Archives par mot-clé : Anglaret

Les racines historiographiques du relativisme de Jean-Noël Jeanneney

Jean-Noël Jeanneney, membre du haut comité des commémorations nationales, s’est exprimé plusieurs fois ces derniers jours dans les media pour justifier le choix qui avait été fait de placer Charles Maurras dans le livret officiel du ministère de la Culture. Sa volonté de se placer sur un terrain lexical en séparant, de façon un peu artificielle, les termes « commémorer » et « célébrer » a déjà été largement relevée (notamment sur twitter, par Laurence de Cock : https://twitter.com/laurencedecock1/status/958599908524744704). L’un des arguments qu’il a développé face à Léa Salamé, dans la matinale de France Inter (à voir ici : https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-7h50/l-invite-de-7h50-31-janvier-2018) mérite lui aussi des observations critiques : refuser de commémorer Maurras ne serait rien d’autre que de « l’anachronisme en politique », la tentation de « plaquer nos points de vue d’aujourd’hui sur le passé ». Et l’historien de comparer avec Saint Louis, qui serait aujourd’hui l’objet de notre réprobation pour son homophobie.

Ce parallèle pourrait être tout simplement malhonnête : en effet, si l’homophobie de Saint Louis n’était probablement pas un sujet de débat pendant son règne (je laisse les médiévistes me contredire au besoin), Charles Maurras avait, lui, de nombreux adversaires. Ainsi, laisser entendre que s’indigner aujourd’hui de l’antisémitisme et de l’anti-républicanisme de Maurras serait anachronique revient à supposer que ses idées étaient hégémoniques et acceptées dans les années 1930, sans discussion, par la plus grande partie de la population française. Or il ne s’agit pas là seulement d’un raccourci mais d’un point de vue entièrement cohérent avec les positions historiographiques de Jean-Noël Jeanneney.

Ces positions se sont manifestées notamment dans la bataille autour de l’existence d’un « fascisme français ». L’un des aspects centraux de cette controverse est de déterminer si le Parti Social Français (PSF), issu de la Ligue des Croix de Feu, est un parti fasciste. L’enjeu est de taille, puisqu’il s’agit du parti numériquement le plus important de l’époque : affirmer qu’il était fasciste reviendrait donc à supposer une forte implantation du fascisme en France. Argumenter qu’il ne l’était pas, comme Jean-Noël Jeanneney, Michel Winock ou encore Serge Berstein, permet au contraire de douter de l’existence d’un fascisme français autre que marginal. Mon objet ici n’est pas de tenter de résoudre ce débat, qui fait encore rage. Il m’importe simplement de relever que pour défendre le colonel de La Rocque, dirigeant du PSF, de toute accusation de fascisme, les historiens cités ci-dessus sont allés jusqu’à lui délivrer un brevet de républicanisme. Dans Le PSF : un parti de masse à droite, préfacé par Jean-Noël Jeanneney, on peut ainsi lire sous la plume de Michel Winock « La Rocque a réitéré l’affirmation du caractère ‘républicain et démocratique’ du PSF : doit-on n’y voir qu’un mensonge, qu’une ruse ?[1] ». Or, comme l’a relevé Didier Leschi[2], si la Rocque a pu se réclamer de l’étiquette de « républicain », son programme et ses actes montraient un contenu qui n’avait pas grand-chose à voir avec une république démocratique.  Défendre le point de vue que la Rocque était républicain, simplement parce qu’il aimait s’en prévaloir et souhaitait participer aux élections, revient donc à supposer que l’éventail des idées « républicaines » est si large qu’il peut englober jusqu’à la droite autoritaire. Les désaccords entre partis, subordonnés à cette entente générale, semblent alors plus secondaires.

Les débats sur le fascisme et sur la nature du Parti social français ont des conséquences sur la lecture du régime de Vichy. En effet, pour les historiens qui défendent l’idée que les Français étaient très majoritairement républicains, il ne saurait être question d’imaginer que la population a souhaité la chute du régime. Toutefois, comme cette même historiographie affirme la grande popularité du maréchal Pétain, il y a là une contradiction à résoudre. C’est ici qu’intervient la catégorie du « maréchalisme » : la majorité des Français aurait approuvé l’arrivée et le maintien au pouvoir du maréchal Pétain, non en raison de ses idées politiques mais par un attachement sentimental au « vainqueur de Verdun »[3]. Ainsi le soutien au chef de l’Etat est à la fois dépolitisé et généralisé : il peut apparaître non comme le produit d’une socialisation et de convictions politiques particulières, qui seraient alors spécifiques à une partie seulement de la population, mais comme le trait général d’une époque.

