Guerre, médecine et santé en 14-18 : retour sur un « moment » de l’historiographie 1/2

Arrivée de blessés à Lyon – 1915 (jour et mois non précisés)

L’historiographie (française) de la médecine et de la santé en temps de guerre, notamment en 14-18,  a connu ces trente dernières années d’importants renouvellements, souvent pour le meilleur, mais pas toujours, loin s’en faut.

Du mythe d’institution au mythe culturaliste

Jusqu’aux années 1990-2000, tout se passe comme si la question des rapports entre guerre, médecine et santé relevait de l’impensé disciplinaire ou comme si elle était un objet peu noble dans le sous-espace de l’histoire militaire et, plus largement, dans l’ensemble des travaux portant sur la guerre[1]. Les médecins militaires ont ainsi produit davantage de travaux que les professionnel·le·s de l’histoire depuis la guerre et dans les années 1980, ils sont encore les seuls à faire l’histoire de la santé aux armées. Quelles que soient les raisons de ce silence académique, les historien.ne·s de métier ont ainsi laissé aux médecins (militaires en l’occurrence), pendant près de 80 ans, le monopole du discours légitime en la matière[2].

Dans cette configuration historiographique, qui n’est en rien spécifique à 14-18[3], le récit indigène élaboré par les officiers supérieurs du corps de santé est devenu la clé de voûte d’un discours historique officiel qui perpétue une représentation idéalisée de la médecine en guerre, une représentation conforme aux intérêts de l’histoire militaire de la médecine militaire qui, si elle a depuis concédé quelques ajustements, entretient toujours l’idée d’une guerre faite de remise de soi (au bénéfice des blessés et de la cause médicale) et de sacrifices (à la nation). Bien sûr le tableau est plus nuancé et les gardiens du temple ne livrent pas tous exactement la même version. Qui fréquente un tant soit peu la première génération (ceux qui ont vécu la guerre) parvient à saisir entre les lignes les oppositions tues hors de l’institution et à deviner sous leur plume des amitiés et/ou des inimitiés. Mais l’adage bien connu « les militaires ne parlent qu’aux militaires » se vérifie d’autant plus largement que le corps de santé est, dans l’armée, une institution faible, dominée, un corps non-combattant, toujours en quête de reconnaissance et d’autonomie. Aussi, au-delà des luttes internes passées sous silence, l’histoire produite par ses chefs a-t-elle, d’abord et avant tout, pour fonction de produire une identité de groupe, d’asseoir l’organisation et les pratiques sociales de l’institution, autrement dit de la légitimer.

Sous la plume de ses agents, l’histoire du service de santé en 14-18 s’inscrit toujours dans la durée – l’ancienneté étant en elle-même un gage de légitimité ; elle est un épisode à la fois dramatique et héroïque dans l’histoire pluriséculaire de l’institution. Elle est le récit épique de 52 mois de dévouement, d’innovations et de découvertes au service des « glorieux blessés ». Des mobilisations de blessés et malades dont on entrevoit les premiers linéaments dès l’hiver 1914-1915, elle ne souffle mot cependant, elle s’écrit sans eux. Elle ne dit rien non plus, ou presque rien, d’un évènement pourtant déterminant dans l’histoire sanitaire de la guerre : la création, en juillet 1915, d’un sous-secrétariat d’État au Service de Santé Militaire (SSESSM) qui se substitue à la 7e direction du Service de santé au ministère de la Guerre et met en œuvre une politique de santé publique largement inédite[4]. Elle fait silence sur le fait pour le moins embarrassant qu’après 10 mois d’affrontements, la direction administrative de la santé militaire est dépossédée de la conduite sanitaire de la guerre au profit d’une direction politique confiée à un civil, parlementaire et dreyfusard qui plus est. L’histoire que racontent et se racontent les officiers du corps de santé est celle d’un service de santé auquel les élites politiques et militaires n’ont jamais donné les moyens (ou pas en temps voulu) d’être à la hauteur de l’évènement et qui, dès septembre 1914, se réforme, se réorganise, s’adapte et fait progresser la médecine. Le site internet du Service de santé des armées le résume encore aujourd’hui en ces termes :

« L’inadaptation aux conditions de la Grande Guerre est totale et le désastre sanitaire des premiers mois oblige le service de santé à procéder à une vaste réorganisation dès septembre 1914. Le triage médico-chirurgical naît. Il s’impose dans toutes les armées et son esprit se retrouve aujourd’hui dans la pratique civile des services d’aide médicale d’urgence [5]»

Les travaux menés depuis les années 1990 ont amendé, remanié, révisé l’histoire du service de santé produite par ses agents sans pour autant parvenir, dans un premier temps au moins, à déconstruire les cadres d’interprétation produits par la médecine militaire. Nombre de ceux qui jusqu’alors avaient été tenus au silence eurent bien voix au chapitre, notamment dans la thèse de Jean-Pierre Fournier qui mobilise un grand nombre de « témoignages » d’infirmiers et d’infirmières, de médecins civils mobilisés et/ou de blessés, etc., dont il cite des extraits nombreux sans toutefois qu’on sache toujours bien d’où ils parlent, ni pourquoi ils ont été retenus quand d’autres étaient écartés[6]. En dépit de cette faiblesse méthodologique, la thèse offre donc un premier contrepoint au discours hégémonique des médecins militaires et éclaire certains des clivages internes au SSM (notamment l’opposition entre cliniciens et tacticiens sanitaires), pointe les relations conflictuelles entre des médecins militaires tout puissants et des médecins civils mobilisés dominés, souligne le rôle essentiel des entrepreneurs en charité privé (sociétés de secours de la Croix Rouge) et les luttes incessantes qui les opposent au service de santé militaire de l’armée française avec lequel ils entretiennent des relations de coopération compétitive. La démarche, peu problématisée, reste toutefois très descriptive et Fournier ne pense jamais l’univers qu’il décrit comme un espace social structuré par les oppositions qu’il perçoit. La réflexion par ailleurs ne sort pas du cadre posé dès la guerre par les acteurs qui y ont participé. Le propos est très proche de celui de l’inspecteur Mignon – que Fournier a lu et qu’il cite -, l’histoire de la santé en guerre reste d’abord et avant tout celle d’un service de santé qui, plongé dans un univers dantesque, s’est transformé, adapté aux conditions de la guerre (de mouvement ou de tranchées) pour répondre au mieux aux besoins de l’armée et des blessés. Reproduire le discours des agents sur leurs propres pratiques et expériences ne suffit pas à faire rupture

Ce même cadre interprétatif est à l’œuvre chez Sébastien Perrolat[7] qui propose, dix ans plus tard (2006), une analyse très fouillée et systématique de l’évolution (au singulier) des techniques médico-chirurgicales et met en lumière le rôle de la guerre dans la genèse d’une chirurgie moderne, une chirurgie réparatrice qui fait du praticien un technicien du soin, une chirurgie d’urgence aussi, mobile et à laquelle la polypathologie de guerre impose de travailler en équipe. Si le propos, bien fondé empiriquement, s’en tient à une analyse des pratiques, le positivisme de l’approche conduit là encore à naturaliser les mutations identifiées. Parce qu’il a cherché à comprendre « comment, en fonction d’un certain nombre de contraintes, le Service de santé s’est adapté à une situation inédite et brutale », l’auteur ne s’est pas interrogé sur les dynamiques sociales au principe des transformations qu’il décrit, ce qui l’a conduit à présenter en définitive la modernisation thérapeutique (pour ne pas dire les progrès) comme un produit des circonstances, comme une « évolution » relevant de l’ordre des choses. Qu’il s’agisse de l’essor de l’antisepsie, des « balbutiements » de la transfusion sanguine ou de l’institutionnalisation de la rééducation fonctionnelle, tout s’explique par les besoins nouveaux produits par la guerre. Les médecins civils mobilisés ont retrouvé là aussi une place dans le récit, mais c’est toujours la demande sociale de soins qui produit l’offre.

Si peu de travaux ont été menés entre ces deux thèses, Les Gueules Cassées[8] paru en 1996 aux éditions Noêsis, a toutefois opéré un décalage significatif de l’angle d’approche en prenant pour objet le blessé et la blessure de guerre, la défiguration et son traitement social. L’histoire de ces « 10 000 à 15 000 hommes », c’est en premier lieu celle des structures médicales qui les prennent en charge, de l’évacuation à la salle d’opération, l’histoire aussi des pratiques médicales de reconstruction du visage dont Sophie Delaporte rappelle le caractère expérimental sans toutefois interroger les effets de la guerre sur la dynamique de spécialisation. L’ouvrage emprunte une autre direction en s’efforçant de saisir le long processus de subjectivation de la blessure et son traitement social (dans l’univers hospitalier, d’abord avec les familles, lors de la sortie ensuite). Il s’attache enfin à l’analyse des sociabilités entre « frères de souffrances » et montre, dans le sillage des travaux d’Antoine Prost[9], que certaines se perpétuent à l’extérieur et débouchent sur la formation d’associations de soutien et de défense des droits de ceux qui s’auto-désignent comme des « gueules cassées » ou des « baveux ». Solidement documenté et pionnier par bien des aspects, l’ouvrage sert toutefois de point d’ancrage à des considérations bien plus larges : il s’agit de faire une histoire de la déshumanisation des corps et c’est précisément dans cette optique que le choix de prendre pour objet ces blessés « exceptionnels » a été fait. Touchés au visage – ce « lieu sacré de l’humanité » (d’après l’anthropologue David Lebreton dont se réclame l’auteure) – ils seraient les exemples les plus caractéristiques de la déshumanisation engendrée par la guerre industrielle[10].

On retrouve cette même logique dans la thèse de doctorat que l’auteure soutient trois ans plus tard et dans laquelle elle s’attache à montrer combien la Grande Guerre a transformé la perception de la blessure et de la maladie par le « monde médical »[11]. Pour l’auteure, l’industrialisation de la violence, et notamment le développement de l’artillerie, par le caractère inédit des délabrements qu’elle inflige aux corps des combattants, a suscité « un bouleversement dans les attitudes médicales ». C’est à peu de chose près, le schéma causal évoqué en tout début d’introduction (la nature des blessures explique, pour l’essentiel, la transformation des pratiques) et, plus largement, le cadre d’interprétation posé par les médecins-historiens dès la guerre : l’adaptation aux conditions de la guerre constitue le moteur du changement. Sophie Delaporte ne se retrouve pas pour autant « dans le paradigme du progrès médical » et montre à l’inverse que des techniques tombées en désuétude sont réutilisées et que les méthodes dominantes avant la guerre ont résisté à la diffusion, au demeurant très limitée, des innovations nées de la pratique médicale de guerre, innovations dont les médecins n’ont pas toujours su tirer parti après le conflit. C’est là un autre apport de ses travaux : ils montrent qu’innovations et progrès ne sont pas naturels et qu’ils sont à la fois l’objet et le produit de luttes et d’affrontements.

La question est au centre de son deuxième ouvrage paru en 2003 sous le titre Les médecins dans la Grande Guerre[12], mais qui prend en réalité pour objet les controverses chirurgicales et médicales nées pendant (ou réactivées par) la guerre en se fondant pour l’essentiel sur l’étude de littérature médicale (revues et ouvrages). Elle identifie ainsi trois grands enjeux qui sont autant de lieux d’affrontements : opérer ou non les blessés de l’abdomen et si oui comment ? Conserver ou amputer les membres présentant un risque infectieux (qu’on redécouvre) ? Soigner ou déférer en conseil de guerre les simulateurs, ceux qui s’automutilent ou refusent les soins ? En restituant de manière très détaillée les débats et luttes qu’ils suscitent – entre « abstentionnistes et interventionnistes » notamment – l’ouvrage offre un éclairage sur les tensions et les injonctions contradictoires dans lesquelles sont pris ces hommes. Il donne à voir la complexité du rôle social de médecin sous l’uniforme et lève le voile sur un aspect essentiel – sans vraiment en rendre compte – de l’expérience médicale de guerre : les controverses thérapeutiques sont aussi des luttes de position. Toute la question est alors de savoir comment on les explique. Or sur ce point, l’analyse pose problème. D’abord parce qu’elle envisage l’espace social de la médecine comme un monde en apesanteur sociale où tous les médecins sont des pairs ; elle évoque d’ailleurs toujours « le » monde médical ou « le » corps médical. De ce fait, elle ne se préoccupe pas de rapporter les discours à la position qu’occupent les locuteurs en temps ordinaire ; elle ne précise pas ou peu d’où parlent ceux qui s’affrontent. Et lorsqu’elle le fait, c’est uniquement sous l’angle de leur position militaire (mobilisés ou non, à l’Avant ou l’Arrière). Elle identifie alors une opposition entre les « jeunes médecins » de l’Avant et ceux, plus vieux, restés à l’arrière et en conclut que la « réalité de la guerre » (à laquelle sont confronté les premiers), sa formidable capacité de « brutalisation », ont mis à bas « l’imaginaire de guerre » des autorités médico-militaires. Sophie Delaporte ne s’étonne jamais de ce qu’une lecture, même rapide, de ses travaux fait vite apparaître : ceux qui prennent part aux controverses et dont on entend la voix appartiennent dans leur grande majorité à l’élite (future ou établie) du champ, ils sont tous hospitaliers, internes, universitaires ou « fondamentalistes ». En soi, ce n’est pas une surprise ni un problème, que pourrait-on trouver d’autres d’ailleurs dans les comptes rendus de la société de chirurgie ou de l’académie de médecine ? Le recours à ce type de sources ne fait pas problème en lui-même, elles sont par ailleurs incontournables. Mais ne rien dire des attributs sociaux de ceux qui parlent à travers elles et rapporter les prises de position aux seuls enjeux thérapeutiques (comme s’ils se suffisaient à eux-mêmes) interdit de comprendre que les controverses médico-scientifiques sur l’amputation, la biologie des plaies de guerre ou l’étiologie des «troubles nerveux» sont aussi des luttes sociales et politiques, des luttes de position.

Les travaux de Sophie Delaporte s’inscrivent ainsi pleinement de l’entreprise de « culturalisation » de l’histoire de la guerre initiée par les fondateurs de l’historial de Péronne au début des années 1990, démarche qui met en scène l’exceptionnalité d’une guerre sidérante, obscure, dépassant l’entendement et dont il faudrait avant tout « retrouver » la violence dans ce qu’elle a de plus brutale, pour bien comprendre en quoi elle fait rupture[13]. La lecture de l’introduction ne laisse aucun doute à ce sujet, il s’agit d’exemplifier la thèse de la « brutalisation » des sociétés européennes élaborée par l’historien américain George L. Mosse pour expliquer l’avènement « du » totalitarisme dans son pays de naissance (l’Allemagne), thèse importée de manière ô combien problématique dans l’historiographie de 14-18 par les auteurs de Retrouver la guerre[14] qui présentaient eux-mêmes leur démarche, trois ans plus tôt, comme une entreprise de démolition[15]. Penser la médecine et la guerre est ainsi une manière d’entrer dans la question des violences de guerre pour rendre compte de leurs ressorts, de leurs supposés effets anthropologiques et politiques et de réviser l’histoire de la guerre sous cet angle[16]. Or sur ce point, l’approche culturaliste renvoie à des logiques interprétatives que j’avais déjà débattues et critiquées à l’occasion d’un travail antérieur sur les violences des guerres de conquêtes coloniales[17], en particulier l’idée que les représentations président aux pratiques, laquelle autorise, en retour, à inférer les premières des secondes. C’était notamment le cas chez Olivier Le Cour Grandmaison[18] pour qui les violences coloniales s’expliquent en premier lieu par le racisme des colonisateurs (et l’animalisation de l’ennemi, thème omniprésent dans l’historiographie de 14-18) quand j’y voyais plutôt le produit d’une rationalité pratique militaire qui pouvait d’autant mieux s’exprimer que la spécificité de la « situation coloniale » (faible contrôle institutionnel et encouragements politiques) le permettait[19]. Étroitement lié au « retour de l’acteur » (ou du sujet) dans les sciences sociales, le tournant culturaliste dans l’historiographie de 14-18 véhicule les mêmes schémas interprétatifs : pénétrés de patriotisme, de germanophobie et convaincus de mener une guerre défensive (donc légitime) au service de la civilisation, les soldats mobilisés auraient « tenu » et consenti à ces 52 mois de guerre. Les causes mentales déterminant l’action, c’est donc la haine de l’ennemi qui dans ce schéma explique les violences. Patriotisme, haine et sentiment de légitimité constitueraient alors une « culture de guerre » dont les violences (qu’elle explique) attesteraient in fine l’existence. Dans ce raisonnement circulaire[20], l’individu est un citoyen libre et responsable qui pense ses actes à chaque instant et consent à la violence et à la guerre[21]. Les sciences sociales ont depuis longtemps décapé les fondements de ce mythe du citoyen libre et autonome qui, dans le cas des études sur la guerre, tient uniquement parce que, dans le no man’s land culturaliste, il n’y a plus rien entre l’individu et la culture au principe de ses actes, ni groupes sociaux ni socialisation, ni institutions ni pouvoir politique[22]. Il en résulte une déliaison, pour le moins problématique, entre l’histoire de la (médecine en) guerre et l’histoire de l’État à laquelle les travaux évoqués ici ont largement contribué. [à suivre]

 

[1] Une rapide comparaison avec d’autres thèmes de recherches dans les bibliographies (en ligne) de l’International Research Network for War Commemoration et du CRID 14-18 suffit pour voir qu’en dépit des différences dans les catégories de classement, la sous-représentation est très nette.

[2] Le numéro 44 de la revue Médecine et Armées, paru en 2016, constitue un bon exemple de la vigueur actuelle de cette histoire écrite en vase clos, dans l’entre-soi médical et/ou militaire. Sur les 250 références citées, seules 15 renvoient à des travaux académiques. La psychiatrie militaire notamment est un prototype du genre : voir en particulier Claude Barrois, Psychanalyse du guerrier, Paris, Hachettes, 1993 et Louis Crocq, Les traumatismes psychiques de guerre, Paris, O. Jacob, 1999 ou encore, plus récemment, Laurent Tatu, Julien Bogousslavsky, La folie au front : la grande bataille des névroses de guerre, 1914-1918, Paris, Imago, 2012.

[3] L’histoire de la médecine se constitue dans les années 1970-1980 largement contre le monopole médical et hors de cette « spécialité » les questions de santé demeurent, jusqu’aux années 1990-2000, un non-lieu de la recherche dans bien des sous-espaces disciplinaires comme l’histoire coloniale ou l’histoire du travail pour ne prendre que ces deux exemples : voir Sylvain Bertschy, La santé en Afrique, un objet d’histoire marginalisé ? Bilan et perspectives de recherches (fichier audio en ligne) [http://etudes-africaines.cnrs.fr/atelier/accueil-reseau-afrique-rencontres-audio-reseau-afrique-les-rencontres-2006-2006-etudes-africaines-etat-des-lieux-et-des-savoirs-en-france-etudes-sur-la-sante-en-afrique-bilan-et-perspective/] ; voir Anne-Sophie Bruno, « Quelques perspectives sur les travaux récents en « santé et travail ». Les approches développées dans les revues de sciences sociales (2001-2007) », Revue française des affaires sociales, 2008/2 n° 2-3, p. 71-96.

[4] C’est le cas déjà dans l’incontournable somme du médecin-inspecteur Mignon : Alfred Mignon, Le Service de santé pendant la guerre de 1914-1918, 4 vol., Paris, Masson et Cie, 1916-1927. Très documentée, parfois critique et plutôt favorable à l’endroit du Sous-secrétariat de Godart, celle-ci n’en demeure pas moins une histoire quasi-officielle de la médecine militaire. C’est le cas également, près de quatre-vingts ans plus tard chez Larcan et Ferrandis (médecin militaire en retraire) dont l’ouvrage, qui date de 2008, occulte en bonne partie le rôle des réformateurs civils du sous-secrétariat au Service de santé militaire créé en juillet 1915. Voir Jean Jacques Ferrandis, Alain Larcan, Le Service de santé aux armées pendant la première guerre mondiale, Paris, éditions LBM, 2008, p.175-179.

[5] Voir le site du Service de santé aux armées : [https://www.defense.gouv.fr/sante/le-ssa/trois-cents-ans-d-histoire/trois-cents-ans-d-histoire] (consulté le 10/09/2018). Voir aussi Médecine et Armées. Revue du Service de santé des armées, 2008/vol. 36, n° 5. (Consulté le 6 septembre 2018).[http://www.ecole-valdegrace.sante.defense.gouv.fr/IMG/pdf/MEA_T36_N5_Bdef.pdf].

[6] Jean-Pierre Fournier, Évolution du Service de Santé militaire français pendant la guerre de 1914-1918, Thèse de doctorat d’histoire militaire, Jules Maurin (dir.), Université de Montpellier III, 2 vol, 1996. À ma connaissance, c’est la première thèse d’histoire consacrée à la question.

[7] Sébastien Perrolat, Le service de santé dans la tourmente de 19141918. Évolution de la prise en charge des blessés et des pratiques de soins, Thèse de doctorat d’histoire contemporaine, Frédéric Chauvaud (dir.), Université de Poitiers, 2006.

[8] Sophie Delaporte, Les Gueules cassées. Les blessés de la face de la Grande Guerre, Paris, Noêsis, 1996.

[9] Antoine Prost, Les Anciens Combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1977,  chapitre 1 : « Les origines. Les associations de mutilés », p. 7-45.

[10] C’est en tout cas de cette manière qu’elle le justifiait au début des années 2000. Le podcast de l’émission 2000 ans d’histoire, consacrée au livre le 9 mai 2002, est très instructif de ce point de vue. Pour l’écouter en ligne : [http://blog-histoire.fr/2000-ans-histoire/2254-les-gueules-cassees.html], (consulté le 03/08/2018).

[11] Sophie Delaporte, Le discours médical sur les blessures et les maladies pendant la Première Guerre Mondiale, thèse de doctorat d’histoire, Stéphane Audoin-Rouzeau (dir.), Université de Picardie Jules Verne, 1999.

[12] Sophie Delaporte, Les médecins dans la Grande Guerre : 1914-1918, Paris, Bayard, 2003.

[13] Voir le manifeste publié par Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau, « Vers une histoire culturelle de la première guerre mondiale », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1994, vol. 41, no 1, p. 5‑8. Cette histoire culturelle de la guerre s’est cristallisée autour du Centre de recherche de l’Historial de Péronne si bien qu’on a pu parler d’« École de Péronne » bien que d’École il n’y eut guère.

[14] Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becket, 14-18, retrouver la guerre, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 2000.

[15] Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becket, « Violence et consentement : la « culture de guerre » du premier conflit mondial » dans Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (éd.), Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997, p.253.

[16] Stéphane Audoin-Rouzeau n’en fait d’ailleurs pas mystère. Présentant le champ de recherche et les travaux de son élève à l’occasion de 2e journée d’étude de l’association « Guerre et médecine » (co-fondée en autre par S. Delaporte et lui-même) il affirme que : « L’exemple de la Première Guerre mondiale est ici très probant. Une approche empruntant les chemins de la médecine de guerre prend bien mieux la mesure, notamment, de la dimension non pas seulement quantitative de la violence de combat, mais aussi sa dimension qualitative […] les travaux de Sophie Delaporte l’ont très bien montré […] l’approche de la Grande Guerre peut sortir transformée par l’approche médicale (sic). Celle-ci peut lui donner – et a déjà commencé à lui donner – une profondeur nouvelle. Elle a contribué au passage d’une certaine forme d’histoire à une autre ». Voir en ligne : [http://www.biusante.parisdescartes.fr/ressources/pdf/histmed-guerre-journee2004-x00audoin.pdf], (consultée le 07/08/2018).

[17] Sur la question plus large de la proximité des enjeux et des questions de recherches dans ces deux espaces historiographiques, voir Julien Mary, « Quand deux historiographies dialoguent. Fait colonial et fait guerrier : Algériens et Français au miroir de la Grande Guerre », chap. 7, dans Frédéric Rousseau (dir.), La Grande Guerre des sciences sociales, Outremont (Québec), Athéna, 2014, p. 239-283.

[18] Olivier Le Cour Grandmaison, Coloniser. Exterminer. Sur la guerre et l’État colonial, Paris, Fayard, 2005.

[19] Sylvain Bertschy, « Des « dérapages » et de la guerre coloniale. Le cas du Soudan français : une économie de la soumission par la terreur (1878-1894) », dans Frédéric Rousseau, Burgart Schmidt (dir.), Les dérapages de la guerre du XVIe siècle à nos jours, Hambourg, DOBU Verlag, 2009, p.107-119.

[20] Remarquablement mis en évidence dans l’article – décisif dans la structuration de la controverse – de Nicolas Mariot, « Faut-il être motivé pour tuer », Genèses, 2003/n° 53, p. 154-177.

[21] Cette lecture du conflit s’est heurtée dès le départ à des analyses contradictoires : Frédéric Rousseau, La Guerre censurée : une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Seuil, 1999 et elle a suscité de nombreuses critiques portées notamment par Rémy Cazals : « Oser penser, oser écrire », Genèses, vol. 46/2, 2002, p. 26-43 et Frédéric Rousseau : « « Consentement ». Requiem pour un mythe « savant » », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2008, vol. 91/3, p. 20-22. [https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2008-3-page-20.htm]. Tous deux ont participé de la création, en 2005, du Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914–1918 (CRID 14–18) en partie constitué en réaction à cette histoire culturelle de la guerre, qui expliquait la durée du conflit par le « consentement patriotique ». Voir les premiers travaux collectifs du CRID: Rémy Cazals, Emmanuelle Picard, Denis Rolland (dir.), La Grande Guerre : pratiques et expériences, Toulouse, Privat, 2005 ; André Loez, Nicolas Mariot (dir.), Obéir-désobéir: les mutineries de 1917 en perspective, Paris, La Découverte, 2008. Voir, tout récemment, Frédéric Rousseau, 14-18, penser le patriotisme, Paris, Gallimard, Folio Histoire (n°227), 2018.

[22] Sur cette histoire culturelle de la guerre et les débats qui l’ont opposée au CRID 14-18, voir François Buton, André Loez, Nicolas Mariot et Philippe Olivera, 1914-1918: retrouver la controverse – La Vie des idées, [http://www.laviedesidees.fr/1914-1918-retrouver-la-controverse.html], (consulté le 23 octobre 2016). Sur la philosophie sociale qui sous-tend la démarche culturaliste, voir Philippe Olivera, « Histoires de violences et violence (sociale) de l’histoire » dans François Buton, André Loez, Nicolas Mariot et Philippe Olivera (dir.), L’ordinaire de la guerre, Marseille, Agone, 2014/n° 53, p. 11‑36. Sur l’ouvrage lui-même et ses apories voir Blaise Wilfert-Portal « Aux sources d’une histoire controversée : une lecture de 1418 Retrouver la guerre de Stéphane Audoin-Rouzeau et d’Annette Becker », dans Ibid. ; voir aussi les pages que lui consacre Nicolas Mariot dans Tous unis dans la tranchées. 1914-1918, les intellectuels rencontrent le peuple, Paris, Seuil, 2013, p. 388-391.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.