Guerre, médecine et santé en 14-18 : retour sur un « moment » de l’historiographie 2/2

L’Armée, la guerre et la préservation du capital humain

Depuis le milieu des années 2000, différents travaux ont mis en évidence (directement ou indirectement) le rôle éminemment ambivalent joué par l’armée dans les mutations du mode de gouvernement de la société. Si elle est encore et toujours à la fin du XIXe siècle une institution disciplinaire, une fabrique à soldats qui passe par l’élimination des « faibles »[1], elle est aussi la seule institution d’État à disposer d’une administration sanitaire de plus d’un millier d’agents et d’un réseau d’hôpitaux couvrant une large partie du territoire. Creuset de la clinique[2] et lieu de production et de diffusion de la logique préventive, la médecine d’armée contribue à la construction de savoirs médicaux, à la diffusion de nouvelles pratiques de santé[3] et participe, in fine, de la genèse des « politiques de population »[4]. Continuer la lecture de Guerre, médecine et santé en 14-18 : retour sur un « moment » de l’historiographie 2/2

Guerre, médecine et santé en 14-18 : retour sur un « moment » de l’historiographie 1/2

Arrivée de blessés à Lyon – 1915 (jour et mois non précisés)

L’historiographie (française) de la médecine et de la santé en temps de guerre, notamment en 14-18,  a connu ces trente dernières années d’importants renouvellements, souvent pour le meilleur, mais pas toujours, loin s’en faut. Continuer la lecture de Guerre, médecine et santé en 14-18 : retour sur un « moment » de l’historiographie 1/2