Les cérémonies de la Légion française des combattants (4/4)

Le début de l’article est disponible  ici

Formes de participation

Les articles de journaux sont utiles pour reconstituer la fréquence et le contenu des cérémonies, mais apportent peu d’informations sur les formes de la participation : si l’on sait qu’une personne choisie a dû déposer une gerbe ou hisser le drapeau, on manque d’indications sur la façon précise d’exécuter ces gestes. La participation du reste des légionnaires est encore plus vague. Or, il n’est pas indifférent de savoir par quel moyen ils se distinguent de la foule des spectateurs, pour montrer leur appartenance à l’organisation. En effet, cette distinction doit passer par des attitudes ou des signes spécifiques, voire la mise en œuvre de « techniques du corps »[1], anciennes ou apprises à l’occasion de leur adhésion à la Légion.

La réponse à cette interrogation nécessite le recours à l’image[2]. En l’absence de fonds privés pertinents sur le sujet, celle-ci est bien sûr imprégnée par la propagande officielle. L’objectif est de magnifier l’action de la Légion et l’effet de ses rassemblements. Il n’est donc pas question de tenter de tirer de ces prises de  vue partisanes une conclusion sur l’état d’esprit des participants[3], mais simplement d’observer les gestes concrets qu’elles montrent – en gardant à l’esprit qu’elles peuvent dissimuler les gestes non conformes. Les grandes cérémonies légionnaires ont fait l’objet de reportages photographiques, dont on retrouve les clichés notamment dans les fonds des agences. Les films, de France Actualités et des Actualités françaises, permettent de rétablir plus précisément encore le déroulé des différentes gestuelles. La recherche parmi ces différents fonds a produit un corpus de 28 films et 77 photographies[4]. Ce corpus n’est pas  « fini » : les différents journaux de l’époque ou certaines collections institutionnelles (comme celle de la BDIC) contiennent probablement d’autres photographies. Toutefois, il est apparu que les images trouvées dans les grands fonds se répétaient, car elles représentaient toutes les mêmes événements, jugés assez importants pour recueillir un écho national.

Ce corpus peut donc être considéré comme représentatif des plus grandes cérémonies, dans des grandes villes ou des villes moyennes, le plus souvent en présence d’un représentant de l’État ou de la Légion au niveau national. Cela constitue à la fois son intérêt et son défaut majeur. Il présente en effet la norme voulue par l’organisation, probablement les mises en scènes les plus étudiées qu’elle ait produites, mais il ne dit rien sur la diffusion de ce modèle dans l’ensemble du territoire. Les clichés d’agence n’ont pas tous été publiés ; les fonds ne permettent pas de savoir lesquels l’ont été, et dans quels journaux. Les actualités filmées ont été présentées dans les cinémas, ce qui implique peut-être une connaissance du modèle par les responsables départementaux ou ceux de villes moyennes, mais pas forcément dans les plus petites communes. Contrairement aux questions de fréquence et de contenu des cérémonies, celle des formes de participation ne peut être traitée qu’à un niveau national, les quelques indications pertinentes au niveau local, contenues dans des circulaires ou des entrefilets, faisant tout au plus figure d’indices.

Or, lors des grands événements impliquant notamment une visite d’un représentant de l’État, les groupes représentés étaient nombreux et la population civile était sollicitée. Pour faire exister la Légion, il fallait  imposer à ses membres des caractéristiques permettant de les distinguer de la masse du public. Le problème aurait pu être résolu par le port d’un uniforme, à la fois signe de reconnaissance et outil de domestication du corps. Pourtant, les légionnaires n’en portèrent jamais, au contraire des membres de très nombreuses organisations vichystes comme les chantiers de jeunesse, les JFOM (Jeunesses de France et d’Outre-Mer), les Compagnons de France… Les hommes, y compris lors des cérémonies, se présentaient en costumes de teintes et coupes diverses, parfois même en pardessus. La cravate, dominante, pouvait s’orner de rayures, ou être remplacée par un nœud papillon, y compris chez les cadres de l’organisation[5]. L’élégance était donc de mise, mais elle restait celle, relativement variée, des vêtements propres aux civils.

