p. 50.

6 « L’œuvre de la civilisation en Afrique » in : L’Illustration ; 11/04/1891, n° 2511, p. 312-317.

7 « Sénégal », in : Le Temps, 13 avril 1891.

8 Archinard, Lieutenant-colonel, « Rapport sur la campagne 1890-1891 », Journal Officiel de la République Française, octobre 1891, p. 4902.

9 Archinard, Lieutenant-colonel, « Rapport sur la campagne 1890-1891 », p. 4902.

10 « Dérapage » in : Rey, Alain, Robert Historique de la langue française, p. 584. « Dérapage » in : Le Robert, 2004.

11 M’Bokolo, Elikia (sous la dir.), Afrique Noire Histoire et Civilisation, XIXe-XXe siècles, t. II, Hatier Aupelf, Paris, 1992, p. 264.

12 Ibidem, p. 46.

13 Ibidem, p. 47.

14 Gallieni, Joseph-Simon, Deux campagnes au Soudan français 1886-1888, Hachette, Paris, 1891, p. 625.

15 Ibidem, p. 625.

16 Archinard, Lieutenant-colonel, Rapport, p. 4883.

17 Cuttier, Martine, Portrait du colonialisme, p. 342.

18Frémeaux, Jacques, L’Afrique à l’ombre, p. 71.

19 Bah, Thierno, « Architecture militaire traditionnelle et poliorcétique dans le Soudan occidental (du 17e à la fin du 19e siècle », in : Forces armées et systèmes d’alliances, actes du colloque du centre d’histoire militaire et d’études de défense nationale de Montpellier, 1981.

20 Péroz, Capitaine, « La tactique au Soudan », La Revue maritime et coloniale, t. 107, octobre-décembre 1890, 3 parties, p. 79-129, p. 235-282, p. 364-455.

21 SHD, 5H154, Dossier 3 : Expéditions au Sénégal 1858/1901, sous-dossier 2, Expédition au Sénégal Combat de Sabouricé 22 septembre 1878, 12 pièces.

22 CAOM, fonds ministériel, Sénégal IV, Rapport du Lieutenant-colonel Borgnis-Desbordes sur l’expédition de 1880-1881 dans le Soudan, dossier 73 bis.

23 SHD, 5H154, Dossier 3 : Expéditions.

24 Rapport d’Archinard à Voyron, ANS 1 D 58, Kita, 12 février 1881, in : Cuttier, Martine, Portrait du colonialisme, p. 166-169.

25 Ibidem.

26 SHD, Série H, sous-série 5H, carton 15H36, Correspondance d’Archinard,2 janvier 1891, Nioro, le commandant supérieur à Singare Dana, chef des Diawaros (sic).

27 SHD, 15H36, Correspondance d’Archinard, 7 janvier 1891, Nioro. Le Cdt supérieur au Lt-Marchand ou au Lt-Hardiviller.

28 SHD, 5H154, Dossier 3 : Expéditions.

29 CAOM, Rapport du Lieutenant-colonel Borgnis-Desbordes.

30 CAOM, fonds ministériel, Sénégal IV, dossier 105 : Expansion territoriale et politique indigène : 1887-1895, Rapport sur les opérations de la colonne expéditionnaire du Ripp, Lieutenant-colonel Colonnat.

31 Archives départementales de l’Hérault, sous-série 1E ; archives de familles, fonds Paul Vigné d’Octon, papiers personnels, 1E 1162 : lettre d’Evariste Guyot, 28 septembre 1899.

32 Cuttier, Martine, Portrait du colonialisme, p. 292.

33 Dussaulx, Émile, Journal du Soudan, p. 231.

34 Ibidem, p. 263.

35 Dussaulx, Émile, Journal du Soudan, p. 376-380.

36 SHD, 15H36, Correspondance d’Archinard, télégramme N°69, Nioro, le 7 janvier 1891. Le commandant supérieur au lieutenant commandant le poste de Badombe, signé Chef d’État Major Klobb.

37 Dussaulx Émile, Journal du Soudan, p. 384.

38 SHD, 15H36, Correspondance d’Archinard, lettre confidentielle n° 250, Commandant supérieur à commandant, Bafoulabé.

39 SHD, 15H36, Correspondance d’Archinard, lettre confidentielle, Lieutenant commandant le poste de Bafoulé à lieutenant colonel commandant supérieur du Soudan Français.

40 SHD, 15H36, Correspondance d’Archinard, 6 janvier 1891, Nioro, Commandant supérieur à lieutenant Hardiviller.

41 SHD, 15H36, Correspondance d’Archinard, 9 janvier 1891, Nioro. Le Cdt. Supérieur du Soudan français à Mr S-secrétaire d’État des colonies.

42 Cuttier, Martine, Portrait du colonialisme, p. 116.

43 Ibidem, p. 116.

44 Frémeaux, Jacques, L’Afrique à l’ombre, p. 42.

45 Cuttie, Martine, Portrait du colonialisme, p. 116.

46 Frémeaux, Jacques, L’Afrique à l’ombre, p. 64.

47 Simonis, Francis, Des Français en Afrique. Les Européens de la région de Ségou ; 1890-1962, Thèse d’histoire, 1993, 2 tomes, p. 27.

48 Pharo, Patrick, « La cruauté et l’éclipse des convictions morales », in : Raymond Boudon / Alban Bouvier / François Chazel, Cognition et sciences sociales, Paris, PUF, 1999, p. 175-190.

49 Morienval, Henry, La guerre au Dahomey, journal de campagne d’un sous-lieutenant d’infanterie de marine, 1898, Hatier, Paris, 1898, 240 p.

50 Archives départementales de l’Hérault, 1E 1162 : Lettre d’Evariste Guyot, 28 septembre 1899.

51 Mariot, Nicolas, « Faut-il être motivé pour tuer ? », in : Genèses, n° 53, décembre 2003, p. 169.


3 réflexions au sujet de « Des « dérapages » et de la guerre coloniale, le cas du Soudan Français 1878-1894 »

  1. Un petit mot sur l’historique de ce papier. Le travail a été réalisé à l’occasion d’un colloque organisé les 4,5,6 octobre 2007 à Montpellier et intitulé :  » Les dérapages de la guerre ». L’article a été publié en 2009 dans un ouvrage éponyme resté confidentiel. Plusieurs raisons m’ont poussé à le publier ici. Pour l’essentiel, l’objectif est de lui donner une meilleure visibilité (on écrit pour être lu) et, surtout, d’inviter à la discussion sur l’objet « fait colonial » dans ce carnet.
    J’ai choisi de ne pas modifier une virgule du texte de 2007 (j’ai seulement ajouté les cartes) mais, je n’exclue pas de réécrire ce papier (et de le republier) pour engager, sur le mode « atelier d’écriture », un travail sur les jeux d’écriture…

    1. bonjour archéologue, je travaille sur un curieux objets: les « sanctuaires celtiques » amas d’armes et parfois (souvent de squelette) résultat de la décomposition de corps humains très majoritairement humains, souvent sans tête. le toute disposé (ou non) dans des enclos avec une volonté architecturale manifeste la encore (ou non).
      je ne serais pas contre un regard croisé sur ces objets qui par bien des aspect pourrait être des contrepartie de « dérapages »

      1. Bonjour,
        merci de votre message. Je ne suis pas contre le « regard croisé », mais je pense que vous pouvez trouver des historien-n-e-s bien plus qualifié-e-s pour examiner votre matériel. La question de fond, c’est de savoir à partir de quoi, de quelles sources, matériaux … on s’autorise à déduire des pratiques et à monter en généralité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *