Testaments de mobilisés parisiens (1914-1918) en ligne : une source pour faire de l’histoire sociale ?

1ère page du testament de Marcel Etienne, Archives nationales, MC/ET/XXXIII/1865, minute du 7 novembre 1916

Une nouvelle ressource, très prometteuse, vient d’être mise en ligne par les Éditions de l’École des chartes : il s’agit de l’édition critique de testaments de guerre de Poilus parisiens (1914-1918) conservés aux Archives nationales.

Le 1er août 1914, l’ordre de mobilisation générale est décrété en France. Partant à la guerre sans savoir s’ils en reviendront, de nombreux Parisiens rédigent leurs testaments. Pour ceux d’entre eux morts au front ou de leurs blessures, ces testaments de guerre sont désormais conservés au Minutier central des notaires de Paris.
L’École nationale des chartes et les Archives nationales se sont associées pour donner la première édition scientifique et numérique des testaments des morts pour la France de trois études parisiennes, qui témoignent, dans leur forme même et leur contenu, de l’urgence de la situation et du sentiment bien présent de la mort imminente.

Des documents faciles d’accès et bien mis en contexte

Le corpus ainsi mis à disposition des chercheurs est constitué de 134 textes, issus de trois études notariales parisiennes et conservés aux Archives nationales.

Chaque testament est proposé dans une version image et dans une version texte, autorisant par exemple une recherche lexicographique, avec des notes d’apparat critique. Chaque auteur de testament fait l’objet d’une courte notice biographique avec les informations essentielles (dates de naissance et mort, grade et affectation, circonstances du décès…). Le projet mené par Christine Nougaret, professeure à l’École nationale des chartes, et Florence Clavaud, conservateure en chef du patrimoine aux Archives nationales, se donne pour ambition de « de saisir le potentiel de ces écrits personnels pour approcher l’état d’esprit des combattants, alors que la perspective de la mort à la guerre est bien présente dans le secret de leur cœur ».

Quelle utilisation en faire ?

On peut rester sceptique quant à cet objectif affiché (peut-on inférer de l’étude de testaments, un état d’esprit quelconque ?) qui relève plus d’une hégémonie des postulats culturalistes dans l’étude de la Grande Guerre qu’à une véritable réflexion sur les apports de la source en tant que telle. Il n’en demeure pas moins que ce corpus, dont on aurait aimé savoir comment il a été constitué (pourquoi tel testament a-t-il été mis en ligne ?), permet des enquêtes d’histoire sociale, par exemple sur les stratégies patrimoniales des Parisiens mobilisés. Et ce n’est qu’une première étape du projet, le but affiché étant une mise en ligne beaucoup plus large des testaments, ce qui permettra d’étoffer l’échantillon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *