L’expérience concentrationnaire et après ? 18 mai 2018

14h -18h

EHESS, 105 boulevard Raspail,  Paris

Salle 8

Bieke Van Camp, « Dire et redire les camps : le témoin et son corpus, ou comment traiter les récits multiples de déportés ?

Antoine Burgard. «Quels usages du dossier individuel en histoire ? Trajectoires sociales, pratiques administratives et résistances : l’exemple des dossiers de demande de visa de jeunes survivants de la Shoah ».

Discussion collective animée par Nicolas Mariot

Histoire et historiographie de la Shoah

Le présent séminaire est conçu comme un lieu de discussion et d’échange visant à familiariser le public français aux tendances les plus récentes de l’historiographie, principalement de langue anglaise et allemande, sur la politique nazie de persécution et d’extermination des juifs. Chaque séance sera consacrée à un ouvrage récent présenté par son auteur, dans un exposé en français ou en anglais. Il sera porté attention aussi bien à l’histoire des bourreaux qu’à celle des victimes et l’on essaiera de privilégier les ouvrages les plus originaux en termes de méthode ou d’objet. L’enjeu, de fait, est triple : les faits, certes, mais aussi les voies de leur connaissance et le fil de leur récit.

https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/287//

Étudier les violences de masse en sciences sociales

Mercredi de 15 h à 17 h (salle des artistes, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 10 janvier 2018 au 11 avril 2018. Cf. calendrier des séances plus bas

Le séminaire a pour objet la présentation et la discussion de quelques-unes des règles que les sciences sociales peuvent se donner pour étudier les violences de masse en situation de conflit armé, de guerre civile ou de génocide. Il obéit à un principe général très simple : les violences de masse doivent être analysées avec les outils et les méthodes ordinaires des sciences sociales. Il se présente sous la forme d’un guide ordonné suivant une liste de onze « principes de recherche » dont le caractère rigide et fermé est fait pour être discuté et remis en cause.

Chaque séance articulera un problème épistémologique et un ou plusieurs cas tirés d’enquêtes empiriques menées au long du XXe siècle, principalement à propos des deux guerres mondiales, de la Shoah et du génocide des Tutsi au Rwanda. Il ne s’agira pas de proposer des états des lieux bibliographiques, mais de présenter et de discuter la position de quelques problèmes saillants en matière d’études des comportements violents et les difficultés d’interprétation auxquelles ils donnent lieu.

En fonction des demandes et des besoins, la deuxième heure pourra être consacrée à la présentation et à la discussion collective de travaux de recherche en cours.

https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/2300//