Guerre, médecine et santé en 14-18 : retour sur un « moment » de l’historiographie 2/2

L’Armée, la guerre et la préservation du capital humain

Depuis le milieu des années 2000, différents travaux ont mis en évidence (directement ou indirectement) le rôle éminemment ambivalent joué par l’armée dans les mutations du mode de gouvernement de la société. Si elle est encore et toujours à la fin du XIXe siècle une institution disciplinaire, une fabrique à soldats qui passe par l’élimination des « faibles »[1], elle est aussi la seule institution d’État à disposer d’une administration sanitaire de plus d’un millier d’agents et d’un réseau d’hôpitaux couvrant une large partie du territoire. Creuset de la clinique[2] et lieu de production et de diffusion de la logique préventive, la médecine d’armée contribue à la construction de savoirs médicaux, à la diffusion de nouvelles pratiques de santé[3] et participe, in fine, de la genèse des « politiques de population »[4]. Mais l’articulation de ces deux régimes de gouvernement des hommes en armes est au principe d’une profonde contradiction interne sur laquelle achoppe la construction d’une armée de soldat-citoyens (1872-1905) [5] et que la Grande Guerre va pousser à son paroxysme. L’expérience 14-18 correspond en effet à un moment où s’affirme, de manière inédite mais différenciée, l’emprise disciplinaire de l’armée sur le citoyen et la société (militarisation) et le rôle de l’État comme régulateur de l’économie et du social. Elle constitue une séquence pendant laquelle se construit et se recompose la gouvernementalité d’un régime démocratique en guerre, notamment en matière de santé[6].

L’histoire sociale et culturelle de la médecine − qui depuis les années 1980-1990 s’est essentiellement donné pour objet l’intégration de nouvelles normes et pratiques médicales et sanitaires − s’est intéressée à la Grande Guerre et notamment à la question de savoir si la séquence 14-18 avait requalifié les définitions et le traitement de pathologies comme la syphilis ou la tuberculose. Pour Olivier Faure, la guerre constitue à l’évidence une rupture dans les politiques sanitaires en ce qu’elle a transformé les modes de prise en charge de la tuberculose, de la syphilis, de l’alcoolisme et du cancer[7]. À cette conclusion, en partie fondée sur l’idée d’un franchissement de seuil quantitatif dans le déploiement des dispositifs, Lyon Murard et Patrick Zylbermann opposent un démenti catégorique[8]. Pour eux, la Grande Guerre est le lieu d’une utopie sanitaire et l’essor de la biopolitique est plus fantasmé que réel, plus discursif que pratique. En plaçant la focale sur la lutte contre la tuberculose, les auteurs entendent montrer que ces transformations s’expliquent bien davantage par l’investissement d’un secteur privé de la bienfaisance publique (la fondation Rockefeller) venu combler les lacunes d’un État paralysé par les luttes intestines entre ministères et services (la Guerre et l’Intérieur notamment) que par un processus d’étatisation, de nationalisation de la prise en charge. Ces deux approches aux conclusions opposées ont toutefois en partage un même angle mort. Les gains heuristiques indiscutables qu’elles ont produits se sont faits au prix d’une forme de segmentation des analyses. En articulant la construction de leur objet de recherche aux catégories de classement produites par le monde médical et/ou les hygiénistes (la lutte contre les maladies contagieuses et les fléaux sociaux), ces travaux sont passés à côté d’un fait majeur de la période : la mise en œuvre, entre 1915 et 1918, d’une politique de santé publique certes éphémère mais largement inédite.

La parution, au terme d’un travail de recherche engagé au tournant des années 2010, du livre de Vincent Viet marque une avancée de ce point de vue dans le sens où l’ouvrage s’attache précisément à restituer la genèse, les enjeux, les réalisations et les effets de cette réforme de la santé en guerre[9]. En s’appuyant en premier lieu sur l’analyse des archives privées (jusque-là inédites) du sous-secrétaire d’État au service de santé militaire Justin Godart, l’auteur nous fait pénétrer dans les coulisses de cette toute nouvelle direction politique de la santé militaire créée en juillet 1915.

 « Je suis le blessé et toute votre activité sera jugée par moi dans la mesure où elle sera en accord avec cette formule ». C’est par ces mots que le vice-président de la Chambre, fraîchement nommé au poste créé pour lui, s’adresse à ses collaborateurs en juillet 1915. La formule, Godart la réutilisera plusieurs fois publiquement, notamment au congrès dentaire interallié l’année suivante : « Je ne suis ni un militaire de profession, ni un fonctionnaire, ni un médecin… Je suis le blessé ». Cette « curieuse profession de foi » a le mérite de dresser un tableau aussi succinct qu’efficace des forces sociales auxquelles le nouveau sous-secrétaire d’état pense avoir affaire, des intérêts avec et contre lesquels il pense devoir composer : les militaires, l’administration (l’intérieur) et la médecine (libérale). Pour autant, l’antienne qu’il répète comme un mantra s’inscrit aussi dans une évidente stratégie de légitimation qui vise à rallier à sa cause les mouvements de blessés dont Antoine Prost a reconstitué la genèse[10]. Aussi offre-t-elle une vision nettement irénique des motifs de son action politique. Si nul ne peut douter de la sincérité de l’engagement (l’homme est ancré de longue date dans les réseaux réformateurs ; ceux du travail pour le dire vite), son équipe doit en réalité répondre à deux injonctions sociales et politiques en partie exclusives l’une de l’autre : il faut « recycler » un maximum de blessés et malades pour les rendre au Commandement d’une part, et veiller, de l’autre, au respect des droits des blessés qui, dès le printemps 1915, s’organisent et revendiquent un meilleur traitement. C’est sur cette mince ligne de crête et pour résoudre cette « casuistique de guerre[11] » que le sous-secrétariat réorganise en profondeur le système de santé militaire et engage, plus largement, « un effort sanitaire sans précédent, déployé et coordonné pour la première fois, à l’échelle de la nation » moyennant « de fortes et nombreuses ruptures avec les politiques sanitaires d’avant la guerre, traditionnellement locales [12]».

L’ouvrage revient d’abord, fort logiquement, sur les premiers de mois de guerre et les raisons de la déroute sanitaire du SSM dont il rend parfaitement compte[13]. Le Service de Santé Militaire (SSM) essuie alors de nombreuses critiques notamment au sein des grandes commissions parlementaires (Budget, Armée, Hygiène publique) qui travaillent à reprendre en main des secteurs clés du gouvernement de guerre jugés trop importants pour rester plus longtemps le monopole des autorités militaires. L’épisode qui nous est ainsi donné à voir est celui d’un pouvoir civil (re)conquérant qui dépossède le Grand Quartier Général (GQG) et le ministre de la guerre d’une partie de leurs attributions.

Lorsque Godart prend la tête de la santé militaire au ministère de la Guerre, celle-ci est en effet étroitement cloisonnée. La zone des armées (les 5 régions militaires du quart nord-est de la France) est entièrement contrôlée par le GQG et chaque armée dispose de son propre service de santé sans qu’il n’existe aucune liaison directe avec le ministère. En bref, c’est le commandement qui décide de la conduite sanitaire de la guerre. En zone intérieure, l’hospitalisation des malades et des blessés est sectorisée (personnels et blessés sont répartis dans des secteurs chirurgicaux), tandis que la surveillance et la lutte contre des maladies contagieuses − qui relèvent à la fois des prérogatives du ministère de la Guerre (populations militaires) et de celle du ministre de l’Intérieur (populations civiles) − est, sous sa forme militaire, régionalisée et, sous sa forme civile, départementalisée.

Pour Godart et ses équipes, cette configuration institutionnelle confine à l’absurde et, dans un premier temps, l’équipe s’efforce de décloisonner, centraliser, rationaliser et mettre en synergie les acteurs intervenant en zone intérieure. L’objectif est de faire système et de transformer l’archipel de la protection sanitaire en un ensemble de structures inter-reliées tendues vers la « préservation du capital humain » et dans lesquelles les pratiques, méthodes et procédures sont harmonisées, normées et contrôlées. Simultanément, le SSESSM entreprend de réorganiser de bout en bout le dispositif de prise en charge des blessés et malades en redistribuant les places et les postes pour une meilleure adéquation entre les compétences, les grades et les affectations. Surtout, il systématise la spécialisation des structures hospitalières − jusqu’alors organisées pour l’essentiel en fonction de leur capacité d’accueil (grands, moyens et petits hôpitaux) tout en limitant leur prolifération. Pour assurer l’unité de doctrine et de direction administrative, les réformateurs renforcent les services d’inspection et organisent la mutualisation et la circulation des savoirs et des pratiques médico-chirurgicaux, à la fois en interne (avec la mise en place de réunions périodiques des médecins chefs de centre des diverses spécialités) et avec les Alliés, (dans les cadres de conférences sanitaires et chirurgicales interalliées notamment). Le régime d’administration des blessés et malades de guerre qui s’élabore alors repose ainsi sur une articulation inédite entre « soin – rééducation fonctionnelle (motrice) – expertise » et le triptyque « gratification/pension-rééducation professionnelle – placement ».

Reste que Godart n’a pas la main en Zone des armées et que le SSESSM doit anticiper sur les besoins des services de santé des armées sans rien savoir ce qui se prépare ou se fait à l’avant. Le SSESSM n’a ainsi de cesse d’essayer d’obtenir l’autonomie fonctionnelle du Service de Santé vis-à-vis du GQG, de tenter d’abattre le « mur opaque » séparant la zone des armées de la zone intérieure. Ces tentatives se heurtent à la double résistance du ministère de la Guerre (Millerand) et du Grand Quartier Général (Joffre), soutenus par une partie des généraux commandant les corps d’armée, peu disposés à voir les médecins leur contester la conduite sanitaire de la guerre et menacer leur empire sur les corps des troupiers. C’est l’affaire du Chemin des Dames (avril 1917) et son « désastre sanitaire » qui, in fine, offre à Godart le levier décisif lui permettant d’obtenir l’autonomie fonctionnelle du Service de Santé vis-à-vis du GQG. Reconnue par décret le 21 mai 1917, cette réforme décisive n’est appliquée qu’à partir de février 1918, après le remplacement de Godart par Mourier. Après trois ans et demi de guerre, le Haut Commandement  et les pouvoirs civils sont enfin « officiellement coresponsables de la collectivité des citoyens/soldats mobilisés ».

Cette politique élaborée par le cabinet Godart n’a toutefois pas perduré au lendemain de la Grande Guerre. Elle ne fut qu’une « parenthèse», un système d’exception conçu pour des temps d’exception, lequel céda, dès la paix revenue, devant la force des intérêts coalisés : ceux des représentants syndicaux de la médecine libérale et ceux des pouvoirs publics qui tous considéraient que l’État n’avait pas, n’avait plus, à s’immiscer dans l’organisation des soins. Certes, la guerre a légitimé la création d’un ministère de l’Hygiène (créé en 1920) et une partie des institutions fondées par ou avec le SSESSM a bien rejoint les ministères sociaux. C’est le cas notamment de la Commission Consultative Médicale créée en 1915 et du Service Général des pensions tous deux passés au ministère des Pensions (1920). Mais à la fin de la guerre, s’opère un « retour » à la normale, une « désétatisation » de la médecine dont rend bien compte l’auteur mettant ainsi en lumière la grande force de résistance des institutions historiques de la santé et du social. Au total, c’est bien l’institutionnalisation ratée d’une expérience réussie qu’a retracée Vincent Viet dont le livre apporte, ce faisant, une contribution décisive à la question des rapports entre santé en guerre et construction de l’État social.

[1] Sur la fabrique du soldat  (et la construction sociale de « l’identité masculine ») voir Odile Roynette, Bon pour le service. L’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000. Sur l’armée comme institution disciplinaire, voir les pages consacrées à la question dans Mathieu Marly, L’âme des régiments, le corps des sous-officiers : promotion, recrutement et discipline dans les rangs de l’armée française (1872-1914), thèse doctorat d’histoire, Jean-François Chanet (dir.), Université Lille 3, 2015.

[2] Othmar Keel, L’avènement de la médecine clinique moderne en Europe, 1750-1815 : politique, institutions et savoirs, Genève Montréal, Georg Éditeur et Presses de l’Université de Montréal, 2002.

[3] Patrice Bourdelais, Olivier Faure, Les nouvelles pratiques de santé XVIIIe-XXe siècles, Paris, Belin, 2005. Voir en particulier le chapitre 5 : Anne Rasmussen, « La résistible ascension du comprimé. Pharmaciens, médecins et publics face aux nouvelles formes pharmaceutiques », p. 103-123 et le chapitre 12 : Bertand Taithe, « La diffusion des pratiques de santé et la guerre. Le siège de Paris (septembre 1870 – janvier 1871) », p. 227-241.

[4] Anne Rasmussen, « Préserver le capital humain. Une doctrine hygiéniste pour préparer la guerre démocratique ? », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 2015/1, n° 33, p. 71-95 [https://www.cairn.info/revue-mil-neuf-cent-2015-1-page-71.htm] et de la même « Expérimenter la santé des grands nombres : les hygiénistes militaires et l’armée française, 1850-1914 », Le Mouvement Social, 2016/4, n° 257, p. 71-91. DOI 10.3917/lms.257.0071.

[5] Jean-François Chanet, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire, 18711879. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

[6] Voir Sylvain Bertschy, Philippe Salson (dir.), Les mises en guerre de l’État. 1914-1918 en perspective, Lyon, ENS éditions, coll. Sociétés, Espaces, Temps, 2018.

[7] Olivier Faure, Histoire sociale de la Médecine XVIIe – XXe Siècles, Paris, Anthropos historiques, 1994.

[8] Lyon Murard, Patrick Zylbermann, L’hygiène dans la République. La santé publique en France ou l’utopie contrariée,  Paris, Fayrad, 1996.

[9] Vincent.Viet, La santé en guerre 1914-1918. Une politique pionnière en univers incertain, Paris, Presses de Sciences Po, 2015.

[10] A. Prost, « Les origines. Les associations de mutilés », chap. cité.

[11] V. Viet, La santé en guerre 1914-1918, ouvr. cité, chap. 9, p. 291-388 et du même « Droit des blessés et intérêt de la nation : une casuistique de guerre (1914-1918) », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2012/2 (n° 59-2), p. 85-107. DOI : 10.3917/rhmc.592.0085.

[12] V. Viet, La santé en guerre 1914-1918, ouvr. cité, p.85

[13]  Ibid., p. 63-85.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.