Archives de catégorie : Brouillons et papiers

Les cérémonies de la Légion française des combattants (4/4)

Le début de l’article est disponible  ici

Formes de participation

Les articles de journaux sont utiles pour reconstituer la fréquence et le contenu des cérémonies, mais apportent peu d’informations sur les formes de la participation : si l’on sait qu’une personne choisie a dû déposer une gerbe ou hisser le drapeau, on manque d’indications sur la façon précise d’exécuter ces gestes. La participation du reste des légionnaires est encore plus vague. Or, il n’est pas indifférent de savoir par quel moyen ils se distinguent de la foule des spectateurs, pour montrer leur appartenance à l’organisation. En effet, cette distinction doit passer par des attitudes ou des signes spécifiques, voire la mise en œuvre de « techniques du corps »[1], anciennes ou apprises à l’occasion de leur adhésion à la Légion. Continuer la lecture de Les cérémonies de la Légion française des combattants (4/4)

Des « dérapages » et de la guerre coloniale, le cas du Soudan Français 1878-1894

L’étude des pratiques de guerre fait partie de ces interrogations dont la légitimité s’est peu à peu imposée au point qu’elle participe aujourd’hui de vives controverses. L’historiographie de la Grande Guerre, marquée par de nombreuses passes d’armes entre tenants et détracteurs de l’Historial de Péronne, en témoigne. Il ne s’agit pas ici d’entrer dans la polémique mais de constater combien celle-ci semble symptomatique des difficultés que rencontrent les disciples de Clio lorsqu’ils tentent d’appréhender la violence de guerre.
J’ai choisi pour ma part d’ancrer l’analyse dans le moment colonial. Choix peu évident, s’il en est, car si on connaît bien l’histoire de la conquête, l’historiographie française de la colonisation achoppe sur l’analyse des modalités d’usage et d’exercice de la violence. Les inflexions récentes de la pensée sur notre passé colonial ont favorisé l’émergence d’ouvrages polémiques qui s’inscrivent dans deux « […] registres distincts et mutuellement exclusifs de compréhension du “fait colonial” […] »1 et dont les apports sont, de ce fait, limités. Ce travail qui prend pour cadre un terrain colonial ne vise donc ni à absoudre, ni à condamner un régime coupable d’horreurs, d’exactions ou de crimes restés inconnus de l’opinion. L’analyse porte au contraire sur des usages de la violence qui suscitèrent le débat. Continuer la lecture de Des « dérapages » et de la guerre coloniale, le cas du Soudan Français 1878-1894

Les cérémonies de la Légion française des combattants (3/4)

Le début de l’article est disponible ici

Pratiques rituelles

S’il est vrai que les cérémonies étaient peu fréquentes dans la plupart des communes, les pratiques rituelles et les lieux choisis à ces occasions auraient toutefois pu constituer une nouvelle forme d’engagement pour les anciens combattants, en rompant avec les traditions de l’entre-deux-guerres. Les entrefilets de la presse évoquent souvent les étapes principales des cérémonies : celles-ci sont représentées sur l’analyse des correspondances multiples qui suit[1].

Continuer la lecture de Les cérémonies de la Légion française des combattants (3/4)

Les cérémonies de la Légion française des combattants (2/4) : étude d’une proposition d’organisation collective

Le début de l’article est disponible ici

Fréquence des cérémonies

Rémi Dalisson[1] et Jean-Paul Cointet[2] affirment que les légionnaires étaient de toutes les fêtes vichystes, au point de participer à des cérémonies hebdomadaires ou quotidiennes, ce qui indiquerait non seulement une omniprésence dans l’espace public, mais également un fort investissement de leur temps libre de la part des membres de l’organisation. Sur ce point, l’étude des journaux de la Haute-Vienne indique 472 cérémonies entre août 1940 et août 1944, réparties chronologiquement dans le graphique ci-dessous[3].

Continuer la lecture de Les cérémonies de la Légion française des combattants (2/4) : étude d’une proposition d’organisation collective

Les cérémonies de la Légion française des combattants (1/4) : étude d’une proposition d’organisation collective

Le 17 juin 1940, alors qu’il prenait la parole à la radio pour annoncer son intention de demander l’armistice, le maréchal Pétain exprima sa certitude d’être soutenu par les anciens combattants qu’il avait « eu la fierté de commander »[1]. Continuer la lecture de Les cérémonies de la Légion française des combattants (1/4) : étude d’une proposition d’organisation collective

Retour sur un silence (2/4) : Trois moments différents de publication entre 1914 et 1939

Suite du papier sur l’étude bibliométrique de la production éditoriale sur l’occupation allemande en 1914-1918.  Le premier épisode de la série est ici.

Continuer la lecture de Retour sur un silence (2/4) : Trois moments différents de publication entre 1914 et 1939

Retour sur un silence (1/4) : La production éditoriale sur l’occupation allemande depuis 1914

Étrangement, l’historien considère fréquemment son objet de recherche comme un « angle mort de l’historiographie ». Cela est particulièrement vrai à propos de l’occupation en 1914-1918 : histoire oubliée pour Annette Becker, victime d’un long silence pour Helen Mc Phail ou de l’écran conceptuel du pacifisme pour Philippe Nivet. Aussi, lorsque j’ai commencé ma recherche, j’ai voulu confronter cette impression avec la réalité de la production éditoriale sur le sujet. Il s’agit d’un véritable travail collectif, mené au sein du CRID 14-18, qui a été rendu possible grâce à la riche base de données bibliographiques de Yann Prouillet et aux conseils avisés de Philippe Olivera qui m’a incité à pousser plus avant mon enquête. Qu’ils soient ici tout deux remerciés.  Continuer la lecture de Retour sur un silence (1/4) : La production éditoriale sur l’occupation allemande depuis 1914