Quel rapport, alors, avec Charles Maurras ? Il n’est pas question de supposer que Jean-Noël Jeanneney souhaite prendre la défense du personnage ou qu’il éprouve pour lui une quelconque sympathie. Il n’affirme pas non plus, bien sûr, qu’il était républicain. Simplement, il me semble que le processus historiographique à l’œuvre est ici le même : le refus d’admettre la force des clivages et des oppositions politiques et idéologiques qui existaient à l’époque de Charles Maurras. L’adhésion aux thèses défendues par Charles Maurras n’était pas générale dans les années 1930, elle n’était pas le trait d’une époque, hors de toute prise de position politique.  Elle était l’apanage d’une partie spécifique de la droite française, à tendance autoritaire et antirépublicaine, qui a soutenu ensuite le régime de Vichy, ce qui n’a été le cas, à un niveau comparable, ni de tous les Français ni de tous les partis. Condamner les idées de Charles Maurras aujourd’hui, ce n’est donc pas pécher par anachronisme mais refuser de dédramatiser les idées de cette droite, qui étaient déjà largement combattues à son époque et qui n’ont pas disparu du paysage politique français. Didier Leschi écrit avec raison, à propos du Parti Social Français, que « faire après coup de La Rocque un républicain, c’est accentuer la confusion des valeurs et désarmer le présent, car […] alors le FN de Marine Le Pen peut être considéré comme un parti comme les autres. » Faire après-coup de Charles Maurras le représentant d’une époque entière, qu’on ne pourrait condamner sous peine d’anachronisme, ne peut également que participer à « accentuer la confusion des valeurs », en plus de donner une image tout à fait contestable de la France des années 1930.

[1] Serge Berstein et Jean-Paul Thomas (eds.), Le PSF: un parti de masse à droite (1936-1940), Paris, CNRS éditions, 2016, p. 146.

[2] Didier Leschi, « Les Croix-de-Feu et La Rocque: la tentation autoritaire à la française », Lignes, 2016, vol. 50, no 2, p. 35‑56.

[3] Ce cheminement est notamment visible dans Serge Berstein et Michel Winock (eds.), Fascisme français? la controverse, Paris, CNRS Éditions, 2014, 253 p. Ce livre, préfacé par Jean-Noël Jeanneney, comprend une contribution de Jean-Pierre Azéma intitulée « Vichy, un régime fasciste ? » (p.221-229), qui évoque notamment le « maréchalisme » général des anciens combattants.

Les cérémonies de la Légion française des combattants (4/4)

Le début de l’article est disponible  ici

Formes de participation

Les articles de journaux sont utiles pour reconstituer la fréquence et le contenu des cérémonies, mais apportent peu d’informations sur les formes de la participation : si l’on sait qu’une personne choisie a dû déposer une gerbe ou hisser le drapeau, on manque d’indications sur la façon précise d’exécuter ces gestes. La participation du reste des légionnaires est encore plus vague. Or, il n’est pas indifférent de savoir par quel moyen ils se distinguent de la foule des spectateurs, pour montrer leur appartenance à l’organisation. En effet, cette distinction doit passer par des attitudes ou des signes spécifiques, voire la mise en œuvre de « techniques du corps »[1], anciennes ou apprises à l’occasion de leur adhésion à la Légion. Continuer la lecture de Les cérémonies de la Légion française des combattants (4/4)

Mercredi 8 Juin 2016 – « Sous l’uniforme : recrutement et trajectoires militaires de 1889 à 1919 » – SHD, Vincennes.

L’histoire de la Grande Guerre a très largement été écrite sans que l’on connaisse précisément la composition sociale de l’armée française. Cet atelier a pour but de présenter les travaux de jeunes chercheurs qui contribuent à combler cette lacune et démontrent l’existence de corrélations entre trajectoires sociales et expériences militaires Continuer la lecture de Mercredi 8 Juin 2016 – « Sous l’uniforme : recrutement et trajectoires militaires de 1889 à 1919 » – SHD, Vincennes.

Les cérémonies de la Légion française des combattants (3/4)

Le début de l’article est disponible ici

Pratiques rituelles

S’il est vrai que les cérémonies étaient peu fréquentes dans la plupart des communes, les pratiques rituelles et les lieux choisis à ces occasions auraient toutefois pu constituer une nouvelle forme d’engagement pour les anciens combattants, en rompant avec les traditions de l’entre-deux-guerres. Les entrefilets de la presse évoquent souvent les étapes principales des cérémonies : celles-ci sont représentées sur l’analyse des correspondances multiples qui suit[1].

Continuer la lecture de Les cérémonies de la Légion française des combattants (3/4)

Les cérémonies de la Légion française des combattants (2/4) : étude d’une proposition d’organisation collective

Le début de l’article est disponible ici

Fréquence des cérémonies

Rémi Dalisson[1] et Jean-Paul Cointet[2] affirment que les légionnaires étaient de toutes les fêtes vichystes, au point de participer à des cérémonies hebdomadaires ou quotidiennes, ce qui indiquerait non seulement une omniprésence dans l’espace public, mais également un fort investissement de leur temps libre de la part des membres de l’organisation. Sur ce point, l’étude des journaux de la Haute-Vienne indique 472 cérémonies entre août 1940 et août 1944, réparties chronologiquement dans le graphique ci-dessous[3].

Continuer la lecture de Les cérémonies de la Légion française des combattants (2/4) : étude d’une proposition d’organisation collective

Les cérémonies de la Légion française des combattants (1/4) : étude d’une proposition d’organisation collective

Le 17 juin 1940, alors qu’il prenait la parole à la radio pour annoncer son intention de demander l’armistice, le maréchal Pétain exprima sa certitude d’être soutenu par les anciens combattants qu’il avait « eu la fierté de commander »[1]. Continuer la lecture de Les cérémonies de la Légion française des combattants (1/4) : étude d’une proposition d’organisation collective

Atelier : Faire l’histoire de la société française sous l’Occupation. Approches et méthodes

Le prochain atelier intitulé : « Faire l’histoire de la société française sous l’Occupation. Approches et méthodes », se déroulera le samedi 12 décembre 2015 en Sorbonne, salle Picard (17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage) de 14h à 18h30.

Légionnaires attendant leur tour pour déposer un peu de leur terre natale dans une crypte sur le plateau de Gergovie, archives d'Henri Pichot
Légionnaires attendant leur tour pour déposer un peu de leur terre natale dans une crypte sur le plateau de Gergovie, archives d’Henri Pichot

Nous y discuterons les communications d’Anne-Sophie Anglaret sur les anciens combattants de la Première Guerre mondiale et de Jean-François Bonhoure sur les historiens sous l’occupation.

En face-à-face

Journée d’étude organisée par Anne-Sophie Anglaret et Dimitri Chavaroche
Paris 1 Panthéon-Sorbonne/UMR IRICE
Samedi 13 décembre 2014 de 13h45 à 18h en Salle Picard de la Sorbonne

Les études historiques portant sur le rapport et la confrontation à un ennemi dans les conflits contemporains ont surtout été menées dans une perspective d’histoire culturelle. Si ces travaux ont l’intérêt de replacer les représentations de l’adversaire comme éléments fondamentaux de compréhension du déroulement des conflits et des conduites des hommes au combat, ils restent cependant essentiellement discursifs et n’épuisent pas le sujet. L’ennemi combattu est-il toujours une masse aux yeux de celui qui combat ? Peut-on supposer l’unanimité au sein d’un camp, en particulier en ce qui concerne la conception de l’ennemi et son rapport à lui ? La démarche culturelle a finalement laissé peu de place à l’étude des pratiques, de l’expérience, de l’échange aussi divers soient-ils, que la rencontre entre deux individus peut engendrer. Elle a également peu pris en compte la dimension diachronique, les évolutions possibles des représentations et des jugements de l’ennemi. Les interactions ne sont qu’une approche parmi d’autres de l’étude des rapports entre adversaires. Elles restent néanmoins un moment privilégié pour observer les évolutions et expliquer la diversité des considérations de l’ennemi. Toutes les formes de conflits sont susceptibles de donner lieu à des situations où la question de l’adversité se pose à un microniveau. Continuer la lecture de En face-à-face