Les racines historiographiques du relativisme de Jean-Noël Jeanneney

Jean-Noël Jeanneney, membre du haut comité des commémorations nationales, s’est exprimé plusieurs fois ces derniers jours dans les media pour justifier le choix qui avait été fait de placer Charles Maurras dans le livret officiel du ministère de la Culture. Sa volonté de se placer sur un terrain lexical en séparant, de façon un peu artificielle, les termes « commémorer » et « célébrer » a déjà été largement relevée (notamment sur twitter, par Laurence de Cock : https://twitter.com/laurencedecock1/status/958599908524744704). L’un des arguments qu’il a développé face à Léa Salamé, dans la matinale de France Inter (à voir ici : https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-7h50/l-invite-de-7h50-31-janvier-2018) mérite lui aussi des observations critiques : refuser de commémorer Maurras ne serait rien d’autre que de « l’anachronisme en politique », la tentation de « plaquer nos points de vue d’aujourd’hui sur le passé ». Et l’historien de comparer avec Saint Louis, qui serait aujourd’hui l’objet de notre réprobation pour son homophobie.

Ce parallèle pourrait être tout simplement malhonnête : en effet, si l’homophobie de Saint Louis n’était probablement pas un sujet de débat pendant son règne (je laisse les médiévistes me contredire au besoin), Charles Maurras avait, lui, de nombreux adversaires. Ainsi, laisser entendre que s’indigner aujourd’hui de l’antisémitisme et de l’anti-républicanisme de Maurras serait anachronique revient à supposer que ses idées étaient hégémoniques et acceptées dans les années 1930, sans discussion, par la plus grande partie de la population française. Or il ne s’agit pas là seulement d’un raccourci mais d’un point de vue entièrement cohérent avec les positions historiographiques de Jean-Noël Jeanneney.

Ces positions se sont manifestées notamment dans la bataille autour de l’existence d’un « fascisme français ». L’un des aspects centraux de cette controverse est de déterminer si le Parti Social Français (PSF), issu de la Ligue des Croix de Feu, est un parti fasciste. L’enjeu est de taille, puisqu’il s’agit du parti numériquement le plus important de l’époque : affirmer qu’il était fasciste reviendrait donc à supposer une forte implantation du fascisme en France. Argumenter qu’il ne l’était pas, comme Jean-Noël Jeanneney, Michel Winock ou encore Serge Berstein, permet au contraire de douter de l’existence d’un fascisme français autre que marginal. Mon objet ici n’est pas de tenter de résoudre ce débat, qui fait encore rage. Il m’importe simplement de relever que pour défendre le colonel de La Rocque, dirigeant du PSF, de toute accusation de fascisme, les historiens cités ci-dessus sont allés jusqu’à lui délivrer un brevet de républicanisme. Dans Le PSF : un parti de masse à droite, préfacé par Jean-Noël Jeanneney, on peut ainsi lire sous la plume de Michel Winock « La Rocque a réitéré l’affirmation du caractère ‘républicain et démocratique’ du PSF : doit-on n’y voir qu’un mensonge, qu’une ruse ?[1] ». Or, comme l’a relevé Didier Leschi[2], si la Rocque a pu se réclamer de l’étiquette de « républicain », son programme et ses actes montraient un contenu qui n’avait pas grand-chose à voir avec une république démocratique.  Défendre le point de vue que la Rocque était républicain, simplement parce qu’il aimait s’en prévaloir et souhaitait participer aux élections, revient donc à supposer que l’éventail des idées « républicaines » est si large qu’il peut englober jusqu’à la droite autoritaire. Les désaccords entre partis, subordonnés à cette entente générale, semblent alors plus secondaires.

Les débats sur le fascisme et sur la nature du Parti social français ont des conséquences sur la lecture du régime de Vichy. En effet, pour les historiens qui défendent l’idée que les Français étaient très majoritairement républicains, il ne saurait être question d’imaginer que la population a souhaité la chute du régime. Toutefois, comme cette même historiographie affirme la grande popularité du maréchal Pétain, il y a là une contradiction à résoudre. C’est ici qu’intervient la catégorie du « maréchalisme » : la majorité des Français aurait approuvé l’arrivée et le maintien au pouvoir du maréchal Pétain, non en raison de ses idées politiques mais par un attachement sentimental au « vainqueur de Verdun »[3]. Ainsi le soutien au chef de l’Etat est à la fois dépolitisé et généralisé : il peut apparaître non comme le produit d’une socialisation et de convictions politiques particulières, qui seraient alors spécifiques à une partie seulement de la population, mais comme le trait général d’une époque.

Quel rapport, alors, avec Charles Maurras ? Il n’est pas question de supposer que Jean-Noël Jeanneney souhaite prendre la défense du personnage ou qu’il éprouve pour lui une quelconque sympathie. Il n’affirme pas non plus, bien sûr, qu’il était républicain. Simplement, il me semble que le processus historiographique à l’œuvre est ici le même : le refus d’admettre la force des clivages et des oppositions politiques et idéologiques qui existaient à l’époque de Charles Maurras. L’adhésion aux thèses défendues par Charles Maurras n’était pas générale dans les années 1930, elle n’était pas le trait d’une époque, hors de toute prise de position politique.  Elle était l’apanage d’une partie spécifique de la droite française, à tendance autoritaire et antirépublicaine, qui a soutenu ensuite le régime de Vichy, ce qui n’a été le cas, à un niveau comparable, ni de tous les Français ni de tous les partis. Condamner les idées de Charles Maurras aujourd’hui, ce n’est donc pas pécher par anachronisme mais refuser de dédramatiser les idées de cette droite, qui étaient déjà largement combattues à son époque et qui n’ont pas disparu du paysage politique français. Didier Leschi écrit avec raison, à propos du Parti Social Français, que « faire après coup de La Rocque un républicain, c’est accentuer la confusion des valeurs et désarmer le présent, car […] alors le FN de Marine Le Pen peut être considéré comme un parti comme les autres. » Faire après-coup de Charles Maurras le représentant d’une époque entière, qu’on ne pourrait condamner sous peine d’anachronisme, ne peut également que participer à « accentuer la confusion des valeurs », en plus de donner une image tout à fait contestable de la France des années 1930.

[1] Serge Berstein et Jean-Paul Thomas (eds.), Le PSF: un parti de masse à droite (1936-1940), Paris, CNRS éditions, 2016, p. 146.

[2] Didier Leschi, « Les Croix-de-Feu et La Rocque: la tentation autoritaire à la française », Lignes, 2016, vol. 50, no 2, p. 35‑56.

[3] Ce cheminement est notamment visible dans Serge Berstein et Michel Winock (eds.), Fascisme français? la controverse, Paris, CNRS Éditions, 2014, 253 p. Ce livre, préfacé par Jean-Noël Jeanneney, comprend une contribution de Jean-Pierre Azéma intitulée « Vichy, un régime fasciste ? » (p.221-229), qui évoque notamment le « maréchalisme » général des anciens combattants.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.