L’élément distinctif fut plus accessoire, mais rapidement adopté : le béret s’imposa dans les apparitions publiques dès 1940[6]. Rien n’indique qu’il ait été fourni par la Légion et chaque légionnaire dut donc se procurer le sien, ce qui rend sa généralisation d’autant plus remarquable. Les images montrent en effet des hommes presque tous coiffés de bérets sombres, à de  rares exceptions, qui soulignent  toutefois que l’uniformisation des participants reposait en grande partie sur leur bonne volonté : les films de la cérémonie de Gergovie montrent par exemple un porteur d’urne, dont le rôle était central, coiffé non d’un béret mais d’un chapeau à larges bords[7]. Lors des cérémonies des plus petites communes, il est possible que les exceptions aient été plus répandues encore. Les instructions sur le port du béret sont très rares dans la presse de Haute-Vienne[8] et n’apparaissent jamais avant juillet 1941 : l’obligation était peut-être implicite, mais rien ne porte à le croire. En avril 1942, un avis demande encore aux légionnaires d’en porter un « si possible »[9]. Même lors des grandes cérémonies, les façons de porter le béret ne furent pas règlementées. Penchant à gauche, à droite, à l’arrière ou sur le front, il n’harmonisa pas totalement les profils des hommes[10].

L’autre signe de reconnaissance fut l’insigne, sans qu’il s’agisse d’ailleurs d’une spécificité légionnaire, de nombreuses associations de l’entre-deux-guerres ayant confectionné le leur[11]. Les premières images le montrant nettement datent de mai 1941 et il semble ensuite se généraliser, sans obéir à un placement strict. On le voit épinglé alternativement d’un côté ou de l’autre du béret, ainsi qu’au revers gauche des vestes. Un seul individu en porte parfois plusieurs, ce qui peut s’expliquer par le fait que l’insigne était vendu dans le cadres de « bonnes œuvres » destinées notamment aux prisonniers[12]. Il symbolisait donc également la participation aux actions sociales de l’organisation. Là encore, il est difficile de savoir s’il a été aussi présent lors des réunions moins exposées à l’attention médiatique. Dans les Bouches-du-Rhône, par exemple, un cadre local déplore en octobre 1942 la rareté du port de l’insigne lors des réunions publiques[13].

Les seuls légionnaires porteurs d’un uniforme plus strict furent les membres du Service d’ordre[14] : chemise kaki, cravate noire, béret, brassard au bras gauche ne semblent pas avoir souffert d’exceptions chez les S.O.L[15] (encore faut-il noter qu’ils se procuraient visiblement eux-mêmes cravates et chemises, qui variaient un peu en termes de taille et de teinte). Le gros des membres de la Légion se distingua donc uniquement par le port d’éléments accessoires, qui ne fut ni systématique ni uniformisé. Quoique facilement reconnaissables en groupe, les légionnaires subirent donc une contrainte vestimentaire largement moindre que dans la plupart des organisations du régime.

En termes de participation active, la prestation de serment constitua l’un des actes les plus importants des cérémonies légionnaires. Il n’est pas sûr qu’elle ait eu lieu de façon solennelle dans toutes les petites communes mais la signature du serment était obligatoire pour rentrer dans la Légion[16]. Toutefois, contrairement à de nombreux autres groupes et professions, notamment les magistrats, les légionnaires ne prêtaient pas serment à la personne du maréchal Pétain[17]. Ils s’engageaient à servir la France dans la paix comme ils l’avaient fait dans la guerre, à pratiquer l’amitié et l’entraide, à rester fidèles à la mémoire de leurs camarades morts et à se consacrer à la patrie, à la famille et au travail ; ils affirmaient aussi accepter librement la discipline de la Légion. Comme les rituels, le serment associait des éléments familiers aux combattants et mis en avant dans les anciennes associations (amitié ; entraide ; mémoire des morts ; et même service de la France) et des valeurs particulièrement promues par le régime de Vichy (travail, famille, patrie).

Le renouvellement du serment était en 1941 un passage obligé des grandes cérémonies anniversaires et des visites du maréchal Pétain. Massés sur une place, les légionnaires écoutaient un cadre, ou le maréchal lui-même, réciter le serment et devaient répondre à chaque phrase par « Je le jure ! ». Cette exclamation s’accompagnait d’un geste rapide consistant à tendre en l’air le bras droit, paume ouverte. Si on voit, dans plusieurs cas, la personne qui lit le serment garder le bras tendu pendant toute sa lecture, la foule des légionnaires le baissait immédiatement après avoir juré, pour le relever à la fin de la phrase suivante[18]. Figée sur des photographies, l’image des milliers de bras tendus rappelle donc le salut fasciste, mais il s’agissait en réalité d’un geste circonscrit à un moment précis, dans la tradition des prestations de serment représentées depuis le XVIIIe siècle, qu’on peut retrouver notamment dans les œuvres de David (Le serment du jeu de paume ou Le serment des Horaces)[19]. Vingt ans après l’arrivée au pouvoir des fascistes italiens, le geste avait pris une connotation nouvelle, pour qui voulait s’en soucier, mais pouvait également être rattaché à une tradition. Martin Winckler note ainsi que Jean Renoir, dans La Marseillaise (1938) avait repris le geste mais en le modifiant un peu pour ne pas être compris comme une référence au fascisme. Mais il remarque aussi que les Américains conservèrent jusqu’au début de 1940 le Pledge of Allegiance, salut bras droit tendu au drapeau effectué notamment dans toutes les écoles. Le geste avait  donc pris une connotation de plus en plus particulière, mais n’était pas encore totalement univoque.  Dans le cadre strict du serment, il ne constituait pas la « radicale destruction des habitudes » soulignée par Tilman Allert à propos du salut allemand, systématique lors d’une rencontre et envahissant toutes les interactions sociales[20].

revuelegion1_1941_sd

Le serment légionnaire, dans La Légion (revue) juin 1941

En dehors des prestations de serment, le bras tendu apparaît sporadiquement. Il peut être utilisé pour saluer le passage du maréchal ou lors d’une remise de drapeau. Pendant la Marseillaise, il arrive dans plusieurs villes qu’un bras se lève, en entraînant quelques autres à sa suite.  Cela reste toujours extrêmement minoritaire et relève d’initiatives individuelles, d’ailleurs non cautionnées par la direction de la Légion. Dans une circulaire de septembre 1941 aux présidents dans les colonies et à l’étranger, le chef de la propagande précise que le salut de l’organisation est le garde à vous et que « en aucune circonstance on ne doit saluer le bras tendu »[21]. De fait, c’est bien l’apprentissage militaire qui est utilisé par les anciens combattants dans la plupart des occasions de saluer : ils sont nombreux à faire le salut militaire sur le passage du maréchal, en chantant la Marseillaise ou lors de la levée des couleurs.

La façon de défiler, lors des grandes cérémonies, se ressent de cette assimilation des gestes militaires. La marche est cadencée ; lors du passage devant une tribune officielle, il arrive que tous les légionnaires tournent, ensemble, la tête vers les personnalités. Toutefois, qu’il s’agisse des films ou des photographies, les angles de vue ne permettent pas d’évaluer précisément la discipline des défilés. Il est possible que ce soit intentionnel, d’autant que les images des mêmes producteurs montrent parfois nettement, à partir de 1942, l’alignement parfait des défilés SOL. Certains détails invitent à relativiser l’aspect militaire de la Légion. Les têtes sont souvent tournées dans des directions différentes, des hommes se détachent parfois de la file. Cela peut expliquer qu’à Marseille, lors de l’anniversaire de 1943, le choix ait été fait de faire défiler d’abord les troupes coloniales, suivies par des anciens combattants quelque peu en désordre, marchant de tous côtés de la rue, poussant pour certains des vélos…[22] En Haute-Vienne, les articles de journaux utilisent alternativement les termes « défilé », « procession » ou « cortège », le plus souvent sans précisions. Parfois, on apprend que les légionnaires marchent seuls ; d’autres fois, ils sont suivis par l’ensemble de la population, comme dans l’entre-deux-guerres. La volonté d’ordre, visible, peut être difficile à appliquer : en novembre 1942, des directives sur la préparation des cérémonies expliquaient ainsi comment marcher et faisaient remarquer qu’ « un troupeau en marche n’est pas un défilé »[23].

 

Ainsi, les formes de participation aux cérémonies ne mirent pas en œuvre de nouvelles « techniques du corps » assimilées spécialement lors de l’adhésion à l’organisation, mais firent appel à l’apprentissage militaire perpétué, même imparfaitement, lors de certaines cérémonies combattantes de l’entre-deux-guerres[24]. Toutefois, les postures apprises des années auparavant semblent relâchées, peut-être en partie en lien avec l’absence d’uniforme. Il y a loin, des cortèges de la Légion, mêmes les plus officiels, aux défilés d’une armée professionnelle. Le flottement caractérise de nombreuses manifestations légionnaires, où le salut militaire côtoie des bras ballants et de sporadiques saluts fascistes, sur le passage du maréchal ou pendant l’exécution de la Marseillaise.

De même que le contenu des cérémonies, les formes de participation puisent donc dans les habitudes du mouvement combattant, voire les souhaits de chacun, pour permettre le glissement vers un mouvement de masse ambigu. Faut-il en tirer une conclusion sur la nature de l’organisation ? L’utilisation très minoritaire du salut fasciste ne suffit pas à la dédouaner de toute idéologie fascisante, de même que les déficiences de sa militarisation n’excluent pas son potentiel autoritaire. L’étude des cérémonies invite à repenser le questionnement appliqué à la Légion[25]. Plutôt que de chercher à tout prix sa place dans des typologies établies et avant de disserter sur la nature de son maréchalisme, il semble essentiel de comprendre comment un million d’hommes s’y sont laissés entraîner, qui ils étaient et ce qu’a signifié concrètement leur engagement.

[1] Mauss, Marcel. « Les Techniques Du Corps. » Journal de Psychologie XXXII, no. 3–4 (15 mars 1936): 5–23. Marcel Mauss définit ces techniques comme « les façons dont les hommes, société par société, d’une façon traditionnelle, savent se servir de leur corps » (p.5) et insistent sur leur apprentissage « L’enfant, l’adulte, imite des actes qui ont réussi et qu’il a vu réussir par des personnes en qui il a confiance et qui ont autorité sur lui. » (p.8)

[2] Et nécessiterait donc des illustrations… mais pour des questions de droit je ne peux pas reproduire sur internet la plupart des images constituant mon corpus.

[3] Nicolas Mariot a souligné l’impossibilité de déduire un « état d’esprit » de ces images spécialement faites pour montrer l’enthousiasme des foules. Mariot Nicolas, « Foules en liesse et « maréchalisme » des populations. Les images des voyages officiels de Pétain montrent-elles des mouvements d’opinion ? », Sociétés & Représentations, 2001, vol. 2, no 12, pp. 143‑159.

[4] 2 films et 4 photographies concernent l’année 1940. Il y en a respectivement 12 et 30 pour l’année 1941, 11 et 42 pour l’année 1942, 3 et 1 pour l’année 1943. Les films sont extraits des archives du Journal de Vichy, diffusé en zone sud  de 1940 à 1942 (conservées par Gaumont Pathé), ainsi que de France Actualités, produit sous l’autorité allemande pour toute la France à partir de 1943 (conservées à l’Inathèque). Les photographies ont été recueillies dans les fonds de l’agence Rapho (disponible sur internet), des agences SAFARA et Trampus (conservés à la bibliothèque nationale), de la Documentation française (conservé par l’ECPAD au fort d’Ivry), de l’Association pour les études sur la résistance intérieure (disponible sur internet), ainsi que dans le journal L’Illustration et la revue La Légion. Trois photographies de Nexon, en Haute-Vienne, m’ont été aimablement fournies par M. Jean-François Nys.

[5] On voit l’un des cadres (probablement le chef) de l’union départementale du Rhône s’exprimer au micro avec un nœud papillon sur une photo de Trampus datée du 27 août 1942.

[6] À tel point qu’il devient le critère essentiel pour reconnaître les légionnaires, ce qui pose un problème lorsque le commentaire des films ou la légende des photos ne donne pas d’indications : il est possible que certains individus n’aient pas été repérés comme légionnaires dans les fonds consultés, juste parce qu’ils n’avaient pas de béret… Cela porte peut-être à surestimer son hégémonie, même si l’insigne offre un autre critère, et que le port de décorations est un indice.

[7] « Fête de l’unité nationale sur le plateau de Gergovie », France actualités, 4 septembre 1942.

[8] 9 mentions sur 473 cérémonies.

[9] Courrier du centre, 2 avril 1942, commune de Linards.

[10] Le directeur de la légion François Valentin et le chef du SOL Joseph Darnand portent toujours leurs bérets dans des directions opposées.

[11] En zone Nord, où la Légion n’existe pas, les 4 associations autorisées par l’occupant obtiennent le droit pour leurs membres de continuer à porter leur insigne. Note du Militärbefehlshaber aux Bezirkschefs, le 17 septembre 1941, Archives nationales, AJ40932.

[12] Dans le cadre des « journées du prisonniers » mentionnées dans la première partie. Celles-ci sont organisées dans de très nombreuses communes en mars 1941 (au moins 36 en Haute-Vienne) et donnent lieu aux premières ventes d’insignes.

[13] Lettre du chef départemental des Bouches-du-Rhône au secrétaire général de la section de Trets, 16 octobre 142, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 163E7S2.

[14] Le Service d’ordre légionnaire (S.O.L.) est une création de Joseph Darnand dans les Alpes-Maritimes, fin 1941, destiné à être plus actif que la Légion. Il est officialisé début 1942. En se détachant de la Légion, il donnera naissance à la Milice en janvier 1943. Ses effectifs sont très minoritaires au sein de la Légion et il n’est pas évident que le S.O.L ait été constitué majoritairement de membres déjà légionnaires.

[15] Olivesi Dominique, « La prestation du serment du service d’ordre légionnaire (S.O.L.) aux arènes de Cimiez le 22 février 1942 », Cahiers de la Méditerranée, 2001, no 62, pp. 135‑144.

[16] On en trouve seulement15 mentions dans les journaux de Haute-Vienne, pas uniquement au moment des anniversaires.

[17] Contrairement à ce que j’ai fait l’erreur d’écrire dans un article récent (« 1939-1945 : rejouer ou terminer la Grande Guerre », sous la direction de Nicolas Beaupré, Gerd Krumeich, Nicolas Patin, Arndt Weinrich, Paris, Albin Michel, 2016, p.256-258).

[18] Les films du Journal de Vichy montrent le serment à Lyon et à Marseille en 1940, au Puy-en-Velay, à Toulouse, à Annecy, à Marseille et à Vichy en 1941. Deux films sont moins clairs sur la gestuelle : à Toulon, en 1940, les légionnaires ont le bras levé sur fond de Marseillaise, mais cela peut être dû au montage, car l’image qui suit est celle de Pétain faisant des signes amicaux, ce qu’il ne ferait probablement pas pendant l’hymne national. À Clermont-Ferrand, lors du deuxième anniversaire de la Légion, le film montre des bras qui se lèvent sur fond d’acclamations. Le geste, soudain et coordonné, ne semble pas correspondre au désordre des acclamations et il s’agit probablement encore d’un effet de montage.

[19] Voir Martin M. Winkler., The Roman salute: cinema, history, ideology, Columbus, Ohio State University Press, 2009, 223 p.

[20] Tilman Allert, Le salut allemand. Histoire d’un geste funeste, Paris, Éditions Jacqueline Chambon, trad. Johannes Honigmann, 2006, p.13.

[21] Archives nationales, F601675

[22] « Troisième anniversaire de la Légion française des combattants », France actualités, 3 septembre 1943.

[23] La Légion, 15 novembre 1942.

[24] Les films des congrès de l’UF en 1934 et de l’UNC en 1939 (archives Gaumont Pathé) montrent des défilés ressemblant aux défilés légionnaires.

[25] Notamment par Jean-Paul Cointet, qui sous-titre son ouvrage sur la Légion « la tentation du fascisme » (op. cit.) et dédouane la Légion de toute accusation de fascisme parce qu’elle ne répond pas aux critères du parti unique. Comme souvent dans l’historiographie du « mythe de l’allergie française au fascisme », tout ce qui n’est pas fasciste devient alors sympathique, ainsi qu’en témoigne la conclusion : « Ce qui demeure, c’est une aspiration généreuse à servir, la volonté de ne pas baisser les bras devant la défaite et de redresser la tête, la préoccupation fréquente d’assister les détresses, d’encadrer les solitudes. » (p.379) La question mérite un plus ample développement, mais les réflexions les plus intéressantes sur la nécessité de ne pas se laisser guider par des classements préétablis ont été fournies dans l’ouvrage collectif dirigé par Michel Dobry : Le mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Albin Michel, 2003, 460p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *