Tous les articles par Sylvain Bertschy

Réveiller l’archive d’une guerre coloniale de Pierre Schill, une leçon d’anti-darwinisme scientifique

Pierre Schill, Réveiller l’archive d’une guerre coloniale. Photographies et écrits de Gaston Cherau, correspondant de guerre lors du conflit italo-turc (1911-1912), Grane, Créaphis éditions, 2018, 478 p., regards croisés de Caroline Recher, Smaranda Olcèse, Mathieu Larnaudie et Quentin Deluermoz, ISBN : 978-2-35428-141-0. Continuer la lecture de Réveiller l’archive d’une guerre coloniale de Pierre Schill, une leçon d’anti-darwinisme scientifique

Guerre, médecine et santé en 14-18 : retour sur un « moment » de l’historiographie 2/2

L’Armée, la guerre et la préservation du capital humain

Depuis le milieu des années 2000, différents travaux ont mis en évidence (directement ou indirectement) le rôle éminemment ambivalent joué par l’armée dans les mutations du mode de gouvernement de la société. Si elle est encore et toujours à la fin du XIXe siècle une institution disciplinaire, une fabrique à soldats qui passe par l’élimination des « faibles »[1], elle est aussi la seule institution d’État à disposer d’une administration sanitaire de plus d’un millier d’agents et d’un réseau d’hôpitaux couvrant une large partie du territoire. Creuset de la clinique[2] et lieu de production et de diffusion de la logique préventive, la médecine d’armée contribue à la construction de savoirs médicaux, à la diffusion de nouvelles pratiques de santé[3] et participe, in fine, de la genèse des « politiques de population »[4]. Continuer la lecture de Guerre, médecine et santé en 14-18 : retour sur un « moment » de l’historiographie 2/2

Guerre, médecine et santé en 14-18 : retour sur un « moment » de l’historiographie 1/2

Arrivée de blessés à Lyon – 1915 (jour et mois non précisés)

L’historiographie (française) de la médecine et de la santé en temps de guerre, notamment en 14-18,  a connu ces trente dernières années d’importants renouvellements, souvent pour le meilleur, mais pas toujours, loin s’en faut. Continuer la lecture de Guerre, médecine et santé en 14-18 : retour sur un « moment » de l’historiographie 1/2

Histoire et historiographie de la Shoah

Le présent séminaire est conçu comme un lieu de discussion et d’échange visant à familiariser le public français aux tendances les plus récentes de l’historiographie, principalement de langue anglaise et allemande, sur la politique nazie de persécution et d’extermination des juifs. Chaque séance sera consacrée à un ouvrage récent présenté par son auteur, dans un exposé en français ou en anglais. Il sera porté attention aussi bien à l’histoire des bourreaux qu’à celle des victimes et l’on essaiera de privilégier les ouvrages les plus originaux en termes de méthode ou d’objet. L’enjeu, de fait, est triple : les faits, certes, mais aussi les voies de leur connaissance et le fil de leur récit.

https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/287//

Étudier les violences de masse en sciences sociales

Mercredi de 15 h à 17 h (salle des artistes, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 10 janvier 2018 au 11 avril 2018. Cf. calendrier des séances plus bas

Le séminaire a pour objet la présentation et la discussion de quelques-unes des règles que les sciences sociales peuvent se donner pour étudier les violences de masse en situation de conflit armé, de guerre civile ou de génocide. Il obéit à un principe général très simple : les violences de masse doivent être analysées avec les outils et les méthodes ordinaires des sciences sociales. Il se présente sous la forme d’un guide ordonné suivant une liste de onze « principes de recherche » dont le caractère rigide et fermé est fait pour être discuté et remis en cause.

Chaque séance articulera un problème épistémologique et un ou plusieurs cas tirés d’enquêtes empiriques menées au long du XXe siècle, principalement à propos des deux guerres mondiales, de la Shoah et du génocide des Tutsi au Rwanda. Il ne s’agira pas de proposer des états des lieux bibliographiques, mais de présenter et de discuter la position de quelques problèmes saillants en matière d’études des comportements violents et les difficultés d’interprétation auxquelles ils donnent lieu.

En fonction des demandes et des besoins, la deuxième heure pourra être consacrée à la présentation et à la discussion collective de travaux de recherche en cours.

https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/2300//

 

Mercredi 8 Juin 2016 – « Sous l’uniforme : recrutement et trajectoires militaires de 1889 à 1919 » – SHD, Vincennes.

L’histoire de la Grande Guerre a très largement été écrite sans que l’on connaisse précisément la composition sociale de l’armée française. Cet atelier a pour but de présenter les travaux de jeunes chercheurs qui contribuent à combler cette lacune et démontrent l’existence de corrélations entre trajectoires sociales et expériences militaires Continuer la lecture de Mercredi 8 Juin 2016 – « Sous l’uniforme : recrutement et trajectoires militaires de 1889 à 1919 » – SHD, Vincennes.

Des « dérapages » et de la guerre coloniale, le cas du Soudan Français 1878-1894

L’étude des pratiques de guerre fait partie de ces interrogations dont la légitimité s’est peu à peu imposée au point qu’elle participe aujourd’hui de vives controverses. L’historiographie de la Grande Guerre, marquée par de nombreuses passes d’armes entre tenants et détracteurs de l’Historial de Péronne, en témoigne. Il ne s’agit pas ici d’entrer dans la polémique mais de constater combien celle-ci semble symptomatique des difficultés que rencontrent les disciples de Clio lorsqu’ils tentent d’appréhender la violence de guerre.

J’ai choisi pour ma part d’ancrer l’analyse dans le moment colonial. Choix peu évident, s’il en est, car si on connaît bien l’histoire de la conquête, l’historiographie française de la colonisation achoppe sur l’analyse des modalités d’usage et d’exercice de la violence. Les inflexions récentes de la pensée sur notre passé colonial ont favorisé l’émergence d’ouvrages polémiques qui s’inscrivent dans deux « […] registres distincts et mutuellement exclusifs de compréhension du “fait colonial” […] »1 et dont les apports sont, de ce fait, limités. Ce travail qui prend pour cadre un terrain colonial ne vise donc ni à absoudre, ni à condamner un régime coupable d’horreurs, d’exactions ou de crimes restés inconnus de l’opinion. L’analyse porte au contraire sur des usages de la violence qui suscitèrent le débat. Continuer la lecture de Des « dérapages » et de la guerre coloniale, le cas du Soudan Français 1878-1894

Une autre histoire de l’administration de la folie dans la France des XIXe et XXe siècles

Recension  des deux ouvrages suivants par Sylvain Bertschy pour le Mouvement social :

Parus en 2013, les deux ouvrages présentés se proposent de donner à lire une autre histoire de l’administration de la folie dans la France des XIXe et XXe siècles. Expériences de la folie est issu d’une série de colloques organisée au Mans et à Nancy en 2010. Ouvrage dense, il rassemble quelques vint-cinq contributions de dix-neuf auteur- e- s et vise un public de spécialistes … (lire la suite de la recension sur le site du Mouvement social)

Fait colonial et fait guerrier, jeux de miroir et perspectives croisées

Programme MSH dirigé par François Buton et Julien Mary  « Fait Colonial et fait guerrier » tente de créer un espace de confrontation scientifique entre deux champs et historiographies relativement cloisonnés, liés pour l’une au fait guerrier, pour l’autre au fait colonial ; cet espace de dialogue est ouvert aux publics les plus larges ( exposition itinérante, conférences publiques, capsules vidéo…).

Prochaine séance : jeudi 18 décembre 2014, de 14h00 à 16h30 – Nicolas Mariot et Marielle Debos – Université Paul Valéry site Saint-Charles (tramway 1, arrêt Place Albert 1er) Salle 214. Continuer la lecture de Fait colonial et fait guerrier, jeux de miroir et perspectives croisées

En face-à-face

Journée d’étude organisée par Anne-Sophie Anglaret et Dimitri Chavaroche
Paris 1 Panthéon-Sorbonne/UMR IRICE
Samedi 13 décembre 2014 de 13h45 à 18h en Salle Picard de la Sorbonne

Les études historiques portant sur le rapport et la confrontation à un ennemi dans les conflits contemporains ont surtout été menées dans une perspective d’histoire culturelle. Si ces travaux ont l’intérêt de replacer les représentations de l’adversaire comme éléments fondamentaux de compréhension du déroulement des conflits et des conduites des hommes au combat, ils restent cependant essentiellement discursifs et n’épuisent pas le sujet. L’ennemi combattu est-il toujours une masse aux yeux de celui qui combat ? Peut-on supposer l’unanimité au sein d’un camp, en particulier en ce qui concerne la conception de l’ennemi et son rapport à lui ? La démarche culturelle a finalement laissé peu de place à l’étude des pratiques, de l’expérience, de l’échange aussi divers soient-ils, que la rencontre entre deux individus peut engendrer. Elle a également peu pris en compte la dimension diachronique, les évolutions possibles des représentations et des jugements de l’ennemi. Les interactions ne sont qu’une approche parmi d’autres de l’étude des rapports entre adversaires. Elles restent néanmoins un moment privilégié pour observer les évolutions et expliquer la diversité des considérations de l’ennemi. Toutes les formes de conflits sont susceptibles de donner lieu à des situations où la question de l’adversité se pose à un microniveau. Continuer la lecture de En face-à-face